Sommets arabes: jalons historiques pour les droits palestiniens

Sommets arabes: jalons historiques en faveur des droits palestiniens justes et légitimes

Doha, Qatar: Avec la participation de Son Altesse l’Émir Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, la 33e session ordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau du sommet débute jeudi au Royaume de Bahreïn, à la lumière des conditions extraordinaires dans l’arène arabe qui nécessitent des positions arabes urgentes à prendre, pour faire face aux divers dangers et défis auxquels la région arabe a été soumise, en particulier au niveau de la cause palestinienne car c’est la cause première des Arabes. Ces conditions nécessitent également de resserrer les rangs, d’unifier les positions, les visions et les énergies, et d’exploiter toutes les capacités des pays arabes, au service de leurs questions justes et cruciales, ainsi que des ambitions et aspirations de leurs peuples à la paix, à la sécurité, à la stabilité, au progrès et à la prospérité.

La participation de SON Altesse l’Émir au Sommet arabe est basée sur la conviction de l’État du Qatar dans la capacité de la nation arabe à unir ses énergies et ses potentiels et à les exploiter pour servir ses pays, ses peuples, ses problèmes, ses droits et ses aspirations légitimes à la paix, au développement et à la stabilité.

Elle affirme également que l’État du Qatar se tient de tout son être aux côtés du peuple palestinien frère dans son épreuve actuelle – en particulier dans la bande de Gaza assiégée, et soutient ses droits légitimes à la liberté, à l’autodétermination et à la création de son État indépendant.

Depuis la fondation de la Ligue arabe en mars 1945, 44 sommets ont eu lieu, dont 32 sommets réguliers – dont le dernier en 2023, à Djeddah, et 12 sommets extraordinaires – dont le dernier en 2019, à La Mecque. Parallèlement, quatre sommets arabes sur le développement (économique et social) ont eu lieu, en plus de plusieurs sommets arabes avec des groupements et blocs régionaux. Doha a accueilli trois sommets arabes, dont un sommet d’urgence en janvier 2009, un sommet ordinaire en mars 2009 et un autre sommet ordinaire en mars 2013.

La cause palestinienne a constitué un pivot et une pierre angulaire fixe dans les différentes sessions des sommets arabes, régulières et extraordinaires ainsi que régionales, car les décisions des sommets arabes ont toujours inclus des résolutions soulignant la centralité de la cause palestinienne, en tant que cause de tous les Arabes pour restaurer les droits légitimes et inaliénables des Palestiniens.

Le premier sommet arabe s’est tenu au Palais Inshas en mai 1946, à Alexandrie en Égypte, un an après la fondation de la Ligue arabe. Seuls sept pays, les pays fondateurs de la Ligue arabe, ont participé à la première réunion, consacrée au soutien de la cause palestinienne. Dans son résultat, l’identité arabe de la Palestine a été affirmée et son sort était lié à la situation de tous les pays de la Ligue arabe, soulignant que ce qui arrive aux Palestiniens arrive aux peuples de toute la nation arabe. C’était avant l’annonce officielle de la création du soi-disant « État d’Israël » en 1948.

En novembre 1956-une décennie plus tard, le Sommet de Beyrouth s’est tenu au Liban, pour soutenir l’Égypte contre l’agression tripartite. Le sommet a appelé à se tenir aux côtés de l’Égypte contre l’agression et à affirmer sa souveraineté sur le canal de Suez conformément au traité de 1888, ainsi qu’aux six principes approuvés par le Conseil de sécurité des Nations Unies (AGNU) en octobre. 13, 1956.

Tenu en 1964, le Sommet du Caire a été témoin d’une transformation historique du processus d’action arabe commune, les sommets arabes ayant acquis un statut officiel et il a été décidé qu’ils se tiendraient périodiquement. Dans ses résolutions, le sommet a souligné la nécessité de purifier l’atmosphère arabe des différences, de soutenir et de consolider la solidarité arabe, et a considéré la création du soi-disant « Israël » comme une menace pour la nation arabe, en plus d’appeler à la création d’un commandement unifié pour les armées des pays arabes.

En septembre 1964, la deuxième Conférence arabe ordinaire au Sommet s’est tenue à Alexandrie et a appelé au renforcement des capacités de défense arabes, saluant la création de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et son accréditation en tant que représentant du peuple palestinien.

Suivant l’approche adoptée par les dirigeants arabes de tenir le sommet sur une base annuelle, le Maroc a accueilli le troisième sommet arabe régulier en septembre 1965, à Casablanca, au cours duquel il a abouti à l’approbation et à l’adhésion au Pacte de solidarité arabe, au soutien de la cause palestinienne dans tous les forums internationaux, au soutien au désarmement, à la prévention de la propagation des armes nucléaires et au règlement des différends internationaux par des moyens pacifiques.

Le quatrième sommet arabe, qui s’est tenu en 1967 à Khartoum, au Soudan, a représenté l’un des sommets arabes les plus importants historiquement connus sous le nom de Sommet des « Trois Non », après la guerre de juin 1967 et l’occupation de la Cisjordanie, de la Bande de Gaza, du Golan syrien et de la péninsule égyptienne du Sinaï par les forces israéliennes.

La cinquième Conférence régulière du Sommet arabe s’est tenue en décembre 1969, à Rabat, au Maroc, au cours de laquelle l’accent a été mis sur le crime d’un extrémiste incendiant la mosquée Al-Aqsa en août. 21, 1969.

La cause palestinienne est restée la plus grande préoccupation des dirigeants arabes et l’objet du sixième sommet arabe ordinaire à Alger, qui s’est tenu en novembre 1973, ainsi que du septième sommet arabe ordinaire tenu en octobre 1974, à Rabat, qui a adopté l’OLP comme seul représentant légitime du peuple palestinien.

En octobre 1976, le huitième sommet arabe ordinaire s’est tenu au Caire, au cours duquel les pays arabes ont été invités, chacun selon ses capacités, à contribuer à la reconstruction du Liban et à s’engager à soutenir la solidarité arabe.

Lors du 23e sommet arabe qui s’est tenu en mars 2012 à Bagdad, en Irak, les dirigeants arabes ont appelé à un dialogue entre les autorités syriennes et l’opposition, exigeant que Damas mette immédiatement en œuvre le plan de l’Envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie, Kofi Annan.

En mars 2013, la 24ème session ordinaire du sommet arabe s’est tenue à Doha, au cours de laquelle les dirigeants des pays arabes ont réaffirmé la déclaration contenue dans la Charte de la Ligue arabe et les traités et accords qui la complètent, prouvant le lien étroit et les nombreux liens qui unissent tous les pays arabes. Ils ont également insisté sur la consolidation de ces liens, leur renforcement et leur orientation vers ce qui est le mieux pour tous les pays arabes.

Le 25ème sommet arabe s’est tenu en mars 2014, au Koweït, et a abouti à la publication de la Déclaration de Koweït, qui a renouvelé l’engagement des dirigeants des pays arabes à trouver les solutions nécessaires aux situations délicates et critiques que traverse le monde arabe avec une vision profonde et une vision ouverte. Les dirigeants ont également exprimé leur rejet absolu et catégorique de la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif, de la poursuite de la colonisation et de la judaïsation d’Al Qods (Jérusalem occupée), que ce soit en violant ses sanctuaires islamiques et chrétiens, ou en modifiant son statut démographique et géographique, jugeant les mesures israéliennes nulles et non avenues en vertu du droit international et des résolutions de la légitimité internationale.

La Déclaration de Charm El-Cheikh, qui a conclu le 26e sommet arabe en mars 2015, a souligné la solidarité arabe en paroles et en actes face aux développements que connaissait la région, et la nécessité absolue de formuler des positions arabes communes face à tous les défis.

Le 27ème sommet arabe s’est tenu en juillet 2016, en Mauritanie. Elle s’est conclue par la publication de la Déclaration de Nouakchott, qui a affirmé la centralité de la cause palestinienne dans l’action arabe commune et a progressé dans le soutien à la fermeté du peuple palestinien face à l’agression israélienne systématique.

La 28ème session du sommet arabe s’est tenue en mars 2017, dans la région de la mer Morte, en Jordanie, et elle a affirmé la poursuite des travaux pour relancer des négociations de paix palestino-israéliennes sérieuses et efficaces qui mettront fin à l’impasse politique.

Le 29e sommet arabe s’est tenu en avril 2018, à Dhahran, Arabie Saoudite, et sa déclaration finale a souligné l’importance de renforcer l’action arabe commune pour faire face aux dangers auxquels sont confrontés les pays arabes et qui menacent leur sécurité et leur stabilité. Les dirigeants arabes ont également annoncé leur rejet de toutes les mesures unilatérales israéliennes qui changent les faits et sapent la solution à deux États, ainsi que l’invalidité et l’illégitimité de considérer Al-Qods (Jérusalem occupée) comme la capitale d’Israël, exigeant que les pays du monde ne déplacent pas leurs ambassades à Jérusalem occupée, ou ne la reconnaissent pas comme la capitale d’Israël.

Le 30e sommet arabe s’est tenu le 31 mars 2019 à Tunis, en Tunisie, au cours duquel les dirigeants arabes ont souligné que ce qui unit les pays et les peuples arabes est bien plus grand que ce qui les divise, grâce à la force des liens de civilisation ancienne, de l’histoire, des liens de fraternité, unité de culture et intérêts mutuels.

L’Algérie a accueilli le 31e sommet arabe régulier en novembre 2022, et la cause palestinienne figurait en tête de l’ordre du jour du sommet, qui a réitéré la centralité de la cause palestinienne pour l’ensemble de la nation arabe, en plus de l’adhésion des Arabes à la paix en tant que choix stratégique, et la résolution du conflit arabo-israélien conformément aux résolutions de légitimité internationale et à l’Initiative de paix arabe de 2002 avec tous ses éléments.

avec
agences

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page