La guerre pour le parti au pouvoir tourne en défaveur de son fondateur

Le deuxième congrès de l’Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir en Mauritanie, a tranché. Il a décidé de porter à la tête de la formation politique Sidi Mohamed Ould Taleb Amar, ancien ministre et actuel directeur de la Société nationale des eaux (SNDE). Il a très vite choisi son camp. « Notre soutien à son Excellence, le président Mohamed Ould Ghazouani, est un choix politique basé sur la pertinence de ses promesses et sur le fait qu’il place l’intérêt de la nation au-dessus de toute autre considération », a déclaré le nouveau patron de l’UPR.

C’est donc un véritable camouflet pour l’ex-chef de l’État, Mohamed Ould Abdel Aziz. Ce dernier espérait être le premier ex-président de Mauritanie à garder son parti et ainsi rester actif sur la scène politique. L’UPR qu’il avait lui-même fondée après son arrivée au pouvoir en 2009, passe désormais sous le contrôle de son successeur, Mohamed Ould Ghazouani.

Sidi Mohamed Ould Taleb Amar dirigera le parti avec 5 vice-présidents. Tous ont d’ailleurs été nommés sur proposition du Comité de restructuration de l’UPR, un comité dirigé par Mohamed Ould Cheikh Sidya, le Premier ministre du président Mohamed Ould Ghazouani.

Ouest-Afrique

Bouton retour en haut de la page