Tunisie: Le Conseil de la Choura tacle le chef de l’Etat et le rend responsable de la paralysie du pays

ennahdha flag
ennahdha flag

Réuni samedi et dimanche 24 et 25 avril 2021 via visioconférence, le conseil de la Choura d’Ennahdha s’est exprimé sur la situation politique du pays, tout en taclant le président de la République Kaïs Saïed, en le considérant comme responsable de la paralysie du pays. Ceci dit, le conseil n’a pas abordé deux points essentiels, pas un mot sur l’affaire Rached Khiari ni sur leur onzième congrès du parti dont la réunion devait fixer la date, selon l’aveu même de certains de ses dirigeants.

Le conseil de la Choura a estimé que le chef de l’Etat, en bloquant le remaniement ministériel, a gravement nui au rendement du gouvernement, a perturbé les intérêts de l’Etat et bloqué ses rouages. Il a appelé le président de la République et le chef du gouvernement à prendre les mesures appropriées pour mettre fin à la crise du remaniement ministériel qui s’est prolongée et qui a aggravé les dégâts à plusieurs niveaux.

Le conseil appelle à soutenir pleinement le gouvernement et à renforcer ses soutiens politiques et parlementaires, de manière à assurer la stabilité et l’efficacité du travail gouvernemental et à relever les défis de la phase actuelle.

La Choura appelle le chef de l’Etat à mettre la situation sanitaire et économique à la tête des priorités de l’Etat et à éviter tout ce qui diviserait les Tunisiens ou des interprétations individualistes de la Constitution qui perturbent les intérêts de l’Etat et de la société. Il a mis en garde contre toute œuvre entravant les acquis de la révolution en matière de liberté et de démocratie, et considère que tout retour à une gouvernance individuelle sera rejeté par le peuple tunisien qui ne l’autorisera pas.

Et profiter de l’occasion pour saluer les nombreux acteurs constitutionnels, politiques, civils et intellectuels qui ont clairement exprimé leur parti pris pour la démocratie et la suprématie de la constitution, ce qui est considéré comme la meilleure garantie pour protéger la transition démocratique.

Le Conseil a apprécié la série de rencontres politiques et consultatives qui ont réuni le mouvement Ennahdha avec un certain nombre de partis politiques, de blocs parlementaires, d’organisations et d’associations nationales pour chercher des moyens de sortir de la crise politique qui paralyse le pays et entrave ses progrès. Il recommande de poursuivre ces consultations et de s’engager dans toutes les initiatives politiques sérieuses qui soutiendraient la stabilité du pays et protégeraient les institutions de l’Etat et permettraient le lancement des réformes nécessaires.

Et de renouveler sa position ferme que le seul mécanisme pour la résolution de la crise politique est le dialogue et de s’asseoir à la table des négociations dans le cadre de la constitution et des lois du pays.

Le conseil a salué à cette occasion l’appel de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) à un dialogue national fédérateur. Il a également profité pour appeler tous les partis politiques, les organisations et la société civile à renforcer toutes les bases de l’unité nationale et du tissu social de la société tunisienne et à écarter le pays de tous les appels à la division.

I.N
Business news