A la Une

Le président reçoit l’envoyé spécial de l’UE pour le Sahel

Le président de la République reçoit l’envoyé spécial de l’UE pour le Sahel
Le président de la République, Son Excellence M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a reçu jeudi l’envoyé spécial de l’UE pour le Sahel, M. Djimé Adoum, au Palais présidentiel à Nouakchott.

Cette réunion a porté sur les domaines de coopération entre la Mauritanie et l’UE et les moyens possibles de promouvoir une coopération servant les intérêts mutuels des deux parties, puis a examiné les questions d’intérêt mutuel, en particulier celles liées à la région du Sahel.

Dans une déclaration à AMI, le responsable européen s’est dit honoré par l’audience, affirmant qu’il avait écouté avec intérêt les conseils et orientations du président de la République, et qu’il ferait tout pour faire de son mieux.

Il a ajouté que cette visite s’inscrit dans le cadre d’une tournée qui l’a conduit dans plusieurs pays pour redynamiser l’action de la Coalition pour le Sahel, qui comprend environ 60 pays et régions du monde entier, et préparer une feuille de route englobant le Sud et le Nord.

M. Adoum a, également, souligné qu’il a passé en revue avec le Président de la République le travail qu’il entreprend, avec son équipe, à Bruxelles, signalant l’existence de certains défis à relever à travers la discussion et le dialogue avec les pays et les régions faisant partie de la Coalition, au côté de la recherche des moyens permettant de lutter contre le terrorisme.

L’entrevue a coïncidé d’une part avec des propos de Mme Nuland, qui a accusé Wagner de faire pression sur le Mali pour restreindre les déplacements de la mission de maintien de la paix des Nations unies, la MINUSMA, qui elle-même s’est plainte de telles restrictions. Mme Nuland a également répondu à de nombreuses allégations de mauvais traitements infligés à des civils par les hommes de Wagner.
Les voisins du Mali étaient également « très préoccupés » par la présence de Wagner au Mali, a-t-elle dit, citant la Mauritanie, qu’elle a également visitée, comme « un îlot de stabilité dans une communauté très, très dure », rapporte le monde.fr.
D’autre part, elle intervient également peu après l’alarme lancée ce jeudi par l’ONG International rescue committee (IRC) sur la situation humanitaire «très grave» au Niger et globalement au Sahel pour cause de la dégradation sécuritaire engendrée par les groupes djihadistes.

Ont pris part à cette rencontre,le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens à l’Extérieur, M. Mohamed Salem Ould Merzoug, le directeur de cabinet du Président de la République, M. Ismail Ould Cheikh Ahmed et l’ambassadeur, Chef de la Mission de l’Union européenne accrédité en Mauritanie, SE M. Jons Guillim.

Bouton retour en haut de la page