A l’attention du Ministre de la Santé à propos de l’urgence(suite)

A l’attention du Ministre de la Santé à propos de l’urgence (suite)
Créer un centre national d’urgence n’est peut-être pas la bonne solution, même si le ministère de la Santé tente de nous dire le contraire en entérinant toutes les résolutions de la 58e Assemblée mondiale de la santé de 2005.
La gestion des urgences médicales donne des résultats satisfaisants dans le respect des performances diagnostiques et de la satisfaction des usagers. Cependant, ces résultats ne suffisent pas à masquer les nombreuses carences qui réduisent la qualité de ces soins. Cela explique au moins en partie certains inconvénients : absence de personnel urgentistes, structures d’hospitalisation quasi-inexistantes, circuit  de recours du malade (automédication, mère, voisins, marabout, service des urgences) , durées longues de traitement, problèmes de médicaments.
Ces lacunes peuvent, Monsieur le ministre, être comblées en limitant la présence des services aux urgences les plus graves, tout en prenant des mesures pour renforcer la capacité des services à prendre en charge ces patients.

Bouton retour en haut de la page