Washington confirme son soutien aux négociations entre le Maroc et le Polisario

857477458 88765745
857477458 88765745

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken exhorte le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à nommer un nouvel envoyé de l’ONU dans la région du Sahara occidental, selon un communiqué.

AA / New York

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a affirmé le soutien des Etats-Unis aux négociations politiques entre le Maroc et le Front Polisario portant sur le territoire du Sahara occidental.

C’est ce qui est ressorti d’un communiqué publié par le bureau du secrétaire d’État américain lundi soir, à la suite d’une réunion en vidéoconférence entre Blinken et le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres.

Le communiqué, dont une copie est parvenue à l’Agence Anadolu, a fait savoir que Blinken a assuré Guterres du soutien américain aux négociations politiques entre le Maroc et le Front Polisario, et l’a exhorté à accélérer la nomination d’un nouvel envoyé spécial au Sahara occidental.

En mai 2019, l’ONU a annoncé la démission de son envoyé spécial au Sahara occidental, l’ancien président allemand Horst Kohler, pour des raisons de santé. Le poste est resté vacant depuis lors.

Le 10 décembre 2020, l’ancien président américain Donald Trump a décidé de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, et le département d’État américain s’était engagé à l’époque à ouvrir un consulat dans la ville de Dakhla située à l’extrême sud de la région. La nouvelle administration dirigée par Joe Biden a, jusqu’à présent gardé le silence concernant cette reconnaissance de souveraineté.

Les premières étincelles du conflit entre le Maroc et le « front Polisario » autour de la région du Sahara occidental ont éclaté en 1975, à la suite d’une décision de l’occupation espagnole de mettre fin à sa présence dans la région. Dès lors, le différend s’est transformé en un conflit armé qui a duré jusqu’en 1991, avec la signature d’un accord de cessez-le-feu.

Le « Polisario » a annoncé unilatéralement la création de ce qu’il a appelé la « République arabe sahraouie » le 27 février 1976, que certains pays ont partiellement reconnue, mais qui n’a pas obtenu l’adhésion aux Nations Unies.

Rabat revendique son droit à la région du Sahara occidental, et propose une solution garantissant l’autonomie étendue de la région qui demeure tout de même sous sa souveraineté. Pour sa part, le « Polisario » appelle à l’organisation d’un référendum d’autodétermination, une proposition soutenue par l’Algérie, qui accueille des réfugiés du Sahara occidental.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Agence Anadolu