A la Une

Deux ministres ont commenté les résultats du conseil des ministres.

Deux ministres ont commenté les résultats du conseil des ministres.Il s’agit du ministre de l’Équipement et des Transports, porte-parole du gouvernement, M. Nany Chrougha et du ministre des Finances, M. Isselmou Ould Mohamed M’Bady.
Au cours de son allocution introductive, le porte-parole du gouvernement a déclaré que le conseil a examiné et adopté plusieurs projets de lois, de décrets et des communications, dont le projet de loi portant règlement définitif du budget 2021. Il a ensuite donné la parole au ministre des Finances afin que ce dernier apporte plus de précisions.

Ould Mohamed M’Bady a souligné que la présentation du projet de loi portant règlement définitif du budget de l’État était l’occasion pour le gouvernement de rendre compte de sa gestion au cours de l’exercice écoulé. D’après lui, il est question de transparence et de conformité à la loi.

En effet, l’article 44 de la loi organique relative aux lois de finance, prévoit un moyen de contrôler la conformité du budget exécuté avec les autorisations du parlement.

Le ministre des Finances a souligné que les recettes réalisées sont de l’ordre 80,80 milliards d’Ouguiyas, atteignant ainsi un taux de 115% par rapport aux prévisions de la loi de finance rectificative. Il a également soulevé qu’il s’agit d’une augmentation de 21% par rapport à 2020. Cet excédent, précise le ministre, est dû aux performances des industries extractives, du secteur des télécommunications et des services fiscaux.

Poursuivant son exposé, il a indiqué que les dépenses de l’Etat s’élèvent à 67,7 milliards d’Ouguiyas, soit un taux d’exécution de 84%, soulignant une amélioration de 4% par rapport à l’année 2020.

Le ministre a rappelé le contexte de 2021 marqué par l’impact du covid-19 sur l’économie, notant que les mesures prises par le gouvernement ont permis une croissance de 2,4%. Il a enfin déclaré que l’année 2021 a donné le coup d’envoi de nombreuses réformes relatives à la gestion des deniers publics.

En outre, le ministre a répondu à des questions relatives à l’action de l’Inspection générale de l’État (IGE). A ce propos, il a déclaré que l’État est résolument engagé pour une gestion vertueuse des deniers publics. Il a souligné que l’IGE et tous les autres instruments de contrôle des biens publics œuvrent pour une meilleure coordination pour empêcher tout manquement.

Pour ce qui est du rapprochement de l’administration de ses usagers, il a estimé que le processus est engagé au niveau de tous les départements ministériels.

Concernant son département, il rappelé qu’il est désormais possible de s’acquitter des impôts et de nombreuses taxes, à distance et à l’aide d’un simple téléphone, indiquant que l’administration s’inscrit désormais dans une dynamique de simplification des procédures.

De son côté, le porte-parole du gouvernement a été interpellé sur la fièvre qui s’est répandue à Atar. Il a souligné que le ministre de la santé s’était rendu sur place, notant que des mesures ont été prises au niveau central et local, afin de gérer les cas enregistrés.

S’agissant de la dégradation d’un certain nombre de tronçons routiers, le porte-parole du gouvernement a déclaré que certains axes routiers importants, se sont sensiblement dégradés à la suite d’un manque d’entretien datant de plusieurs années, soulignant que le gouvernement œuvre à mobiliser les fonds nécessaires, avant de lancer les appels d’offre concernant ces tronçons routiers.

Bouton retour en haut de la page