Après l’ultimatum de la CEDEAO, quelle est la prochaine étape pour le Niger?

Après l’ultimatum de la CEDEAO, quelle est la prochaine étape pour le Niger?

Un ultimatum de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à la junte nigérienne pour qu’elle rende le pouvoir au Président nigérien élu Mohamed Bazoum a expiré le 6 août. La junte n’a pas reculé. Avec beaucoup de fanfaronnades, le nouveau président nigérian Bola Tinubu à la tête de la CEDEAO a engagé l’organisation régionale à utiliser la force militaire pour chasser la junte, mais le Sénat nigérian a jusqu’à présent rejeté le déploiement de l’armée nigériane.

Les choix difficiles sont repoussés. En prolongeant la date limite des négociations, la CEDEAO pourrait choisir de retarder le recours à la force militaire, tout en maintenant ses sanctions économiques sévères et son blocus commercial sur le Niger.

Malgré les conséquences humanitaires et économiques désastreuses, il est peu probable que la junte bouge sous les sanctions pendant un temps considérable, surtout si la Chine, la Russie, la Turquie et les sociétés minières françaises d’uranium continuent de faire des affaires.

Mais un processus de négociation et un accord pourraient prendre diverses formes:

La junte nigérienne pourrait entamer des négociations internes compliquées avec divers politiciens civils, comme l’ancien président nigérien Mahamadou Issoufou ou les rivaux de Bazoum, avec ou sans Bazoum. De telles négociations pourraient facilement s’enliser, la junte jouant délibérément les civils nigériens les uns contre les autres pour éviter de céder le pouvoir. Des processus tendus parmi les politiciens civils soudanais et les groupes d’intérêt me viennent à l’esprit.
La junte pourrait former un gouvernement de transition conjoint avec un politicien civil autre que Bazoum, comme Issoufou. Ce gouvernement pourrait alors promettre de tenir des élections dans un an ou deux. Pourtant, lorsque l’échéancier approchait, le gouvernement prolongeait le processus, prolongeant à plusieurs reprises sa règle. Le Mali, le Tchad et le Soudan sont des exemples récents de ce stratagème.
Le plus simple de tous, la junte pourrait simplement émettre la promesse de tenir des élections dans environ un an, sans former un gouvernement civil conjoint dans l’intervalle.
Dans laquelle de ces circonstances la CEDEAO se retirerait-elle d’une intervention?

Certes, les deux scénarios compliquent la justification de l’usage de la force par d’autres nations africaines et le maintien de la coalition militaire de la CEDEAO. Pour Tinubu, cela pourrait être une manœuvre pour sauver la face.

Les États-Unis, la France et l’Union européenne accepteraient-ils une telle mascarade pour maintenir l’accès à un théâtre d’opérations antiterroriste crucial et pour éloigner la Russie et le groupe Wagner du dernier bastion sahélien de l’Occident?

Les premier et deuxième scénarios, sans parler du troisième, compromettraient les engagements en faveur de la démocratie et se révéleraient peut-être instables. Mais ils offriraient une feuille de vigne diplomatique.

La logique militaire presse la CEDEAO d’entrer rapidement.

La logique militaire presse en fait la CEDEAO d’entrer rapidement. Un délai permet à la junte nigérienne de conclure un accord avec le groupe Wagner (ou une autre société de sécurité privée russe, comme celle liée au ministre russe de la Défense Sergei Shoigu) pour envoyer des déploiements, comme la junte l’a demandé. Wagner est tendu en Afrique et aurait besoin de temps pour générer une nouvelle force substantielle. Mais avec l’accord du Mali, il pourrait temporairement redéployer des forces à partir de là — si le Kremlin le permettait. Après tout, comme le Burkina Faso, le Mali a annoncé qu’une intervention de la CEDEAO constituerait une déclaration de guerre au Mali lui-même. Mais pour le Kremlin, l’optique de Wagner combattant d’autres armées africaines, contrairement aux djihadistes, est mauvaise-à moins qu’une arrivée précoce de Wagner au Niger n’ait contribué à dissuader l’intervention de la CEDEAO.

Une deuxième raison pour laquelle la CEDEAO doit intervenir rapidement est que les forces occidentales sont toujours au Niger. Seule la France a offert un soutien — non précisé-à l’intervention de la CEDEAO. Au minimum, les forces américaines, françaises et européennes au Niger pourraient fournir de puissants renseignements. Et la CEDEAO pouvait espérer que si son intervention militaire était soumise à un feu nourri et se retrouvait bloquée, les pays occidentaux ne pourraient pas se permettre d’envenimer les relations avec le Nigéria, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Bénin, et fourniraient des armes, de la planification, de la puissance aérienne ou autre assistance. Si une intervention militaire est retardée jusqu’après le départ des forces occidentales, ce soutien disparaît, même si l’Occident a la volonté politique de l’aider.

Un renversement rapide de la junte

Dans un scénario optimiste, l’intervention se déroulerait facilement, comme en Gambie. En 2017, le Sénégal y a déployé 7 000 soldats pour contraindre le président gambien Yahya Jammeh à céder le pouvoir au vainqueur des élections Adama Barrow. La faible armée gambienne de 7 000 hommes également n’a offert aucune résistance.

Mais le Niger, beaucoup plus grand, a des forces beaucoup plus lourdes, entraînées par l’Occident et avec une expérience de combat actuelle. Malgré l’espoir que, comme lors d’une tentative de coup d’État ratée en 2021 contre Bazoum, le reste des forces de sécurité nigériennes ne rejoindrait pas la garde présidentielle dans le coup d’État, l’armée nigérienne a resserré les rangs autour des putschistes. Se séparerait-il ou ferait-il défection de la junte face à une intervention de la CEDEAO?

L’intervention de la CEDEAO devient un combat

Dans le deuxième scénario, la CEDEAO devrait s’engager dans de durs combats urbains, au moins à Niamey et potentiellement ailleurs.

L’armée nigérienne compte entre 25 000 et 33 000 hommes — dont certains ne sont peut — être que des soldats sur le papier-mais le total est de 58 000 lorsqu’il est combiné avec la garde nationale, la police et la gendarmerie. Reste à savoir si le Mali et le Burkina Faso soutiennent la junte nigérienne avec leurs propres forces, en particulier compte tenu de la détérioration de la situation sécuritaire au Burkina Faso et au Mali, malgré, ou plutôt à cause, des tactiques antiterroristes flagrantes et contre-productives de Wagner.

L’armée nigériane est la plus importante d’Afrique de l’Ouest, avec une force active d’environ 135 000 à 220 000 hommes.

Mais l’armée nigériane ne pourra pas envoyer toute sa force: ses hommes sont déployés pour réprimer de graves problèmes de sécurité intérieure dans 32 des 34 États nigérians. Il a eu du mal à conclure avec succès l’un de ces déploiements, contesté par les insurgés islamistes dans le nord, les bandits et les groupes criminels là-bas et dans la Ceinture centrale, divers insurgés ethniques, et les groupes criminels et sectaires dans le sud.

Le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Bénin ont promis de compléter les forces nigérianes. Parmi ceux-ci, les Sénégalais sont les plus puissants. Mais une intervention au Niger créerait-elle un retour de flamme au Sénégal, fracturant ses forces armées ou attisant les sentiments anti-France? Réprimant fortement l’opposition politique et l’accusant de sédition, le gouvernement sénégalais a affirmé avoir évité plusieurs tentatives de coup d’État cette année.

Plusieurs interventions récentes de la CEDEAO-Sierra Leone en 1998-2000, Guinée-Bissau en 1999, Mali en 2013 – n’ont pas produit de victoires glorieuses. Les interventions de la CEDEAO se sont soldées au mieux par une force de maintien, ou pire, bloquées, finissant par passer le relais ou être intégrées dans une force plus large des Nations Unies. Mais les rivalités géopolitiques actuelles n’augurent rien de bon pour une force de l’ONU plus large à parachuter.

Retour des flammes à la maison

Une intervention de la CEDEAO et tout combat régional épuiseront l’attention et les capacités de toutes les armées impliquées dans la lutte contre les djihadistes, sécessionnistes, bandits et groupes criminels mortels et puissants liés à l’Etat islamique et à al – Qaïda. Les différents acteurs armés non étatiques auront l’occasion d’intensifier les attaques; les Touareg au Niger et au Mali peuvent redoubler d’efforts sécessionnistes, tout comme divers groupes ethniques, tels que les Igbo, dans le sud du Nigeria. Les djihadistes se rapprocheraient beaucoup plus des capitales du Mali et du Burkina Faso.

Une autre répercussion inquiétante serait un nouvel épuisement de l’armée nigériane. En l’état actuel des choses, les forces nigérianes sont débordées et incapables d’assurer la sécurité publique, tandis que les institutions civiles nigérianes ne parviennent pas à répondre aux besoins et aux aspirations des Nigérians.

Un Nigeria plus faible serait bien pire qu’une junte au Niger.

À la recherche d’une nouvelle base et de nouvelles façons de lutter contre le terrorisme
Si la junte nigérienne reste sans feuille de vigne acceptée et que les forces occidentales se retirent, où pourraient-elles déplacer leurs opérations de lutte contre le terrorisme?

Le Tchad est une option. Malgré son autoritarisme, la France y a déjà une base et les États-Unis ont un engagement important avec la puissante armée tchadienne qui a renforcé l’armée nigériane en difficulté contre Boko Haram il y a plusieurs années.

Washington et Paris pourraient également faire leurs achats dans les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest, ce dont on parle depuis longtemps à Washington. Le Bénin et le Togo, tous deux soumis à une pression djihadiste intensifiée, sont deux possibilités. Au Sahel, la Mauritanie pourrait être explorée: elle aussi a une histoire de coups d’État et un bilan très contrasté en matière de droits de l’homme. Mais en 2019, il a organisé des élections et un transfert pacifique du pouvoir, et tout récemment, en mai 2023, a organisé des élections législatives (avec une victoire écrasante du parti sortant).

Mais les nouveaux hôtes échapperaient-ils aux coups d’État et leurs relations avec Washington seraient-elles plus stables, surtout si les États-Unis ne se séparaient pas de la France toxique pour la région?

Alternativement ou simultanément, les États-Unis pourraient-ils élargir leur répertoire antiterroriste en incitant à des combats internes au sein et entre des groupes pro-ISIS et pro-al-Qaïda? Pourrait-il développer des renseignements suffisamment robustes et monter des opérations psychologiques suffisamment habiles pour déclencher et contrôler de telles luttes intestines parmi les terroristes? Et une telle approche discréditerait-elle son leadership mondial en matière de lutte contre le terrorisme, car les civils locaux porteraient probablement le poids de la violence?

Avec agences

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page