Mauritanie: L’ex-président Aziz est écroué

Mohamed Ould Abdel Aziz
Mohamed Ould Abdel Aziz

Mauritanie: L’ex-président Aziz est écroué.

La majorité des présidents mauritaniens furent emprisonnés. Les putschistes décidèrent qu’il leur était nécessaire de mettre Ould Daddah à l’écart de la vie politique pour un certain temps.

Ce fut pour ces mêmes raisons que Haidalla fut détenu et Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah également.

Leur détention fut une nécessité dictée dans un cas comme dans l’autre par un coup d’État dont les auteurs étaient en mal de légitimité et de regain de cause.

Aujourd’hui, Ould Abdel Aziz est écroué deux ans après l’organisation d’une élection présidentielle qui a été remportée par le président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, dont le pouvoir est d’ores et déjà consolidé.

Le président n’a guère besoin d’emprisonner Aziz pour renforcer les bases de son régime, pas plus qu’il n’a besoin de le mettre hors circuit afin de s’imposer comme président.

Bien au contraire, c’est sa conviction qui le pousse à ramener à l’Etat ses milliards, qui ont été volés au cours des douze dernières années, durant lesquelles l’homme ressemblait à un parasite, qu’il est vital d’extirper du grand corps malade de l’Etat.

Aziz est le cinquième président mauritanien à faire l’expérience de la prison. Mais, la comparaison s’arrête là. Car, il est le tout premier président à être détenu pour vol, pillage, détournement de deniers publics.

Les quatre autres furent emprisonnés pour des raisons politiques et pourtant, ils ne parcoururent point la ville à la marche, ni ne se lamentèrent piteusement sur un pouvoir qui leur fut ravi par les bulletins de vote, et non aux caisses d’Accra. Jamais, ils ne s’adressèrent à la presse avec arrogance, âpreté, atrabilité, comme s’ils avaient droit de régence sur le pays. 

Aujourd’hui est une journée historique, à tous égards, par rapport à la Mauritanie, au monde arabe et à l’Afrique.

C’est le jour où la prison reçoit un despote, un voleur des richesses du peuple, pour que soient récupérées toutes les richesses pillées. Autant dire un évènement inédit en Mauritanie et très peu usité dans les autres pays.

Ould Abdel Aziz mérite l’emprisonnement, pour le mal accompli et la transgression de ce qui est sacré pour.

Ould El-Ghazouani mérite le respect parce que sa relation personnelle avec Aziz ne l’a pas poussé à se ranger de son côté contre la patrie. Aucune dérogation ne le fait surseoir à la prévalence de l’intérêt public sur l’intérêt particulier.

 Si, d’aventure, « Fatimetou Mint Mohamed venait à commettre un vol, et bien, Mohamed lui couperait la main ».

Nos frères égyptiens disent que « la prison est faite pour les braves », mais aussi pour les voleurs et les brigands des grands chemins. Du genre d’ »Oueiziz ». Il arrive que l’épée brandie soit rangée dans sa gaine il est fait du glaive pacifique.

Gloire à la justice !

Hanevy Dahah

Taqadoumy