A la Une

La Mauritanie ne sera pas pauvre !

La Mauritanie ne sera pas pauvre !

Le quotidien de nos concitoyens devient de plus en plus dur. La Mauritanie n’est pas un pays pauvre, alors que de nombreux Mauritaniens le sont. Pourquoi ?

Parce-que que le climat politique, clanique, tribale, régionalisme et j’en passe fait en sorte que la richesse de la Mauritanie reste entre les mains d’une poignée d’élites et ne profite pas à tous. Et ça, les Mauritaniens dit « d’en bas », ils le savent et ils le vivent au quotidien ! Qui redressera cette situation injuste, si ce n’est pas les vrais Patriotes ?

Pour être en mesure de le faire, il faut une nouvelle génération d’hommes intègre qui cherche l’intérêt de la nation c’est un impératif pour la Mauritanie pour ce faire, il faut des hommes convaincus que nous représentons un avenir meilleur, des hommes politiques de notre génération nouveaux convaincus lorsqu’ils porteront ce message dans leur milieu de travail, dans leurs associations, à l’université , à l’école, et dans les réseaux sociaux et sur internet…

Ce message -là se livre sur le terrain mieux que nulle part ailleurs, ce message -là qui est un message de fond et non pas la petite phrase de quelques aigris en mal de notoriété watsapiennes . besoin de porte-paroles ce message là a besoin de nous, les cadres et sympathisants de tous bords . Et nous avons besoin de vous. Nous avons besoin en Mauritanie en Europe , et au USA d’ouvrir des coordinations fortes pour porter le débat chez les citoyens mauritaniens et dans la diaspora qui cherchent une alternative. Il faut bien que cette alternative soit celle que nous proposons.

Il nous faut du monde c’est sûr sur le terrain pour constituer une véritable force à convaincre. Le renouvellement, ce n’est une personne qui peut l’incarner le renouvellement c’est un nouveau projet (nous l’avons avec les Mauritaniennes et Mauritaniens épris de justice de paix une nouvelle équipe, une nouvelle Mauritanie, une nouvelle méthode. Doté de se triptyque, nous pouvons l’ incarner le renouvellement.

Que tous les Mauritaniennes et Mauritaniens attendent c’est un responsable politique qui a toujours privilégié l’action sur le terrain et en contact direct avec les citoyens et la réflexion à l’agitation médiatiques et aux querelles de boutiques.

En conclusion, au moment où l’on cherche constamment à donner du sens, il est légitime de se demander si le véritable obstacle rencontré par les citoyens est celui de l’absence ou celui de la quête du sens ?

Pourquoi existe-il aujourd’hui tant de difficulté à produire de la pensée ? La question qui se pose n’est elle pas la suivante: laisse- a t’on le citoyen mauritanien libre de penser ? En dehors des élites, la société permet-elle un tant soit peu la participation de chacun à la quête du sens

Dire que le monde dans lequel nous vivons est d’obédience matérialiste constitue un bien commun. Cette dévotion désormais quasi-culturelle voire existentielle au matériel, au physique, au palpable, au concret est malheureusement devenue le fondement essentiel, le fondement identitaire de notre société .

De toute part, une majorité de femmes et d’hommes relayés par les médias ( société de l’info- consommation oblige! ), exige des responsables politiques des changements perceptibles dans leur vie quotidiennes ceci vous paraît certainement légitime, les représentants du peuples étant mandatés par ce dernier pour agir, pour autant, nous nous trouvons actuellement dans une dérive telle que cette constante attente de résultats pratiques et instantanés induit des changements de temporalité du politique, le plongeant dans l’immédiateté et accélération.

Ce besoin vital de concret qui, s’il est poussé à son paroxysme, se noiera dans le paraître de reformes sans profondeur, provoque dans les mentalités des idées, des concepts, de la théorie, des idéologies… bref de tout ce qui permet le choix de société l’anticipation des problèmes particuliers et la recherche de l’intérêt général.

Le danger est que le paraître, ou plutôt l’attachement aux apparences, devienne non seulement un cage d’être. Puisque nous vivons dans une période de disqualification générale de la pensée en tant que telle et de la pensée politique en particulier, il nous faut anticiper et contrer les dérives de cette conversion matérialistes chez les mauritaniennes (iens) enfin que la société toute entière reparte en quête de sens vers un projet partagé et ça c’est nous cette nouvelle génération qui incarneront aujourd’hui ce sens.

La réflexion que nous devons mener porte donc sur les moyens d’inverser la tendance : comment rétablir la pensée comme outil de transformation sociale, comment la requalifier, comment la réhabiliter ?

La constitution de notre république pouvait sûrement y participer pour autant que les citoyens en soient les principaux auteurs dans un premier temps et les principaux acteurs dans un second temps car , c’est ainsi que nous concevons la république citoyenne que nous appelons de nos vœux. (…! …). C’est évidement dans le renouveau du pacte républicain avec des citoyens mauritaniens formés et informés, des élus politiques responsables et disponible , avec des institutions réformés dans leurs attributions et leur fonctionnement).

Que la requalification de la pensée puis toute sa pertinence. Là se situe l’enjeu démocratique principal de la république islamique de Mauritanie doit prendre en compte la réponse consiste également à lutter contre l’opinion assez répandue que la pensée est l’apanage d’une élite. A nous citoyennes et citoyens et hommes politiques nouvelle génération de la rendre accessible au plus grand nombre.

Cette  » massification de la pensée  » peut et doit être un ancrage de plus pour chacun dans la communauté de destins qu’est la république pour remplir cette mission, un triptyque fonde notre méthode:

Ecouter les préoccupations de nos concitoyens, comprendre les problèmes qui agitent le pays, et agir autant que faire se peut dans le sens de l’intérêt général et du respect des intérêts particuliers, aussi c’est dans une perspective évidente de foi en la puissance de la pensée, mais aussi avec une méthode pleine d’audace dans nos réflexions , débats, nos actions et nos prises de position que nous tâcherons, avec nos modestes moyens de citoyens d’inscrire notre action dans la durée.
Abdelaziz DEME
PARIS le 11 Novembre 2022

Bouton retour en haut de la page