En finir avec la tragédie du pouvoir en Mauritanie.

Abdel Kader Ould Mohamed
Abdel Kader Ould Mohamed

En finir avec la tragédie du pouvoir en Mauritanie. .

Abdel Kader Ould Mohamed 1
Abdel Kader Ould Mohamed 1

En réaction à une information selon laquelle, les militaires s’apprêtaient à prendre le pouvoir, le  premier Président de la République Islamique de Mauritanie Maitre

 Mokhtar ould Dadah yarhmou avait  dit : qu’ils le prennent, ils verront que ce n’est pas une sinécure !

Le premier commentaire, en privé, de l’ex Président Maouiya ould Taya  sur  la nouvelle relative au renversement de son pouvoir par un coup d’État fut sous la forme d’un  questionnement pathétique adressé  à son directeur de cabinet :  que cherchent  ils , au fond ,  par cette prise  pouvoir ? Qu’a t’on eu, par le pouvoir, si ce n’est la peine et  l’injure  » ( ka’ala et na’ala ) ? Son questionnement était d’autant plus raisonnable que

Ceux qui avaient pris le pouvoir étaient considérés comme ses plus proches compagnons d’armes et qu’ils étaient tous  solidaires dans la galère.

C’était à Niamey où il  eu,  au micro de Moussa kaka, une réflexion  toute philosophique sur son  sort personnel : Dieu protège moi contre mes amis, mes ennemis je m’en occupe.

En fait  ce n’était pas la première fois  et ça n’a pas été la dernière fois , que des  compagnons d’armes  d’un Président nous réveillent, le matin de bonheur , en nous  annonçant  , avec une musique qui inspire des milliers de troubadours, qu’ils ont mangé du lion  en vue de réaliser  »  une rectification   »  pour ne pas dire un coup d’État.

 Peu importe qu’ils soient venus au pouvoir pour sauver leurs peaux ou leur système, les

Présidents de formation militaire (et c’est une qualité louable) savent mieux que nous autres pauvres civils que  »  le pouvoir ne se partage pas «.

  Mao Tse tong  disait que le pouvoir est au bout du fusil.  Il avait raison, dans la mesure où la force apparente ou occultée,

Demeure, quoi qu’on dise, l’élément déterminant pour l’exercice réel du pouvoir.

En tout cas, chez nous,  la grande trouvaille fut, sans doute, l’habillement démocratique de la prise  du pouvoir.  

Cet habillement a été,  considérablement, amélioré par la limitation constitutionnelle des mandats du Président lequel, au bout de deux mandats doit être confiné, dans le statut d’ex Président.

 Ce statut qui  ne donne nullement à son titulaire une protection absolue contre les violations de la Loi, était conçu pour la continuité de l’État.

C’est au nom de cette continuité et dans l’intérêt de la Mauritanie,  que nous devons,  dans un esprit consensuel, réfléchir davantage sur la nature du pouvoir en Mauritanie.

A cette fin, l’unique voie où, en tout cas, le chemin le plus droit  me paraît dans  la consolidation de l’État de Droit  et des institutions.

 Il faut bien comprendre par là que les  considérations d’ordre privé, personnelles, familiales ou tribales font que  le problème du  pouvoir en Mauritanie  c’est que non seulement il n’est pas une sinécure mais qu’il est  devenu une véritable tragédie.

Que faire avec le genre des  situations qui nous plongent dans les scénarios de la tragédie du Roi Christophe ou  d’Antigone ? 

Je n’ai pas de réponse précise à cette question et je dois avouer que je  ne suis pas du tout mandaté pour la soumettre au débat public.

Certes, je me suis retrouvé depuis le déclenchement du  processus démocratique en 1991 dans le camp  de ceux qui sont censés être les soutiens des Militaires au pouvoir mais, j’ai  toujours  essayé, de garder une certaine indépendance d’esprit pour pouvoir contribuer au débat, dans l’intérêt de la Mauritanie.

Je  crois   que nous avons été nombreux, au sein de ces camps, à contribuer à l’évolution de l’idée d’adapter la prise du pouvoir aux exigences de l’État de Droit.

 Notre  dernier combat, partagé avec les opposants, fut celui qui a été mené contre la revendication anticonstitutionnelle du troisième mandat.

 Mais la lutte doit continuer pour trouver une normalisation de l’alternance au pouvoir avec l’objectif précis de voir  un président élu se retirer, paisiblement, après avoir accompli sa mission dans le respect de la constitution et des lois de la République.

La réponse  se trouve, sans aucun doute, dans le Droit mais je dois confesser que, parfois, j’éprouve  à lumière du réel  vécu  au quotidien, le  regret d’avoir fait des études de droit.

Il faudrait, peut-être, orienter la réflexion sur  la question du pouvoir  vers la philosophie laquelle signifie, faut-il le rappeler ? , amour de la sagesse.

Abdelkader oud Mohamed.