Mauritanie : le gouvernement propulse la relance

Mauritanie : le gouvernement propulse la relance de l’activité économique nationale

Le gouvernement a annoncé lors d’une réunion du Conseil des ministres vendredi soir qu’il réduirait les dépenses de fonctionnement plutôt que d’augmenter les investissements pour « consolider la reprise de l’activité économique du pays ».

Dans le projet de loi de finances 2023, les dépenses de fonctionnement passeront de 19% du PIB en 2022 à 16% en 2023, soit 58% du budget de l’Etat, contre 65% en 2022.

En termes de dépenses d’investissement, il continuera à bénéficier de la priorité d’allocation des ressources, et la part des dépenses totales en 2023 passera de 35% en 2022 à 42%.

Le gouvernement espère consolider la relance

Le gouvernement a expliqué qu’il espérait consolider la reprise de l’activité économique dans le pays en atténuant les effets négatifs de la pandémie de COVID-19 et du récent conflit entre la Russie et l’Ukraine.
Dans le cadre de cette nouvelle orientation budgétaire, le gouvernement s’est engagé « à soutenir la reprise de l’activité économique en investissant dans les infrastructures pour soutenir la croissance et les industries à fort potentiel de valeur ajoutée et de création d’emplois ».

Il a également exprimé sa volonté de « prioriser le capital humain et les services essentiels en cohérence avec le Plan Présidentiel et la Stratégie Nationale de Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée (SCAPP) ».

Le gouvernement s’est également engagé à « maîtriser la situation de la dette publique » et à « favoriser la mise en œuvre des programmes sociaux et la promotion de l’emploi ».

Bouton retour en haut de la page