Le parti union pour la république accuse des partis de contre-vérités

23 04 2021 UPR
23 04 2021 UPR

Le parti union pour la république a déclaré mardi que le communiqué de l’opposition sur la situation dans le pays et la concertation nationale comportait beaucoup de contre-vérités et de déformation de la réalité.

Dans le communiqué qu’il a publié, l’UPR  répliquait  aux critiques de certains partis de l’opposition à sur  la situation du pays et l’accusation portée contre certains milieux qu’ils n’ont pas révélés de vouloir entraver le dialogue.

Le parti souligne que le communiqué des partis de l’opposition comportait beaucoup de contre-vérités et d’ambiguïtés, évoquant les multiples projets et programmes lancés par le gouvernement pour atténuer la hausse des prix et le déficit pluviométrique.

A propos du dialogue national, le parti a rappelé que c’est lui qui est à l’origine de l’initiative et qu’il était soucieux d’y associer tous les partis alors que certains d’entre eux voulaient en exclure d’autres réaffirmant en ce sens sa détermination à ce qu’aucune partie ne soit exclue.

Notons que des partis de l’opposition avaient déclaré hier mardinqu’ils ne pouvaient pas éternellement attendre le lancement d’un dialogue inclusif, accusant certains milieux qu’ils n’ont pas révélé de « saper » le processus de lancement du dialogue, critiquant fortement la situation politique, sociale et sécuritaire du pays.

Cette déclaration de certains partis d’opposition ait aujourd’hui un accent carrément absent depuis le début de la pandémie, ce qui indique un nouveau positionnement, mais le moment de la déclaration est jugé par bon nombre d’observateurs comme étant inapproprié.

L’opposition  ne sera nécessairement prête à aucun dialogue avant la tenue de la réunion de l’UPR, selon certaines informations crédibles et ce qu’elle impliquera sur les voies et moyens qui devraient la suivre.

Autrement dit, si l’opposition s’est mobilisée pour le dialogue, la loyauté n’est pas encore au rendez-vous.

Pourtant, elle a devant elle, une autre occasion d’or pour rattraper le train à la dernière gare, avant de se trouver de nouveau hors du jeu politique comme autrefois.