A la Une

Sahara Occidental : entretien entre le roi du Maroc et le chef de l’ONU

Sahara Occidental : entretien entre le roi du Maroc et le chef de l’ONU

Le roi du Maroc, Mohammed VI,et le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se sont entretenus mercredi de l’épineux dossier du Sahara occidental, au point mort, lors d’une rare rencontre à Rabat, ont indiqué le cabinet royal et l’ONU. Le monarque chérifien a reçu Antonio Guterres au palais royal à Rabat en marge d’un forum de l’Alliance des civilisations des Nations unies (UNAOC) organisé à Fès (nord-est du Maroc). Au cours de l’entretien, Mohammed VI a «réaffirmé la position constante du Maroc pour le règlement de ce différend régional sur la base de “l’initiative d’autonomie”, dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du royaume», selon un communiqué royal.
L’ONU a confirmé de son côté que «le Secrétaire général et Sa Majesté ont discuté de la situation dans la région et, en particulier, du Sahara occidental», sans autre détail. Le conflit du Sahara occidental, de basse intensité, oppose depuis plus de 40 ans le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par Alger. Rabat, qui contrôle près de 80% de cette ex-colonie espagnole, prône un plan d’autonomie sous sa seule souveraineté. Le Polisario, lui, réclame un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU qui avait été prévu lors de la signature en 1991 d’un cessez-le-feu mais jamais concrétisé. Ce cessez-le-feu a volé en éclats en novembre 2020.

Fin octobre, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé les «parties» au conflit à «reprendre les négociations» pour permettre une solution «durable et mutuellement acceptable». Il y a un an, Antonio Guterres a nommé le diplomate italo-suédois Staffan de Mistura comme envoyé personnel pour le Sahara occidental afin de tenter de relancer le processus politique dans l’impasse. Staffan de Mistura s’est depuis rendu plusieurs fois dans la région pour rencontrer les différents acteurs. Mais dans son rapport annuel publié récemment, Antonio Guterres s’est dit «vivement préoccupé par l’évolution de la situation». Mohammed VI a réitéré mercredi «le soutien du royaume aux efforts du Secrétaire général et de son envoyé personnel», a précisé le cabinet royal. Le Maroc considère la question du Sahara occidental comme sa principale «cause nationale» et «le prisme à travers lequel il considère son environnement international».
avec AFP
Le Figaro

Bouton retour en haut de la page