Une grave accusation portée aux députés (Gourmo Lô)

Ould Abdel Aziz
Ould Abdel Aziz

 » Les députés ont reçu 300 millions pour qu’ils votent la commission d’enquête parlementaire » a dit M. Ould Abdel Aziz. C’était exactement la même grave accusation qu’il avait portée aux Sénateurs lorsque ces derniers l’avaient désavoué. Cette fois-ci,  il le dit en simple citoyen.

Hors de l’armure de l’art 93 de la constitution dont il a d’ailleurs fini par comprendre qu’elle n’est pas à sa taille et ne peut le couvrir pour la délinquance économique. Pour les sénateurs naguère autant que pour les députés aujourd’hui, il s’agit de la part de M. Ould Abdel Aziz, d’un délit : celui de la diffamation. A moins qu’il ne puisse prouver l’existence de cet acte de corruption dont il accuse tous ceux qui ont voté contre sa volonté ou ses intérêts à lui. Il est impératif, pour le moins, aujourd’hui, que les députés, à titre individuel ou l’institution qui les représente, à travers le Président de l’assemblée, demandent à la justice de se saisir de cette très grave accusation de corruption qui ternit l’image de l’assemblée nationale et discrédite le travail qu’elle accomplit.

M. Ould Abdel Aziz ne peut pas indéfiniment continuer à insulter et diffamer les gens sans limites et impunément…

Gourmo Lô