Forum Maroc-Mauritanie : Les opérateurs des deux pays veulent franchir un nouveau cap

Forum Maroc-Mauritanie : Les opérateurs des deux pays veulent franchir un nouveau cap

Publié dans L’opinion le 21 – 09 – 2022, rédigé par Mohamed Elkorri

Le Maroc et la Mauritanie aspirent à accroitre leurs relations économiques, en témoigne la tenue de la deuxième édition du forum économique entre les deux pays voisins. Moult opportunités sont inexploitables, la tenue de ce Forum a permis leur identification.
Organisée par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), cette édition se caractérise par la prise en considération de la conjoncture mondiale, qui nécessite plus que jamais, des liens plus étroits et solides dans la région. «  »Notre ambition aujourd’hui est de hisser les relations maroco-mauritaniennes à un niveau encore plus fort sur tous les plans et notamment sur le plan économique », a déclaré à cette occasion la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah.

Efforts pour tisser les liens de coopérations économiques

Le président de la CGEM Chakib Alj, partage la même vision, tout en évoquant les défis auxquels est confronté le continent, tels que le choc énergétique ainsi que l’inflation galopante, qui ravagent l’Afrique depuis le début de la crise sanitaire suivie du conflit russo-ukrainien, qui a mis à nu les affaiblissements de plusieurs pays africains.

Pour lui, cette conjoncture nécessite une multiplication des efforts pour tisser les liens de coopérations économiques. « Notre rencontre aujourd’hui intervient dans une conjoncture mondiale marquée par des défis multiples. Le conflit en Ukraine a entravé la relance tant attendue, notamment celle de notre continent, entrainant une inflation et un choc énergétique sans précédent. C’est dans des circonstances comme celles-ci que la coopération régionale prend tout son sens. », a-t-il fait savoir.
Le Forum bilatéral a pour ambition de discuter les possibilités des acteurs privés des deux pays, en vue de consolider davantage leurs relations, avec but ultime de créer de la valeur ajoutée et de l’emploi de façon efficace et durable. L’échange commercial entre les deux pays est de l’ordre de 2,3 milliards de dirhams (MMDH).

Ce niveau demeure inférieur aux ambitions des deux pays voisins. « Nous sommes convaincus, que le développement des relations commerciales et économiques des deux pays est un levier majeur du renforcement des liens bilatéraux. La tenue de ce forum est venue consacrer cette dynamique de coopération et offrir de la visibilité aux acteurs économiques sur les opportunités à saisir. » a déclaré la ministre de l’Economie et des Finances.

Les secteurs à saisir les plus en vue

Les acteurs privés des deux pays ont fait un diagnostic des secteurs qui peuvent dynamiser les relations économiques. En premier lieu, figure l’agriculture, qui est primordiale en raison de la nécessité de garantir la sécurité alimentaire des deux pays, et également en raison des opportunités de transformation et de création de chaînes de valeurs complémentaires.
Le président de l’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM), Mohamed Zein El Abidine Cheikh Ahmed, a mis l’accent sur le fort potentiel agricole dans son pays, tout en précisant que seulement 15% de terres arables sont exploitées. Ensuite figure le secteur halieutique. Les produits de la pêche représentent 25,8% des exportations totales de la Mauritanie. Les deux parties ont convenu de travailler ensemble et investir dans la création de plus d’usines de transformation et de fabrication de produits de la pêche à forte valeur ajoutée.

Le volet énergétique a été évoqué également. La Mauritanie détient un potentiel géographique et climatique adéquats pour réussir sa transition énergétique, couvrir son autosuffisance en énergies renouvelables et réduire ses coûts de production, a indiqué le président de la CGEM, ajoutant que les entreprises marocaines sont prêtes à déployer leur importante expérience en Mauritanie, pour construire des unités solaires et éoliennes, mais aussi des projets relatifs à l’hydrogène. Dans ce sens, Abderrahmane Ould Atigh, trésorier général de l’UNPM, le gaz mauritanien entrera en phase de production en 2023, avec la mise en service du champ gazier Grand Tortue-Ahmeyim (GTA).
Le secteur de la santé et de l’industrie pharmaceutique a attisé l’attention des deux parties. Lamia Tazi, président-directeur général de Sothema a déploré dans ce cadre que 5 laboratoires marocains exportent vers la Mauritanie pour environ 5 millions d’euros sur un total d’importations du pays en médicaments de 80 millions d’euros.

Source: L’opinion

Bouton retour en haut de la page