Tunisie : l’Etat prendra en charge les frais des malades Covid-19 dans les cliniques privées

hichem mechichi
hichem mechichi

Tunisie : l’Etat prendra en charge les frais des malades Covid-19 dans les cliniques privées

On s’en était fort moqué, lorsque Hichem Mechichi déclarait en octobre 2020 que l’Etat prendra en charge tous les malades Covid envoyé en clinique privé. Il a fini par le faire, et précisé qui décidera de cette prise en charge par l’Etat des frais d’hospitalisation dans les cliniques privées.

Le chef du gouvernement tunisien a rencontré ce lundi 19 juillet 2021, le président de l’UTICA, le président du Syndicat national des propriétaires de cliniques privées Boubacar Zakhama, et le Président de la fédération de la Santé de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat Tarek Naifer, en présence du Ministre de la Santé Fawzi Mahdi, et du conseiller du Premier Ministre, Oussama Al-Khériiji.

La réunion a abordé les mécanismes de mise en œuvre de la décision de réquisition de toutes les cliniques privées et leur mise à la disposition de l’État pour faire face à la pandémie de Covid-19, jusqu’à un retour à un rythme normal d’approvisionnement en oxygène, et les solutions optimales à trouver pour assurer la poursuite de l’approvisionnement en oxygène des hôpitaux publics et des cliniques privées dans toutes les régions, et de coordonner le travail entre toutes les parties pour préserver la santé des Tunisiens et à surmonter cette circonstance difficile à laquelle notre pays est confronté.

Le chef du gouvernement a souligné que la Tunisie vit une situation exceptionnelle et une période critique, qui nécessite des efforts concertés des secteurs public et privé, et des sacrifices et concessions de tous pour réussir à surmonter cette crise avec le moindre dégât possible et sauver la vie des Tunisiens. Hichem Mechichi a souligné que le gouvernement est ouvert à toutes propositions et qu’il est soucieux de trouver tous les mécanismes nécessaires pour activer la décision  de réquisition, d’autant plus que les cliniques privées ont aussi le souci de participer à l’effort national pour faire face à la pandémie de Covid-19 et à la pénurie d’oxygène, et quelles sont un pilier essentiel pour soutenir le système de santé en Tunisie.

De son côté, le président du Syndicat national des propriétaires de sanatoriums, Boubacar Zakhama, a confirmé que les cliniques privées réagissent positivement avec toutes les décisions du chef du gouvernement au vu de cette crise sanitaire, et qu’elles resteront à la disposition de l’Etat et ouvriront leurs portes aux patients menacés par le manque d’oxygène jusqu’à ce que le taux d’approvisionnement de cette substance revienne à son niveau normal.

Le président de la Chambre syndicale nationale des propriétaires de cliniques a ajouté que la rencontre avec Hichem Mechichi a été l’occasion d’aborder plusieurs questions d’intérêt pour le secteur, notamment le règlement du dossier des dettes élevées de la partie libyenne envers les cliniques privées et le dettes de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) au profit des cliniques privées, ainsi que la nécessité de revoir le cahier des charges des cliniques privées, pour encourager l’investissement dans ce domaine au vu des expériences tunisiennes dans le domaine de la médecine et de l’hospitalisation en Afrique, et les possibilités d’améliorer le système de santé de notre pays.

A l’issue de cette réunion, il a été convenu d’orienter tous les patients qui courent un risque de manque d’oxygène dans les hôpitaux, vers des cliniques privées, sous la responsabilité du directeur régional de la santé dans chaque gouvernorat, qui jouera le rôle de coordinateur entre toutes les parties des secteurs public et privé, et pour coordonner et organiser les opérations réquisition, avec l’assurance que ce sera l’état qui prendra en charge tous les frais de traitement dans les cliniques privées si nécessaire.

African Manager