Tunisie: le Mawled al-nabawi à Kairouan entre fête et spiritualité

Tunisie: le Mawled al-nabawi à Kairouan entre fête et spiritualité
-Située au centre de la Tunisie, la capitale des Aghlabides a, comme chaque année, réservé un accueil exceptionnel à ses visiteurs venant des quatre coins du pays et d’horizons divers.
Publié dans AA  par Wejden Jlassi | 08.10.2022 – Tunisia/AA/Kairouan/Wejden Jlassi

Le monde musulman célèbre, au 12ème jour du mois de Rabi’ al-awwal de chaque année lunaire (le 8 octobre pour cette année) la naissance du prophète Mohamed (Paix et salut sur lui).

En Tunisie, la fête du Mawled (Mouled) prend sa juste place à Kairouan, quatrième ville sainte de l’Islam et première ville sacrée du Maghreb.

Située au centre de la Tunisie, la capitale des Aghlabides a, comme chaque année, réservé un accueil exceptionnel à ses visiteurs venant des quatre coins du pays et d’horizons divers, en vue de découvrir ses édifices religieux, ses traditions ainsi que son héritage soufi.

Dans une ambiance à la fois joviale et spirituelle, des milliers de visiteurs ont pris part aux différentes festivités marquant la célébration de la naissance du Prophète Mohamed et se sont réjouis des spectacles variés, des chants soufis à la gloire du Prophète, entonnés au mausolée d’Abou Zomaâ el-Balawi (un des compagnons du Prophète) ainsi que des manifestations spirituelles, culturelles, artistiques et commerciales.

La 5e édition du festival du Mawled qui se déroule cette année du 1er au 9 octobre a été marquée par la participation de plusieurs pays dont l’Algérie, la Libye, la Syrie et l’Indonésie ce qui donne une dimension internationale à cette manifestation.

La spiritualité avant tout!

La fête du Mawled (Mouled en dialecte tunisien) revêt une grande importance à Kairouan. La célébration de la naissance du Prophète dans l’allégresse et la ferveur spirituelle est une tradition solidement établie dans la ville, depuis plusieurs années.

Les fidèles rejoignent les mosquées et les mausolées en particulier la prestigieuse mosquée Okba Ibn Nafaa, monument de l’époque aghlabide. A la mosquée du Barbier, où on y trouve la sépulture d’Abou Zomaâ el-Balaoui qui aurait conservé quelques poils de la barbe du Prophète dont il est l’un des compagnons. Il a toujours été connu par les Tunisiens sous le nom de « Sidi Sahbi ».

A l’occasion du Mawled, certains fidèles venant de régions lointaines y passent des jours entiers, organisant la nuit, des veillées de prière et de recueillement. Des versets du Coran, des prières, des invocations religieuses et des chants panégyriques à la gloire de Dieu et de son Prophète résonnent dans les esplanades des lieux.

Dans les rues et les faubourgs de la ville, des troupes folkloriques donnent un aspect mystique à ces festivités à travers des cortèges rythmés par des chants soufis au milieu des senteurs de l’encens. C’est un vrai spectacle qui s’offre aux visiteurs.

Un événement festif et dynamique

Au-delà de l’aspect spirituel du Mawled, la commémoration de la naissance du prophète à Kairouan crée une dynamique économique et socio-culturelle dans la ville. En effet, c’est une occasion de la promotion du patrimoine artisanal et culinaire typique de la région. L’incontournable pain kairounais, les plats du terroir et les délicieuses pâtisseries en particulier les Makroudhs attiraient les visiteurs.

Des expositions-ventes de produits de l’artisanat kairouanais, et d’habits traditionnels, des spectacles de lanternes ou encore de fantasia ainsi que de cavaliers Zlass ont animé la ville tout au long des jours de la célébration du Mawled.

En marge des célébrations de l’anniversaire du Prophète à Kairouan, le ministre tunisien du Tourisme Mohamed Al-Moez Belhassine a affirmé aux journalistes que la ville a rassemblé, vendredi, près d’un million de visiteurs, ce qui crée une dynamique économique et promeut le tourisme interne et religieux.

Le marché du Mawled représente donc un moment économique important pour les petits commerçants dont les étals achalandés le long des routes et des rues entourant le sanctuaire de Abou Zomaâ el-Balawi et autres quartiers de la ville.

Des milliers d’artisans locaux et de petits producteurs ont eu l’occasion de promouvoir leurs divers produits qui attirent non seulement les convaincus mais aussi les flâneurs.

Source: Agence Anadolu

Bouton retour en haut de la page