Pour une ‘’politique de civilisation’’/Par Ahmed Ould Sidi-Baba, ancien ministre

Ahmed Sidi Baba scaled e1641257102261
Ahmed Sidi Baba scaled e1641257102261

Pour une ‘’politique de civilisation’’/Par Ahmed Ould Sidi-Baba, ancien ministre

Je l’ai laissé entendre dans une tribune intitulée ‘’Et maintenant?’’ publiée dans le journal ‘’Le Calame’’ du 6 Novembre 2019, ce que nous attendons du Président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani et de la scène politique en général, c’est qu’ils mettent en œuvre dans le pays une ‘’politique de civilisation’’ (l’expression n’est pas de moi, mais du sociologue français Edgar Morin)

Il convient de définir maintenant en quoi consiste selon moi, et pour la Mauritanie, une ‘’politique de civilisation’’.

Dans un petit livre intitulé ‘’L’Homme mondialisé, réalités et  perspectives’’, que j’ai publié il y a quelques années, il m’a paru utile de souligner la différence entre deux notions que, généralement,  on  est  amené  à  invoquer  en  substituant  l’une  à  l’autre,  soit  par  manque  de discernement, soit pour les besoins d’un raisonnement à caractère polémique ; il s’agit de la ‘’ civilisation’’ et de la ‘’ culture’’, à propos desquelles j’ai écrit :  ‘’L’une, la civilisation, me parait pouvoir être définie comme le résultat de la réflexion ontologique de l’homme sur lui-même et cosmologique sur l’univers où il vit.

De  cette  réflexion  naît  ce  qui,  à  mes  yeux,  constitue  le  pilier  fondamental  de  toute civilisation, le credo religieux.

Et c’est bien de ce credo religieux et de ses valeurs spirituelles que sont déduites les valeurs morales qui définissent les rapports de l’être humain avec son environnement universel.

L’autre, la culture, n’est, quant à elle, que le véhicule par lequel se propagent les valeurs de civilisation, desquelles résultent, à leur tour, les données de la culture, aux plans littéraire, artistique, esthétique, de us et coutumes, etc.’’

Ainsi, autant la possession en commun d’une même civilisation par un groupe humain donné, installé sur un même terroir, ‘’condamne’’ ce groupe, même en l’absence d’un pouvoir central unificateur, à un destin inéluctablement partagé ; autant, sous la garantie impliquée par cette  civilisation  partagée  et  ce  destin  lié,  la  démocratie,  quand  survient  le  pouvoir  central unificateur, accorde, place, considération et conservation à toutes les spécificités culturelles et linguistiques propres aux diverses composantes de ce groupe.

Et c’est de cette manière, et pas autrement, que naissent et s’enracinent dès lors, sous l’égide de ce pouvoir unificateur, et au détriment de la référence ethnique, tribale ou régionale antérieure,  le  sentiment  patriotique  et  les  valeurs  de  la  citoyenneté  par  lesquels  ce  groupe humain est amené à engendrer des citoyens et à constituer une Nation.

Partant de l’adage populaire qui proclame cette évidence selon laquelle ‘’celui qui ne possède pas une chose ne peut pas la donner’’, j’ai rappelé, là aussi dans une tribune rendue publique le 26 Mars 2021, qu’à la tête du pays se trouve désormais un homme dont tout porte à croire que, par son éducation et sa tradition familiales propres, ‘’nos valeurs de civilisation, notre héritage culturel dans la diversité de ses composantes, notre cohésion  sociale fondée, avant même l’indépendance du pays, sur la possession en commun de ces valeurs et de cet héritage, constitueront la source d’inspiration, le levain et le ferment de [son] action’’.

Et nous constatons déjà, en effet, que le discours officiel, tout comme l’ensemble du comportement de l’Etat au plus haut niveau, sont empreints de cette mesure, de cette tolérance et de cette ouverture d’esprit, qui sont le propre de notre tradition civilisationnelle et culturelle authentique.

Et  c’est  ainsi  et  par  voie  de  conséquence,  que  la  scène  politique  nationale  dans  son ensemble est en train de vivre cet apaisement et cette convivialité qui sont, dans tout pays, la condition sine qua non de la paix sociale, de la justice et du développement.

Sous condition cependant que l’opposition traditionnelle de son côté, évitant de prêter oreille aux chantres et aux nostalgiques de l’outrance et de la démesure que pouvait expliquer et même peut-être justifier une situation de crise ouverte et pérenne aujourd’hui dépassée, se dispose,  dans  la  quiétude  et  l’objectivité,  en  même  temps  que  dans  la  détermination  et  la vigilance, à occuper sa place et à jouer son rôle, face à un pouvoir disposé à l’écoute et à la concertation.

Mais une ‘’politique de civilisation’’ ne doit pas se limiter à la ‘’normalisation’’ de la scène et de la vie politiques, ‘’normalisation’’ qui est du reste la bienvenue, mais embrasser tous les domaines de l’activité du pays, aux plan national comme international.

Je l’ai souligné dans la tribune du 26 Mars 2021 déjà évoquée, les esprits chez nous comme ailleurs en Afrique ont été affectés à la veille de l’indépendance et le demeurent encore de nos jours, d’une double imprégnation héritée de la pensée révolutionnaire marxiste et de sa ‘’généreuse utopie ’’.

Celle  de  l’opposition  revendicative  et  sans  nuance,  confondue  et  liée  dans  un  même combat de libération et de progrès avec celle de l’instauration d’un système économique de type où, tout au moins, d’inspiration marxiste.

Imprégnation qu’est venue aggraver et amplifier l’explosion anarchique de l’Internet et qui affecte désormais l’opinion publique dans sa totalité : médias, associations des droits de

l’homme,  partis  politiques,  société  civile,  de  même  que  le  simple  citoyen  ‘’éduqué’’  à n’attendre de ceux qui le gouvernent, pas moins que la satisfaction immédiate d’une vision idéaliste de ses besoins.

Au point que les observateurs les mieux avertis eux-mêmes et les mieux intentionnés, se sont trouvés parfois embrigadés dans la mode ambiante du ‘’négationnisme’’ et de la surenchère démagogique, toutes choses génératrices de pessimisme, et même de désespérance au niveau du peuple, et source de démoralisation et de désarroi au niveau des dirigeants qui se trouvent ainsi soumis au chantage permanent de la démagogie politique, aggravé par l’exaspération de l’ethnocentrisme populiste et par la forte récurrence du régionalisme et du tribalisme de bas niveau.

Or, sans la participation d’une opinion publique tout aussi vigilante que réaliste dans ses différentes composantes, l’action de l’Etat restera toujours mal perçue, donc mal appréciée dans ses réussites et mal dénoncée dans ses échecs.

Conditionnée que se trouve cette opinion publique par la ‘’culture’’ de l’opportunisme et de la flagornerie héritée des régimes dictatoriaux successifs ; mais aussi par la prégnance du nihilisme critique ambiant, amplifié à l’outrance par une presse et des réseaux sociaux souvent dépourvus de qualification professionnelle ou d’expérience politique, et prompts à emprunter les voies de l’approximation, de l’affabulation, du simple mensonge, et même, parfois, de la délation.

Ainsi se trouve créée dans le pays une situation de quasi ‘’ingouvernabilité’’, au grand bonheur de ceux qui, pour des raisons conjoncturelles, cherchent à déstabiliser le pays.

Au niveau des pouvoirs publics

Héritier d’un passif particulièrement lourd sous tous les rapports (politique, économique, culturel, social, moral) et dont l’éradication avec le temps, postule à la fois la détermination diligente, mais également la prudence et le discernement, il incombe au pouvoir actuel, qui est maintenant à mi-parcours de son mandat quinquennal de : 

A)  Procéder dans les délais les plus brefs à une révision de la Constitution avec pour objectifs, tout en préservant le caractère présidentiel du régime et les contraintes énoncées aux articles 22, 29 et 99 de cette Constitution :

1-  La non-appartenance du chef de l’Etat, une fois élu, à un parti politique, laissant au Premier  Ministre  le  soin  de  l’organisation,  de  l’animation  et  de  la  conduite  d’une majorité politique d’appui et de soutien à l’action du gouvernement.

Ainsi, et pour le plus grand bien de la stabilité et de la sécurité des institutions du pays,  le  président  de  la  République,  arbitre,    garant  et  recours  ultime  de  par  la Constitution,  bénéficiera  du  respect  et  de  l’adhésion  de  cette  majorité  comme  de l’opposition.

Ainsi  aussi  sera  mis  fin  à  la  notion  du  ‘’Parti  de  l’Etat’’  héritée  des  régimes dictatoriaux ; lequel ‘’Parti de l’Etat’’ s’est prévalu jusqu’ici,  au détriment de toute démocratie  réelle,  de  la  ‘’possession’’  par  la  crainte  et  l’intéressement,  non  par  la conviction  et  la  libre  adhésion,  de  la  quasi-totalité  des  électeurs,  se  glorifiant  d’un unanimisme de façade, appelé, comme on l’a vu, à voler en éclats dès le départ de ceux qui l’ont suscité.

Corolaire de ce qui précède, restauration des candidatures indépendantes, et de la libre appartenance des élus à la formation politique de leur choix, en cas de conflit avec leur mouvance d’origine.

2-  Une indépendance plus effective de la Justice vis-à-vis du pouvoir exécutif, à travers diverses dispositions nouvelles, dont, entre autres, la dévolution de la présidence du Conseil Supérieur de la Magistrature à un magistrat élu par ses pairs, et non au chef de l’Etat.

3-  Une valorisation des prérogatives du Parlement rendant plus efficient son contrôle sur l’exécutif en  l’impliquant  davantage dans les  grandes décisions de portée nationale,  politique  ou  économique,  comme  par  exemple,  celles  relatives  aux  fonctions d’ambassadeur ou de directeur des grandes sociétés d’Etat.

 4-  Au  sein  de  l’exécutif,  une  responsabilisation  constitutionnelle  plus  grande  du gouvernement, notamment par un partage plus accentué et plus équilibré du pouvoir exécutif entre le chef de l’Etat et le Premier Ministre.

5-  Soit  au  niveau  de  la  constitution,  soit  au  niveau  de  la  loi,  adoption  de  dispositions propres à mettre fin à la prolifération des partis politiques de circonstance, sans pour autant constituer une entrave à la liberté politique, mais, comme le dit d’ailleurs la loi fondamentale,  en  veillant,  en  particulier,  à  interdire  tout  parti,  association  ou mouvement à caractère ou à inspiration clanique, ethnique, régionale ou tribale.

6-  Instauration  d’une  possibilité  de  recours  plus  aisé  des  citoyens  au  Conseil Constitutionnel.

B)  Mettre en œuvre une réforme tout aussi urgente que nécessaire de l’Etat, à travers la création d’un  grand  Département  en  charge  de  cette  réforme,  avec  pour  missions,  entre  autres choses :

1-  La  redéfinition  de  l’organigramme  de  l’Etat,  lequel  doit  ressortir  d’un  recensement exhaustif des tâches en vue d’une répartition logique et fonctionnelle de ces tâches.

De quoi doit découler le nombre et la fonction des départements ministériels et, au sein de ces départements, le nombre et la fonction des directions et services administratifs.

2-  Le ‘’toilettage’’ de notre arsenal législatif et réglementaire plus que pléthorique, en vue d’en supprimer les contradictions et les redondances, ainsi que les archaïsmes hérités de l’administration coloniale connue pour son colbertisme et sa bureaucratie.

En vue aussi de le conformer aux dispositions de la Constitution pluraliste révisée, ainsi qu’aux normes universelles de la gestion économique, culturelle et politique en usage dans un monde globalisé dont, nolens volens, nous sommes partie prenante.

3-  Après  un  ‘’dégraissage’’  sans  doute  douloureux  mais  nécessaire  du  nombre  des fonctionnaires et agents de l’Etat, révision, en compensation, des avantages et salaires pour les mettre, autant que faire se peut, en rapport avec le coût de la vie ; mais aussi pour enrayer la corruption endémique au sein d’une administration devenue, avec le temps, tout aussi pléthorique elle aussi que bureaucratique et inefficace.

Minée qu’elle se trouve en même temps par l’abandon dans le recrutement comme dans les promotions politiques et administratives des critères indispensables de formation et de compétence, au profit d’’’adoubements’’ dictés par le népotisme, le clientélisme ou le souci excessif de la répartition des promotions par quotas entre ethnies, régions, ou tribus.

A preuve, l’incapacité avérée de cette administration à insuffler à l’activité économique nationale l’essor qui,  en toute logique, devrait découler à la fois du programme annoncé par le gouvernement, des ressources propres actuelles ou à venir du budget de l’Etat, des opportunités offertes par l’afflux, aujourd’hui sans précédent, des facilités, aides et financements  obtenus  par  le  pays,  du  dynamisme  reconnu  de  notre  monde entrepreneurial.

Toutes choses dont il convient de tirer profit dans un délai raisonnable en assurant aux agents  économiques  comme  aux  citoyens  en  général,  sinon  dans  les  meilleures conditions, tout au moins dans des conditions acceptables de célérité et d’efficacité, les services qu’ils sont en droit d’attendre d’une administration de développement.

C)  Règlement définitif du passif humanitaire consécutif aux évènements de 1990-91.

Il est utile à ce propos de rappeler que cette question avait fait l’objet, sous l’égide du regretté Président Sidi-Mohamed Ould Cheikh Abdallahi (paix à son âme) d’une conférence nationale  couronnée  de  succès  et  qu’il  avait  été  envisagé  de  charger  une  personnalité nationale consensuelle de mener à bonne fin le processus pratique de règlement définitif de cette question qui, malheureusement, continue d’interpeller la conscience nationale tout en alimentant l’argumentaire de la mise en cause de la cohésion nationale.

Au niveau de la scène politique nationale

Pour les raisons déjà évoquées au début de ce propos, mais aussi, faute, au niveau des pouvoirs établis dans le pays depuis le coup d’Etat du 10 Juillet 1978, de gouvernances de qualité, enracinées dans nos valeurs, et ouvertes en même temps aux normes et critères de la modernité,  les  différents  acteurs  de  la  scène  politique  nationale  (partis  politiques,  monde associatif, médias, leaders d’opinion) sont devenus et demeurent de plus en plus éloignés des postulations d’une ‘’politique de civilisation’’ dont il leur appartient aujourd’hui, pour leur part, de contribuer à l’avènement, en concordance avec les dispositions évidentes à l’écoute et à la concertation qui sont la marque du pouvoir politique actuel.

Pour ce faire, il appartient à la classe politique dans son ensemble de se reprendre enfin et d’accepter d’exorciser les ‘’problématiques’’ sans fondement ou, pour le moins, mal posées qui  ne  cessent  d’empoisonner  le  débat  politique  national  et  d’alimenter  les  discours particularistes  de  la  démagogie,  de  l’opportunisme  et  du  chauvinisme,  parfois  agressif,  à caractère ethnique, racial, tribal ou régional.

1)  Les séquelles de l’esclavage en particulier et de la stratification sociale et les préjugés sociaux en général.

 Personne  ne  peut  nier  que  ces  séquelles  existent  chez  nous,  tout  comme  elles  existent ailleurs, et en particulier dans notre voisinage immédiat ; tout comme personne, au niveau de la conscience nationale ne saurait se soustraire à l’impérieuse nécessité de les éradiquer au plus vite  et  dans  les  meilleures  conditions  de  paix  et  de  sécurité,  en  application  du  reste  des dispositions de tous ordres adoptées à cet effet depuis 1960 et jusqu’à 2007.

Mais  l’éradication  de  ces  séquelles  ne  saurait  ni  ne  devrait  être  l’apanage  exclusif d’individus ou de groupes particuliers, car personne, ni au sein de l’opinion nationale, ni au sein des pouvoirs publics, ne souhaite la permanence de ces séquelles et encore moins la survivance de l’impie et abominable fléau de l’esclavage.

Dès lors se présenter comme les ‘’champions’’ exclusifs d’une telle cause ne relève que de l’instrumentalisation à des fins de politique politicienne d’une tâche unanimement assumée au plan national.

Et comme on l’a vu, de cela  a découlé l’éveil de passions  communautaristes malsaines propres à susciter la rancœur, le rejet de l’autre et même l’hostilité génératrice d’agressivité et de haine, toutes choses propres, à Dieu ne plaise, à mettre en cause, à terme, la paix civile et la cohésion sociale.

Sans oublier l’image négative collée de manière exclusive à notre pays pour la plus grande satisfaction  de  ceux  qui  veulent  se  donner  maintenant  bonne  conscience  après  avoir  été  à l’origine de la traite des Noirs, de la ségrégation raciale et de la colonisation.

C’est  dans  ce  contexte  que  s’impose  aujourd’hui  et  maintenant  une  ‘’politique  de civilisation’’ enracinée dans nos valeurs propres, ouverte à la modernité et qui consiste pour l’ensemble des mauritaniens à unir leurs efforts pour éradiquer les séquelles de l’esclavage mais aussi celles de la stratification et des préjugés sociaux tout comme les rémanences négatives récurrentes du tribalisme et du régionalisme.

Ceci à travers une vision consensuelle et une action concertée de la démocratie, de la liberté, de  la  justice,  du  progrès  économique  et  de  la  promotion  sociale,  loin  de  toute  surenchère démagogique dont le résultat ne saurait être que la dispersion des efforts, les déchirures et la mise en cause de la paix civile.

A cet égard, s’imposent en particulier :

*  La mise en œuvre effective de la ‘’fatwa’’ établissant et constatant la non-conformité à la Charia de la pratique esclavagiste.

*  L’application vigilante et déterminée par la justice de la loi criminalisant cette pratique ainsi  que  des  lois  répressives  de  la  discrimination  et  de  la  haine  et,  au  besoin,  leur actualisation.

*  Le renforcement des moyens de la Commission Nationale des Droits de l’Homme dont l’action  en  faveur  des  droits  humains  est  aujourd’hui  évidente  et  appréciée  au  plan national et largement reconnue et saluée au plan international.

*  En complément de leur limitation déjà évoquée et dans le cadre de la ‘’normalisation’’ de la scène politique déjà soulignée, le renoncement des partis politiques à l’outrance et à la démesure dans le soutien comme dans l’opposition au pouvoir en place.

Car  cette  outrance  et  cette  démesure  outrageusement  affichées  comme  les  signes probants et exclusifs de l’opposition et du soutien ne traduisent en effet ni l’apport avisé, vigilant  et  adjuvant  attendu  d’une  majorité,  ni,  dans  l’éventualité  d’une  alternance pacifique  au  pouvoir,  les  perspectives  d’un  changement  rénovateur  escompté  d’une opposition républicaine préparée et apte à réaliser un tel changement.

Telle qu’elle se présente aujourd’hui, à l’heure de la convivialité et de l’ouverture, la scène politique postule désormais des partis politiques crédibles et, quel que soit leur positionnement par rapport à l’autorité du moment, dotés de programmes politiques, économiques et de société à option soit libérale soit socialiste (comme c’est le cas ailleurs et plus particulièrement dans notre voisinage) inscrits dans la modernité, expurgés de toute connotation sectaire, et propres à assurer dans le pays un climat de concertation positive et de saine émulation.

2)  L’unité nationale

Contrairement à la paix civile et à la cohésion sociale, l’unité du pays ne peut être l’objet d’aucune menace car elle se trouve, comme cela a déjà été souligné, établie et garantie par notre commune appartenance à la civilisation islamique et se fonde d’autre part sur la cohabitation séculaire et pacifique de nos populations dans leurs différentes composantes ethniques sur un même terroir, y développant des intérêts et un destin à jamais partagés.

Les différents soubresauts qui ont parfois affecté le pays et qui sont le lot courant de toutes les nations en constitution, n’ont jamais en effet réussi à mettre en cause cette unité.

Il incombe donc à la scène politique dans ses différentes composantes de cesser d’agiter l’épouvantail de dangers imaginaires qui menaceraient l’unité du pays, accréditant ainsi ce qui relève en réalité d’une ‘’pensée unique’’ commode pour les ténors de la démagogie populiste et propre à dénaturer en même temps la concertation et le débat politiques autour des problèmes réels qui se posent à la Nation.

3)  Le problème linguistique 

 Aucune nation ne peut se passer de posséder et de traduire son unité à travers une langue nationale écrite, à côté de ses autres langues nationales. La nôtre est, de toute évidence, l’arabe  qui est le véhicule naturel de notre civilisation islamique et la langue écrite commune à toutes nos populations depuis bien avant l’occupation coloniale.

Mais en même temps, et dans le monde globalisé où nous vivons, il relève désormais de l’analphabétisme de n’avoir l’usage que d’une seule langue.

Le réalisme et l’évolution du monde nous imposent donc d’enseigner et de pratiquer les langues étrangères et, en particulier, pour des raisons historiques et de voisinage, la langue française.

Ici aussi les acteurs de la scène politique nationale, arabophones comme francophones, doivent  cesser  de  faire  de  ce  problème  une  donnée  récurrente  et  démagogique  du  discours politique.

4)  Le patrimoine culturel

 Contrairement à la civilisation qui est chose uniforme et commune à toute une Nation, la culture, moyen, comme déjà dit, par lequel sont véhiculées et traduites en pratique les valeurs spirituelles et morales de la civilisation, ne peut et ne saurait être que multiforme.

C’est ce que nous pouvons constater dans tous les pays du monde, et c’est ce qui existedans notre pays et qui fait la richesse de notre patrimoine culturel national.

Et la démocratie bien comprise consiste à valoriser et à accorder place et respect à toutes les spécificités culturelles qui, ensemble, constituent ce patrimoine.

Les acteurs de la scène politique nationale, plutôt que de nous diviser dans le domaine culturel,  devraient,  au  contraire,  tenir  un  discours  d’unité  qui  fasse  que  les  spécificités culturelles, arabe, halpoulaar, soninké et wolof, soient perçues par chacun, non pas comme antinomiques, mais bien comme partie intégrante et assumée d’un patrimoine commun à chaque arabe, à chaque halpoulaar, à chaque soninké et à chaque wolof.

Une scène ou un Etat de droit véritable ouvert mais sans compromission à la modernité, où une majorité de conviction, non d’opportunisme et de complaisance et une indispensable opposition clairement définie dans ses options, vigilante, déterminée et constructive dans ses positions, acceptent de cohabiter dans le respect et la complémentarité.

Telles sont les conditions propres à instaurer dans le pays, sous l’empire de la liberté, de la justice et de la démocratie, le développement économique, social et culturel, attendu par notre peuple.

Tel est l’objectif d’une ‘’politique de civilisation’’.

Et un tel objectif que nous voyons atteint dans notre voisinage, au nord comme au sud, est incontestablement à notre portée, sous condition que nous acceptions enfin de donner la parole à notre héritage civilisationnel et culturel, de tourner le dos aux idées reçues du passé et à la pensée unique qui en découle, de composer avec les données économiques et politiques qui régissent un monde globalisé où, par la force des choses, nous sommes condamnés à vivre.

Nouakchott le 23 Décembre 2021

lecalame.info