Contre Aziz, la commission d’enquête parlementaire accouchera d’un hérisson

Vu la toute puissance d’Aziz pendant plus de 10 ans, vu tous les scandales financiers de son règne en toute impunité, comment peut-on mettre en place une commission d’enquête en le laissant voyager comme il veut en narguant les enquêteurs après avoir pris soin de menacer quiconque lui chercherait noise car il dit détenir des dossiers sur chacun ?

C’est étrange. S’il était coupable, s’il risquait quelque chose, il aurait pu se mettre à l’abri n’importe où chez ses amis tyrans d’Arabie notamment wahhabites qu’il a tant servi comme un mamelouk ou même en Asie. Au lieu de ça, il reste en Mauritanie.

Vu l’étendue du champ d’enquête et la gravité des sujets abordés, n’importe quelle démarche de bonne foi visant à faire la lumière sur les responsabilités de l’ex Chef de l’état l’aurait au moins assigné à résidence. A quoi sert une enquête si les responsables ne risquent rien et s’ils risquent quelque chose, la liberté pour ces graves affaires est tolérée que si le risque de fuite est improbable or chacun sait qu’Aziz et même ses complices pourraient fuir depuis longtemps. Tout cela n’est donc pas sérieux.

De qui se moque-t-on ? On lui a laissé affréter tout un avion pour faire sortir des tas de valises de « ses biens » sans aucun contrôle d’aucune autorité, ses ministres les plus impliqués sont encore aux affaires où parachutés à la tête de grandes entreprises ou ambassadeurs dans de confortables capitales occidentales.

Le PM nous a dit en conférence de presse que face au Covid l’état des hôpitaux est calamiteux, il a dû même commander des ambulances, pourtant l’ex ministre monsieur Kane qui chantait la gloire du régime azizien en nous disant que bientôt toute l’Afrique viendrait se soigner chez nous est actuellement ambassadeur en Espagne pour soins justement.

Aziz n’est ni fou ni inconscient. S’il a pu être tout puissant c’est parce qu’il a su assurer ses arrières connaissant ses complices. Les chinois sont tous aussi prudents en ayant fait voter l’essentiel des conventions économiquement douteuses par les députés de la majorité présidentielle encore fidèles à Ghazouani comme ils pourraient être fidèles à n’importe qui ayant le pouvoir.

Aziz ne risque rien, pas plus que ses puissants ministres car Ghazouani a dit qu’il s’agit du même régime or dans le régime précédent l’impunité était de mise en héritage des régimes précédents ; chacun estimant qu’il pourrait s’en mettre plein les poches, il ne risquerait rien car avant de le juger lui il faudrait en juger d’autres et se faisant depuis 40 ans, il faudrait juger toute la république aux affaires, civils et militaires. Seule une puissance étrangère coloniale pourrait le faire.

Qu’on arrête donc de nous tympaniser avec cette commission d’enquête dont l’unique but dérisoire serait d’interroger d’Aziz, le mettre sur une chaise sans aucun pouvoir face à ceux qui le servaient ou qu’il dominait avec mépris. Lui faire passer une heure d’humiliation, c’est tout. C’est pas cher payé après son passif économique, politique à diviser, à vendre, à détruire l’unité nationale et salir l’histoire collective.

Reste qu’Aziz avait un sympathique mépris pour les plumitifs, on commence à le regretter au moins pour ça ; loin de l’envie de les faire abusivement arrêter comme c’est désormais le cas.

Aziz a déjà gagné. Il a eu tout ce dont il rêvait : faire fortune certainement au-delà même d’un Bouamatou et remplacer les symboles de l’état hérités des pères fondateurs en les vouant aux gémonies par la Mauritanie nouvelle…

Ahmed Ould Soueid Ahmed

Vln Mauritanie

Bouton retour en haut de la page