Synthèse de l’actualité internationale de novembre 2021 Par Axelle DEGANS

axelle degans 500
axelle degans 500

Synthèse de l’actualité internationale de novembre 2021 Par Axelle DEGANS

Par Axelle DEGANS, le 1er décembre 2021 

Docteure en Géopolitique de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Agrégée d’histoire, Professeure de chaire supérieure au lycée Faidherbe (Lille) où elle enseigne la géopolitique en classes préparatoires économiques et commerciales. Auteure de nombreux ouvrages.

39 tipeurs

Qu’avez-vous retenu de l’actualité internationale de novembre 2021 ? Voici la précieuse synthèse d’Axelle Degans qui sera fort utile à tous ceux qui veulent disposer d’un point de l’actualité géopolitique mondiale, suivent la spécialité #HGGSP voire préparent un concours dans des conditions particulières. Pour ne rien manquer, et recevoir nos alertes sur des documents importants, le plus simple est de s’abonner gratuitement à notre Lettre d’information hebdomadaire ou au compte twitter de veille géopolitique @diploweb. Ce compte de veille géopolitique vient de dépasser le seuil de 18000 followers dont de nombreuses pointures du domaine.

Le sort des urnes…

Au Nicaragua, le président sortant Daniel Ortega est réélu en novembre 2021 pour un quatrième mandat. Cette réélection est sans surprise car le président a fait emprisonner ses principaux opposants. Il envisage de quitter l’Organisation des États américains (OEA) qui a critiqué la tenue de ces élections (qualifiées de « ni libres, ni justes, ni transparentes ») donc la légitimité de son résultat.

… à long terme

Après une crise politique de plusieurs mois, la Roumanie vient de se doter en novembre 2021 d’un nouveau gouvernement. Un général à la retraite, Nicolae Ciuca, prend la tête d’un gouvernement de coalition entre les libéraux du PNL et des sociaux-démocrates du (PSD).

En Allemagne, Olaf Scholz annonce en novembre 2021 pouvoir constituer un gouvernement basé sur une coalition entre les sociaux-démocrates, les verts et les libéraux. Il s’agit du premier gouvernement post-Merkel. Il doit immédiatement faire face à l’urgence de la situation sanitaire.

La violence djihadiste déstabilise le Sahel

Les assassinats perpétrés par les mouvements djihadistes continuent au Sahel. Le Niger est de nouveau endeuillé, le Burkina Faso est victime d’une attaque qui a provoqué la mort d’une cinquantaine de gendarmes à la mi-novembre 2021. Cette violence récurrente est à l’origine d’une exaspération des populations qui se retournent contre les militaires français jugés incapables d’éradiquer le terrorisme. Ces critiques se font à l’heure d’un renforcement de la présence russe dans la région, et notamment au Mali. La compagnie de mercenaires russes Wagner est déjà très proche de la junte au pouvoir à Bamako et s’intéresse vivement au reste du Sahel, dont le Burkina Faso. Les troupes françaises de l’opération Barkhane font face à une vraie guerre de l’information menée par Moscou qui retourne progressivement les opinions publiques locales en faveur des mercenaires russes.

Synthèse de l’actualité internationale de novembre 2021

Dr. Axelle Degans

Crise migratoire encore et toujours

La pression migratoire aux frontières de la Pologne est très forte en novembre 2021. L’UE ne veut pas de l’érection de nouveaux murs en raison du coût politique auprès de l’opinion publique en Europe et du coût médiatique. Elle laisse la Pologne assez seule face à une Biélorussie qui amène des migrants du Moyen-Orient jusqu’à leur frontière. Cette pression migratoire vient d’être intégrée à la « boussole stratégique » de l’Union. Cette déstabilisation de la frontière orientale de l’Europe communautaire relève de ce que certains nomment une « menace hybride » voire une « guerre hybride ». Cela correspondrait à la définition que donne le chef d’État-major français – le général Burkhard – de stratégies visant « l’affaiblissement interne du pays ciblé en s’attaquant à sa cohésion nationale ». L’Union doit faire face à une recrudescence des menaces sur la sécurité tant sur ses frontières orientales que sur sa frontière méditerranéenne du fait d’une forte augmentation des départs depuis le Maroc et l’Algérie. Bruxelles obtient de la Turquie puis des Émirats, l’arrêt des vols qui transportent des migrants vers la Biélorussie. La Russie – dont le jeu est pour le moins trouble depuis le début – a cependant fait pression sur la Biélorussie pour que Minsk ne conduise plus les migrants à la frontière avec la Pologne et la Lituanie. Ces pays se jouent des migrants dont la situation est particulièrement précaire, alors que les conditions climatiques se durcissent.

Une nouvelle tragédie endeuille en novembre 2021 le « channel » qui sépare les côtes françaises de celles de l’Angleterre. Plus de trente migrants, principalement d’origine kurde, ont péri. La question des passeurs, qui profitent de la misère humaine, est une nouvelle fois posée.

Préparer l’avenir

La France investit résolument – 9 milliards d’euros – dans la filière hydrogène. Un projet qui s’inscrit dans la promotion d’une économie décarbonée. L’objectif est aussi de créer beaucoup d’emplois sur le territoire français dans un domaine stratégique d’avenir. Le président espère créer « 50 000 à 100 000 emplois » et définit de la manière suivante son projet : « une bataille pour l’industrie, pour l’écologie, et pour la souveraineté ». Cette politique relève donc de la sécurité économique. Faut-iI encore être instruit par l’échec de la filière des panneaux photovoltaïques, financés à grands frais d’argent public, et aujourd’hui réduite quasiment à néant du fait d’une concurrence chinoise insupportable.

Diploweb