Sahara : Le projet de résolution US déplait à l’Algérie et au Polisario

Sahara : Le projet de résolution US déplait à l’Algérie et au Polisario
Les Etats-Unis ont présenté, hier, aux membres du Conseil de sécurité le projet de résolution sur la question du Sahara occidental. Le texte, dont l’adoption est prévue le 27 octobre, reprend les observations émises par le secrétaire général de l’ONU dans son dernier rapport sur ce dossier.

Le document américain appelle à s’engager dans la dynamique créée par les deux éditions du processus des tables rondes, de décembre 2018 et mars 2019. Un cadre de négociation ayant réuni les quatre parties intéressées par le conflit du Sahara : le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario. Pour rappel, la résolution 2602, approuvée en octobre 2021, avait consacré l’importance des tables rondes.

Le texte proposé par Washington «encourage les pays voisins à prendre des mesures importantes et à contribuer activement à ce processus; et souligne l’importance pour toutes les parties prenantes de développer leurs positions afin d’avancer vers une solution».

Le document invite «toutes les parties à coopérer pleinement avec la MINURSO, y compris leur libre interaction avec tous les interlocuteurs, et de prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité, la libre circulation et l’accès immédiat du personnel des Nations unies et du personnel associé dans l’exécution de leur mandat, en conformément aux accords conclus avec les Nations unies».

Le projet de résolution met l’accent aussi sur «la nécessité de respecter pleinement les accords militaires conclus avec la MINURSO concernant le cessez-le-feu et demande aux parties de se conformer pleinement à ces accords, de mettre en œuvre leurs engagements avec le précédent Envoyé personnel et de s’abstenir de toute action qui pourrait saper les négociations facilitées par l’ONU ou déstabiliser la situation au Sahara occidental».

Le texte a salué, une fois de plus, «le rôle joué» par les sections du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) à Laayoune et Dakhla et «l’interaction du Maroc avec les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme des Nations unies». Le document a réitéré son appel à l’Algérie pour autoriser un recensement des populations dans les camps de Tindouf.

Le projet de résolution a recommandé la prorogation du mandat de la MINURSO pour une année supplémentaire. Le texte fait l’objet de négociation entre les membres du Conseil de sécurité. L’Algérie et le Polisario parient sur la Russie, et dans une moindre mesure sur le Kenya, pour intégrer dans le texte un appel officiel «à des négociations directes» entre le Maroc et le Polisario.

La teneur du texte américain ne plait pas au Polisario. «On ne peut pas attendre grand-chose de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité», a souligné dans une interview son représentant à New York, Sidi Mohamed Ammar

Source : Yabiladi

Bouton retour en haut de la page