La guerre rend l’aide du PAM plus chère pour l’Afrique…

La guerre rend l’aide du PAM plus chère pour l’Afrique avec une recrudescence de la famine.

 Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies à Puerto de La Luz augmente ses dépenses en raison du blocage des céréales en Ukraine et de la hausse du coût de l’énergie

La guerre en Ukraine frappe les plus vulnérables à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières. La pénurie, la hausse des prix et les difficultés d’exportation des matières premières de base telles que le blé, le millet ou l’huile de tournesol,

dont la principale origine est l’ Ukraine, dans les ports duquel des milliers de tonnes restent retenues, se répercutent sur la population des territoires les plus pauvres de la planète, qui ressentent aussi dans leurs poches fragiles la hausse des prix alimentaires qu’il leur était déjà très difficile d’acquérir.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), qui possède l’un de ses entrepôts de distribution internationale à Puerto de La Luz, est également touché par ces circonstances. Le programme a été contraint d’allouer davantage de ressources économiques à l’achat de nourriture pour tenter d’atténuer l’augmentation de la famine dans les pays qu’il fournit, aggravée également par les graves sécheresses que traverse le continent africain. Les dépenses du PAM ont augmenté de 67,3 millions d’euros par mois par rapport aux données antérieures à la pandémie de covid-19. Le directeur du PAM, David Beasley, a déclaré cette semaine que l’invasion de l’Ukraine par la Russie pourrait entraîner la pire crise alimentaire mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale. Beasley a illustré par des chiffres la détérioration que la crise alimentaire a connue ces dernières années : elle est passée de 80 millions de personnes risquant de souffrir de la faim à 276 millions pendant la pandémie et, désormais, à quelque 320 millions en raison du conflit ukrainien. La hausse des prix a été perçue au PAM de diverses manières. À l’augmentation du coût des denrées alimentaires s’ajoute le fait qu’ils ont été contraints d’effectuer des achats à des points plus éloignés des pays de destination et, par conséquent, ils sont également affectés par le coût du transport, qui à son tour a augmenté en raison de les flambées des prix de l’énergie dues à la guerre. « La principale raison pour laquelle nous achetons de grandes quantités de nourriture en Ukraine et dans la région de la mer Noire est qu’ils sont plus proches de bon nombre de nos principales opérations », a expliqué Alex Marianelli, directeur de la division des opérations de la chaîne d’approvisionnement du PAM. Maintenant, le coût des envois est plus élevé et le délai de livraison est plus long. « Nous devons planifier les livraisons à l’avance pour éviter d’éventuelles interruptions », a souligné Marianelli. Marianelli souligne qu’ils doivent planifier les livraisons à l’avance pour garantir les approvisionnements décoration Grâce à la prévoyance des équipes du PAM, le navire Gran Canaria n’a pas connu de pénurie et il n’y a eu aucun impact sur ses distributions en Afrique de l’Ouest. « C’est toujours planifié à l’avance pour que nos opérations aient accès à ce dont elles ont besoin. Ce que nous achetons aujourd’hui sera consommé dans les mois à venir », a poursuivi Alex Marianelli, directeur de la Division des opérations de la chaîne d’approvisionnement du PAM. Selon le Conseil international des céréales, le prix du blé a augmenté de 85 % depuis la mi-2020 et de 12 % depuis le 20 février, date du début de la guerre en Europe de l’Est. Pour Marianelli, la situation commence à ressembler à celle enregistrée entre 2008 et 2011. « Si vous ajoutez l’augmentation des prix du carburant, l’impact sur les exportations d’engrais et les récoltes futures affectées, l’incertitude sur les marchés alimentaires sera dévastatrice pour un accès abordable. à la nourriture », a-t-il prédit. La faim aiguë dans les pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel est à son plus haut niveau depuis une décennie. Une pierre d’achoppement qui s’aggrave car ces régions tentent aussi de se remettre des effets de la crise sanitaire et traversent leur pire année agricole depuis 2011. « Ces facteurs ne feront que pousser plus de gens à mourir de faim et contraindre ceux qui auparavant pouvaient se nourrir. , de vivre avec l’incertitude de ne pas savoir s’ils pourront prendre leur prochain repas », a déploré Marianelli. Pour cette raison, le PAM s’efforce d’évaluer tous les facteurs qui contribuent à la faim dans la région et d’ajuster sa programmation pour répondre à ce grave problème. De plus, il entretient une étroite collaboration avec les collectivités locales afin de leur apporter l’appui technique nécessaire à l’amélioration des conditions de vie de la population. Le manque de nourriture en Afrique de l’Ouest et au Sahel est à son plus haut niveau de la dernière décennie Le PAM a 60 ans d’expérience qui lui ont permis de tester sa capacité à réagir à des crises humanitaires comme celle en Ukraine. Avec la hausse des prix, le programme s’est efforcé de renforcer sa vaste chaîne de producteurs locaux qui garantissent l’accessibilité à la nourriture et maintiennent les entreprises locales actives. En même temps, il fournit une aide en espèces à la population pour acheter ce dont elle a besoin et stimuler l’économie locale.

L’accès à la nourriture est l’un des principaux problèmes dans les endroits où les conflits armés restent actifs. Mais dans le cas de l’Ukraine, le problème est double car il implique des difficultés à la fois pour apporter de la nourriture et pour l’extraire. « La guerre dans un pays qui produit suffisamment de nourriture pour nourrir 400 millions de personnes peut devenir une situation dévastatrice pour la faim dans le monde », a conclu Marianelli, qui a exprimé son inquiétude à la fois pour la nourriture bloquée dans les ports et pour les futures récoltes qui ne peuvent pas être cultivé jusqu’à la reconquête du pays et des terres agricoles. Le PAM stocke et envoie des produits tels que de l’huile, du riz, du mil, des céréales ou des aliments spécialisés pour le traitement de la malnutrition depuis sa base de Gran Canaria vers l’Afrique. Tout au long de la décennie où il a travaillé dans le port de La Luz, il a envoyé plus de 300 000 tonnes de nourriture vers les pays d’Afrique de l’Ouest. De plus, en mars, il a envoyé 4 050 couvertures en Ukraine, qui appartenaient à la Commission européenne d’aide humanitaire et étaient stockées dans la capitale de Gran Canaria.

Programmes suivis par le PAM depuis Las Palmas de Gran Canaria

ALGÉRIE : Sahraouis Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies fournit une aide alimentaire aux réfugiés sahraouis vulnérables en Algérie. En 2021, il a envoyé 760 tonnes de nourriture au pays d’Afrique du Nord depuis Gran Canaria.

MAURITANIE : Réfugiés L’année dernière, 3 847 tonnes de vivres ont quitté le navire du PAM dans le port de La Luz pour la Mauritanie. Le programme fournit une assistance aux populations réfugiées de ce pays, y compris le traitement de la malnutrition et des suppléments nutritionnels pour les enfants et les femmes enceintes et allaitantes ; aide alimentaire aux ménages vulnérables; repas scolaires et activités de constitution et de réhabilitation.

BÉNIN : Enfants Le PAM a envoyé 2 398 tonnes de vivres au Bénin, pour des aliments nutritifs destinés aux enfants d’âge scolaire.

SIERRA LEONE : Agriculteurs Le PAM fournit une aide alimentaire aux petits agriculteurs et aux coopératives pour créer des actifs communautaires, améliorer leurs moyens de subsistance et renforcer la résilience de la Sierra Leone, où il a envoyé 1 636 tonnes de nourriture.

GUINÉE-BISSAU : Croissance La Guinée-Bissau a reçu 1 062 tonnes de vivres du PAM de Gran Canaria en 2021, pour soutenir la mise en œuvre de la politique nationale de nutrition et du protocole de prévention intégrée du retard de croissance.

Source : laprovincia.es

Bouton retour en haut de la page