Sécurité : Le Tchad en appelle à la solidarité du G5 Sahel pour faciliter la capture des membres du FACT

Tchad 1
Tchad 1

Le Conseil militaire de transition a annoncé à la télévision nationale tchadienne le 25 avril 2021 leur refus de négocier avec les rebelles du FACT qui s’étaient pourtant dit ouverts à un cessez-le-feu.

Le porte-parole du Conseil militaire de transition (CMT), Azem Bermandoa Agouna, a annoncé les intentions des militaires de mater la rébellion. “L’heure n’est ni à la médiation, ni à la négociation avec des hors-la-loi”, a déclaré Azem Bermandoa Agouna.

Quelques membres du Fact se seraient enfui vers la frontière Tchad-Niger après un combat et ont été localisés en groupuscule par les forces de défenses et de sécurité tchadienne appuyé par l’armée de l’air sur le sol nigérien affirme Azem Bermandoa Agouna.

“Le Tchad en appelle à la coopération et à la solidarité du Niger (…) en vue de faciliter la capture et la mise à disposition de la justice de ces criminels de guerre”.

Samedi, le FACT s’était dit disposé à un cessez-le-feu suite à une médiation lancée la veille entre les militaires et les rebelles par les présidents du Niger et de la Mauritanie, membres de l’organisation du G5 Sahel (Tchad, Mali, Mauritanie, Niger, Burkina Faso).

Les rebelles du FACT ont été stoppés le 19 avril dernier dans le Kanem par l’armée tchadienne, appuyée dans les airs par “des vols de reconnaissance et de surveillance” de l’armée française. 300 rebelles avaient été tués dans les combats, selon l’armée tchadienne. Combat au cours duquel le président Idriss Déby avait été mortellement blessé.

Fariska Barsan

Infowakat.net