presse marocaine hebdomadaire du samedi 2 avril

quotidiens marocains
quotidiens marocains

Maroc- revue de presse hebdomadaire du samedi 2 avril

La métamorphose de l’outsourcing, vers une réforme de l’IS, la saison agricole sauvée par les cultures printanières… Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire:

+Challenge

Impôt sur le revenu: une réforme en vue

En matière d’impôt sur le revenu (IR), le barème d’imposition actuellement en vigueur n’a pas connu de changement depuis 2010. L’application du barème est limitée principalement et partiellement à deux catégories de revenus : les revenus salariaux et assimilés et les revenus professionnels déterminés selon le régime du résultat net réel ou du résultat net simplifié.

Face à cette «jungle fiscale», les dispositions actuelles en matière d’IR devraient connaître une véritable refonte et non pas une simple « bricole ».

Un simple «retapage» ou mise à jour du barème d’imposition, en matière d’IR, révélerait la faible volonté politique, voire son absence, dans un domaine crucial constituant le « noyau dur » du contrat social. A l’inverse, la généralisation effective du barème à toutes les catégories de revenus, avec son réaménagement pour le rendre réellement progressif, pourrait être un signal fort en matière de réforme du système fiscal.

+Finances News Hebdo

Aid Al Adha: Les éleveurs démarrent les préparatifs sur fond d’incertitudes

Au cours des mois précédant Aïd Al-Adha, les paysans sont généralement enthousiastes. Les fonds récoltés par la vente du bétail leur permettent de renflouer leur trésorerie et d’entamer avec sérénité la prochaine saison. Mais cette année, un vent d’incertitude et d’inquiétude règne dans le monde rural. En dépit des dernières pluies, les exploitants craignent toujours le pire; la sécheresse a eu des effets dévastateurs même sur les périmètres irrigués. Les réserves en eau des barrages dans certaines régions ont atteint un seuil critique. Les éleveurs tablent sur cet événement pour réduire le manque à gagner enregistré sur les autres activités agricoles. La réduction des mesures de restriction sanitaires, le retour des MRE et la reprise économique sont parmi les facteurs qui peuvent redonner des couleurs à cette célébration», souligne-t-on auprès de l’Association nationale ovine et caprine.

+L’Observateur

Maroc-Israël: les patrons accélèrent la cadence

Deux semaines après leur rencontre à Tel-Aviv, la CGEM a accueilli des représentants du secteur privé et de l’Institut d’exportation israéliens. L’enthousiasme exprimé par les deux parties en Israël a été de la même intensité à Casablanca, comme en témoignent l’interview accordée à L’Observateur par le président de la CGEM, Chakib Alj. On peut en relever notamment la volonté des principaux représentants du secteur privé israélien d’aller de l’avant avec leurs homologues marocains et leur insistance sur l’impérieuse nécessité d’un accord de libre-échange maroco-israélien en vue notamment de faciliter la concrétisation rapide de projets communs. « Un accord de libre-échange serait effectivement souhaitable et une suite logique de la dynamique de coopération observée. Je suis convaincu qu’il sera mis en place une fois toutes les conditions réunies », a affirmé Alj.

+La Vie Eco

Agriculture: des perspectives prometteuses pour les cultures printanières

Un regain d’optimisme s’affiche tant au niveau de la situation des barrages que de celle des cultures printanières notamment, suite aux dernières pluies. En effet, le cumul pluviométrique moyen national durant le mois de mars a atteint 60 mm, soit une hausse de 46% par rapport à la moyenne des 30 ans (41 mm) et de 52% par rapport à la campagne précédente (39 mm). Sur le plan hydrique, le taux de remplissage des barrages est actuellement à 33% contre 51% une année auparavant. Le groupe Crédit Agricole du Maroc, toujours engagé dans l’accompagnement et le soutien du secteur agricole, a mis en place une ligne de crédit dédiée aux cultures de printemps «alfilaha arrabiîya» pour le financement de cette saison. Dans les zones défavorisées où les cultures céréalières sous assurance, la MAMDA a terminé les expertises de terrain et le remboursement des parcelles sinistrées commencera la première semaine de ce mois.

+La Vie Eco

Outsourcing: une métamorphose vers des métiers de forte valeur ajoutée

Le secteur de l’outsourcing a réussi une mue exceptionnelle au cours de la dernière décennie. Cette métamorphose a consisté en un virage progressif et sûr d’un secteur essentiellement axé sur les services de centre d’appel et de relation client à un écosystème de prestations à forte valeur ajoutée pour la performance opérationnelle, de knowledge management et de processus complexe nécessitant des compétences aiguisées de communication et de réflexion. Aujourd’hui, le poids de cette activité dans l’économie nationale représente un chiffre d’affaires de plus de 14,1 MMDH, 130 000 emplois ( 10 000 par an en moyenne) et 5 écosystèmes. Aussi, en termes de conjoncture économique spécifique, le secteur se distingue en étant le 6e pourvoyeur de devises du Royaume, le 2e plus important pourvoyeur d’emplois après l’automobile, et contribuant à hauteur de 5% à la croissance du PIB.

+Le Reporter

Ramadan: 70 milles tonnes de dattes à importer

L’approvisionnement du marché national en dattes devrait se dérouler normalement cette année. À l’occasion du mois sacré du Ramadan, le gouvernement tient à rassurer les consommateurs. L’approvisionnement du marché national en dattes sera assuré à la fois par les stocks issus de la production nationale (qui a atteint 160.000 tonnes en hausse de 12% par rapport à la campagne précédente) et par les importations réalisées ou à réaliser. Pour pouvoir couvrir à 100% les besoins nationaux, les importations en dattes «pourront peser quelque 70.000 tonnes cette année, selon la Fédération interprofessionnelle de phœniciculture.

MAP