Les candidats à la présidentielle flattent les jeunes pendant la campagne.

Les candidats à la présidentielle flattent les jeunes pendant la campagne.
Depuis qu’il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle prévue le 29 juin, les discours
d’Ould Ghazouani s’adressent clairement aux jeunes, qui, selon les analystes, sont la clé d’un électorat
nouveau et plus jeune. L’enjeu est de taille, car 31 % des électeurs inscrits ont moins de 30 ans
et 64 % d’entre eux ont moins de 45 ans.
Mais Ould Ghazouani se présente face à six autres candidats, dont deux ont plus de vingt ans
de moins que lui et sont considérés comme de jeunes visages politiques qui sont devenus les principales
figures de l’opposition qui a perdu en popularité ces dernières années.
Ould Ghazouani, 67 ans, qui dirige la Mauritanie depuis cinq ans, est confronté à un grand dilemme
lorsqu’il s’agit de s’adresser aux jeunes, en raison du chômage généralisé parmi cette catégorie
et du harcèlement de certains blogueurs et militants sur les réseaux sociaux.

Défis à relever

« Si nous ne réussissons pas à intégrer et à autonomiser les jeunes, ils se tourneront vers la criminalité
et le terrorisme », a déclaré Ould Ghazouani dans son discours prononcé samedi à l’aube, ajoutant
que « tous les axes de mon programme électoral se concentrent directement ou indirectement sur le service, l’intégration, la formation, la promotion et l’implication des jeunes. »
L’une des promesses d’Ould Gazouani aux jeunes était de lancer une « guerre résolue contre le chômage
des jeunes « , puis de créer « une instance compétente pour aborder tous les aspects des problèmes
de la jeunesse, dotée des pouvoirs et des capacités nécessaires ».

Le plus jeune candidat à cette élection présidentielle est El id Ould Mohameden, 45 ans, qui
se présente comme candidat jeune. C’est un avocat et membre du Parlement bien connu, actif dans
les élections présidentielles depuis près de 20 ans, l’arène politique et la défense des droits de l’homme.
Le discours d’Ould Mohameden est basé sur le « changement », où il souligne à plus d’une occasion
que c’est la plus grande demande de la jeunesse mauritanienne, bien que dans le discours d’ouverture
de la campagne électorale jeudi – vendredi soir dernier, il ait revu son parcours, tout en disant
qu’il s’agissait d’une « défense de la jeunesse et des militants », puis a souligné que les Mauritaniens
devraient « élire un président issu du peuple, qui ressent la douleur des marginalisés et les espoirs
de la jeunesse ».

Promesses de prospérité

Promesses de prospérité quant au candidat aux élections, Hammadi Ould Sidi El Mokhtar (49 ans), a choisi
de s’adresser à la jeunesse depuis le portail des conditions économiques, il a déclaré dans le discours
d’ouverture de sa campagne qu’il s’engage auprès de la jeunesse à « lutter contre le chômage, le népotisme
et l’injustice afin de fournir les conditions appropriées qui permettent aux jeunes de vivre dans leur patrie
dans la prospérité et de contribuer à sa renaissance et à son progrès ».
Alors que le parti vit une période de transition de deux générations, son candidat à la présidentielle
a déclaré qu’il travaillerait à « créer des emplois pour la jeunesse mauritanienne », et il a ajouté s’adressant
à la jeunesse : « lorsque nous gagnerons ces élections, vous ne vous retrouverez pas obligés d’émigrer, mais
vous obtiendrez des emplois dans la dignité et dans votre pays ».

Mamadou Bocar Ba a indiqué lors de son meeting que se présenter à la présidentielle constitue
une lourde responsabilité qui demande une forte mobilisation.

Un état fort

Mamadou Bocar Ba a souligné que son choix est le fruit d’un consensus de plusieurs entités politiques
qui forment la coalition « Mamadou Bocar Ba président 2024 ».
Il s’est engagé une fois élu à édifier un état fort où le citoyen, quelle que soit sa couleur et
son appartenance sociale, jouit de ses droits et de la quiétude.
Le candidat El Wafi, qui se présente à la course présidentielle pour la deuxième fois après l’élection
de 2019, a juré par le Coran d’assurer avec honnêteté et sincérité la gestion des affaires
du pays, s’il est élu, appelant les autres candidats à suivre son exemple si leurs intentions
sont sincères pour mener les réformes dans le pays.
Ould El Wafi a appelé les jeunes instruits et travailleurs, capables de s’élever contre l’injustice
sans craindre de nuire à leurs intérêts ou d’être licenciés, à se lancer dans la politique et à œuvrer
pour ramener la pratique politique sur la bonne voie afin de sauver la société et d’apporter le secours
aux orphelins, aux nécessiteux et aux groupes vulnérables en général, au lieu de répondre aux besoins
personnels de certains.

Besoin de réformes

Le candidat Outouma Soumaré a quant à lui critiqué les conditions de vie dans le pays, appelant
ses sympathisants de la génération de l’alternance à voter pour lui afin de créer le changement souhaité.
Il a souligné que le pays a besoin de réformes, que “je m’engage à réaliser si vous me donnez votre confiance
le jour du scrutin”.
Le candidat Biram Dah Abeid, militant des droits de l’Homme, arrivé deuxième à la présidentielle
de 2019 a également critiqué le régime actuel et son prédécesseur avant de passer en revue les processus
de vote et les questions y afférentes, appelant ses partisans à être vigilants et à doter tous les bureaux
de représentants, soulignant dans ce contexte le manque de moyens logistiques.
Alors que les candidats aux élections distribuent de grandes promesses pour gagner la confiance
de la jeunesse mauritanienne, les observateurs parlent de la réticence des jeunes mauritaniens à voter
aux élections, bien qu’il y ait des indications que le taux de participation des jeunes pourrait
être plus élevé cette fois, après qu’ils se soient fortement inscrits lors de la révision de la liste
électorale.

Rapide info avec agences

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page