Paris œuvre à faire « perdurer » le conflit au Sahara occidental (Ambassadeur)

le premier ministre jean castex le 27 janvier 2021 a paris 47774589
le premier ministre jean castex le 27 janvier 2021 a paris 47774589

L’ambassadeur sahraoui à Alger a fustigé dans une déclaration à l’APS, la décision du parti du président Macron d’ouvrir une antenne dans la ville de Dakhla.

Algeria/ AA / Alger

La France « œuvre à faire perdurer le conflit au Sahara occidental », a déclaré Taleb Omar, ambassadeur du Front Polisario à Alger, a rapporté, lundi, l’agence de presse algérienne (APS, officiel).

Tout en fustigeant la décision de « la République en Marche » (LERM), parti du président français, Emmanuel Macron, d’ouvrir une antenne dans la ville « occupée » de Dakhla, le diplomate sahraoui a souligné que son peuple « fera face à tous les plans malveillants » qui se dressent contre son droit à l’autodétermination et saura déjouer « les plans belliqueux de l’occupation marocaine et ses alliés ».

« La position du parti au pouvoir en France ne favorise aucune solution politique pour le conflit au Sahara occidental mais accentue plutôt la situation », a relevé Taleb dans un entretien accordé à l’APS, tout en faisant assumer à Paris « toute la responsabilité de ce conflit qui perdure ».

« La France coloniale, a-t-il renchéri, ne veut pas que la cause sahraouie soit réglée dans le cadre de la légalité internationale mais œuvre à faire perdurer le conflit ».

L’ambassadeur en poste à Alger a relevé que le parti « macroniste » au pouvoir veut suivre la voie empruntée par l’ancien président américain, Donald Trump, en qualifiant la ville de Dakhla de « territoires sud du Maroc ».

Bien que le ministre français des Affaires étrangères eût déjà souligné que Paris œuvre pour une solution mutuellement acceptable, la décision du LERM traduit la politique française, d’autant qu’elle provient du parti au Pouvoir et non pas d’une simple formation politique, a-t-il poursuivi.

De son côté, la Représentation du Front Polisario en France avait rejeté en bloc la décision du LERM portant création d’une antenne dans la ville de Dakhla, qualifiant cette mesure de « violation flagrante du statut juridique » du Sahara occidental.

« Selon les résolutions des Nations Unies, le Sahara occidental n’est pas soumis à la souveraineté du Royaume du Maroc, qui du même point de vue reste une force d’occupation militaire qui pratique les pires formes d’oppression contre le peuple sahraoui », a indiqué la Représentation dans un communiqué.

Un conflit entre le Maroc et le « Polisario » sur la région du Sahara dure depuis 1975. Il a commencé après que l’occupation espagnole a mis fin à sa présence dans la région.

Le conflit s’est transformé en une confrontation armée qui a duré jusqu’en 1991, et a pris fin avec la signature d’un accord de cessez-le-feu.

Rabat insiste sur son droit à la région du Sahara et propose une autonomie étendue sous sa souveraineté, tandis que le « Polisario » réclame un référendum d’autodétermination, sous les auspices de l’ONU, position soutenue par l’Algérie.

Le 30 octobre dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé de prolonger le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum dans la région du Sahara « MINURSO » pour une durée d’un an, soit jusqu’au 31 octobre 2021.

Agence Anadolu