A la Une

Éditorial : des temps difficiles, mais…

Éditorial : des temps difficiles, mais…

Des temps difficiles, une crise mondiale alourdie, et un train qui refusait de mettre le pied sur les chemins de fer de l’excellence et de la prospérité était résolu.

À première vue, les actions du gouvernement peuvent être décrites comme un sentiment de satisfaction dans une longue guerre sur un terrain assiégé.

Le projet du président de la République pose et renforce les bases d’un État moderne, occupant pleinement sa place dans la famille des nations, tout en préservant pour notre société ancrée dans les nobles valeurs. Un pays où l’investissement dans l’éducation, la santé, l’accès aux services de base, les créations innovatrices transforment les destins individuels et collectifs.

La quasi-totalité, surtout les partenaires de développement et les analystes avertis, s’accordent aujourd’hui pour dire que la Mauritanie a considérablement renforcé son image d’économie forte et moderne, jetant les bases d’une économie résiliente.

Objectif, faciliter l’avènement d’une société qui honore et se réconcilie avec sa diversité, tout en valorisant le capital humain au service du développement contrairement à ce que tente de nous faire croire certains caciques.

Cet apaisement, après une longue période de relations glaciales entre le pouvoir et l’opposition, a conduit à un consensus.

Autant d’action et d’engagement, incitant ainsi les Mauritaniens à rendre hommage au travail colossal accompli en si peu de temps, dans la crise du coronavirus, malgré l’héritage insatisfaisant qui s’est caractérisé par la présence alarmante et suspecte de membres du gouvernement de corruption au cours de la décennie et qui ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires.

Ce qu’il faut, c’est faire taire la rhétorique politique interne des Mauritaniens. La tâche du pouvoir judiciaire est d’enquêter et de poursuivre les affaires de cette corruption qui gangrène le pays.

Enfin, au nom d’Allah, laissons le gouvernement achever son programme de sauvetage pour protéger la vie décente des autres citoyens ordinaires.

Ahmed Ould Bettar

Bouton retour en haut de la page