Le remaniement – Algérie-Maroc – Akli Yahiatène et les livres – La reine et le roi

Le remaniement – Algérie-Maroc – Akli Yahiatène et les livres – La reine et le roi

Slimane Laouari Publié 10-09-2022, 11:00 dans Rubrique Constances- Le Soir d’Algérie

La semaine a été pénible. À tout seigneur, tout honneur, voyons d’abord ce qui s’est passé en haut. Il ne s’est rien passé ? Le remaniement est un « non-événement » ? Voyons, on a quand même changé des ministres et quand on change des ministres, ça doit vouloir dire quelque chose. Qu’on nous le dise mal ou qu’on ne l’explique pas du tout, c’est une chose, qu’on prétende qu’il ne s’est rien passé en est une autre. S’il y a une raison sérieuse de changer de ministres, il va falloir qu’on le sache, sinon il… va falloir en parler sérieusement. Et s’il n’y en a pas, ce n’est pas très… sérieux d’en changer ! Vous voulez savoir le fond de ma pensée même si elle compte pour du beurre ? La voilà : il y a bien des raisons « sérieuses » de changer des ministres. La preuve ? Un seul parmi eux, le ministre de la Santé en l’occurrence, « sera appelé à d’autres fonctions ». On nous l’a dit, non ?
La semaine a été pénible. Je n’aime pas trop quand le foot déborde sur autre chose. J’aime encore moins quand cet « autre chose » est violent et se décline en coups de poing, en coups de pied, en coup de boule et en coups… bas. Je n’aime pas du tout, surtout quand ça se passe chez des bambins de moins de 17 ans. C’est ce qui s’est passé à l’issue de la finale entre le Maroc et l’Algérie. C’était moche à voir. Qui en est responsable ? Beaucoup de monde ? Personne ? On sait seulement que dans ce genre de situations, c’est souvent le vaincu qui est à l’« initiative ». Pour autant, le vainqueur n’est pas obligé de répliquer. Triste.
La semaine a été pénible. Pour les Britanniques surtout. Si la reine Elisabeth 2 qui vient de décéder à 96 ans est la femme la plus connue dans le monde, elle n’en est pas la plus populaire. Sans charisme, sans passion, sans… prétention, on ne lui connaît rien de retentissant et c’est, paraît-il, ce qui fait son audience auprès de Britanniques. La reine est morte, vive le roi !
La semaine a été moins pénible. Mon petit cousin Boukhalfa, brillant enseignant de littérature anglaise à l’Université de Tizi, m’a appelé avant-hier pour m’apprendre qu’un salon du livre allait être inauguré le lendemain à Boghni, notre patelin. Dans la foulée, il m’a demandé si je pouvais y faire un tour. J’en retiens une déception et deux satisfaction. 1 Frustré de ne pas pouvoir y aller. 2 Un salon du livre est toujours un bonheur et quand ça se passe là où il n’est pas évident que ça se passe… 3 Une image : le monumental Akli Yahiatène, ciseau en main pour couper le ruban inaugural d’un salon du livre à Boghni, je ne pensais pas vivre ça un jour. Merci aux organisateurs, vraiment merci.
S. L.
Source: Le Soir d’Algérie

Bouton retour en haut de la page