Sultana Khaya partage à Paris sa souffrance sous le joug colonial marocain

Sultana Khaya partage à Paris sa souffrance sous le joug colonial marocain
PARIS – La militante sahraouie des droits de l’Homme, Sultana Khaya a partagé, dimanche à Paris, son expérience amère sous le siège et ses souffrances face aux violations manifestes des droits de l’Homme par l’occupant marocain, en raison de son combat en faveur du droit du peuple sahraoui à l’indépendance, appelant par la même le gouvernement français à prendre « une position pondérée » à l’égard du conflit au Sahara occidental.
La présidente de la Ligue sahraouie des droits de l’Homme, Sultana Khaya s’exprimait à l’occasion de la célébration, à Paris, de « la Fête de l’Humanité », rapporte l’agence de presse sahraouie (SPS).

Elle a livré, dans ce cadre, « un témoignage bouleversant sur les violations des droits de l’Homme contre sa personne et fait part de sa souffrance sous l’oppression exercée

par l’occupant marocain qui l’avait mise en état de siège durant 19 mois au sein de son domicile à Boujdour occupée, en raison de sa position inébranlable en faveur du droit du peuple sahraoui à la liberté.

Affirmant que sa résistance s’inscrivait dans le cadre de « la résistance sahraouie pacifique dans les zones occupées », et visait à « mettre à nu les violations commises par l’occupant marocain des droits de l’Homme », Sultana Khaya a saisi son séjour à Paris pour revendiquer la levée de l’état de siège sur le peuple sahraoui et appeler la France à prendre une position pondérée en vue de libérer les territoires sahraouis d’une occupation inique et d’une invasion illégale.

La militante sahraouie a accordé également un entretien au journal français « L’Humanité » où elle a raconté son expérience et sa résistance face à l’occupation marocaine.

APS

Bouton retour en haut de la page