Rideau sur la 4e édition pour la sauvegarde de la Ghadima

Ghadima 2020 01 18jrn
Ghadima 2020 01 18jrn

Les rideaux ont été tirés, ce 16 janvier 20 sur la 4e édition des journées pour la sauvegarde de la Ghadima, ancien Ksar de Tidjikja organisées par l’association de sauvegarde de la Ghadima (ASG). Durant 3 jours, les participants ont suivi des exposés relatifs aux voies et moyens de sauvegarder le patrimoine de Tidjikja, en particulier, la Mahadra (Doueira) sise dans la grande mosquée Atiqh, inscrit désormais au patrimoine National, depuis 2015 et au patrimoine islamique, en 2019.

Intervenant quelques semaines après l’inscription de la Ghadima au patrimoine islamique (ISECO), cette quatrième édition a été l’occasion pour l’ASG de remercier le gouvernement pour ses efforts ayant permis la concrétisation de ce rêve des Tidjikjois. Taleb Mohamed Ould Lemrabott, président de l’ASG, a ensuite demandé aux pouvoirs publics d’appliquer les textes ayant conduit la Ghadima au patrimoine national pour lui permettre de bénéficier des avantages économiques que cela offre, de continuer le plaidoyer pour que le riche patrimoine de la ville soit inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ainsi, au cours de ces journées 20, les participants ont suivi un exposé sur : fondation, histoire et forme originale de la première grande mosquée Atiqh et son annexe, la Doueira et mais également sur les choix architecturaux pour la restauration de ce lieu de culte.

L’édition 2020 a permis aux organisateurs et aux nombreux participants de revisiter les nombreux manuscrits exposés par les 30 bibliothèques familiales de Tidjikja, comme ils ont fait l’état d’avancement du programme de restauration des maisons anciennes et par les propriétaires et grâce à l’appui du ministère de la culture et de l’artisanat. Des soirées artistiques et culturelles ont agrémenté cette édition.

Enfin, l’ASG a profité de ces journées pour inaugurer son siège social ; il s’agit de l’ancienne maison de Baty Lemrabott située dans le vieux quartier et restaurée l’année dernière.

le calame