S.E. l’ambassadeur du Royaume d’Espagne en Bulgarie, Alejandro Polanco Mata.

40 ans d'adhésion de l'Espagne à l'OTAN : engagements, capacités et solidarité

S.E. l’ambassadeur du Royaume d’Espagne en Bulgarie, Alejandro Polanco Mata.

Alejandro Polanco Mata est un diplomate espagnol en Bulgarie. Il a débuté sa carrière diplomatique en 1987, après avoir occupé les postes de chef des organisations financières internationales, de responsable des relations avec l’Europe de l’Est, ainsi que de chef du département des organisations financières à la direction générale des relations économiques internationales. Au cours de sa carrière administrative au ministère des Affaires étrangères, il a occupé les postes de chef de cabinet général adjoint, de secrétaire général de la Fondation du Conseil Espagne-États-Unis et de chef général des relations économiques internationales. Après son retour comme diplomate en Mauritanie, il est nommé directeur général de la pêche et de l’aquaculture au ministère de l’environnement, des régions maritimes et rurales. Il a occupé plusieurs postes diplomatiques en Autriche, en Slovénie et au Maroc, ainsi que le poste de diplomate espagnol en Mauritanie, au Mali et en Algérie.Dans le cadre des événements liés au sommet de l’OTAN à Madrid en juin, auquel a participé le président Rumen Radev, et la tenue à Sofia du séminaire « L’OTAN après Madrid, la leçon de l’Ukraine » organisé par les ambassades d’Espagne et des États-Unis d’Amérique, l’Atlantic Club et la Fondation Konrad Adenauer, la 28e édition bilingue en bulgare et Les Britanniques du magazine « Diplomatie » du Ministère des Affaires étrangères de la République de Bulgarie publient une publication de l’ambassadeur d’Espagne S.E. Alejandro Polanco Mata, intitulé « 40 ans de participation de l’Espagne à l’OTAN : obligations, potentiel et réciprocité ». DEBATI.BG republie la publication :
En 2022, nous entendons deux événements importants tant pour l’Espagne que pour l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord dans le domaine de la sécurité et de la défense européennes et mondiales. D’une part, le sommet de l’OTAN, qui est organisé les 29 et 30 juin à Madrid, est sans aucun doute une étape importante dans l’histoire de l’organisation. La guerre en Ukraine et ses leçons forceront sûrement l’Alliance à se transformer et à s’adapter, et Madrid deviendra l’incarnation de ce besoin.
Mais cette année revêt également une importance particulière pour l’Espagne elle-même, qui célèbre le quarantième anniversaire de sa participation à l’Alliance. L’Espagne a rejoint l’OTAN en 1982 – au tout début seulement la structure civile, et un peu plus tard la structure militaire intégrée. En quelques années seulement, au cours desquelles l’Espagne a dû définir son modèle d’adhésion à l’OTAN, nous avons prouvé que nous étions un membre fiable de cette organisation par notre engagement dans son action interne, ainsi que par une implication intensive dans les interventions de l’Alliance autour du monde.

Bien que l’histoire de nos deux pays, la Bulgarie et l’Espagne, dans le domaine de la défense et de la sécurité soit très différente, je crois qu’un examen lié à l’expérience espagnole basée sur le 40e anniversaire de l’entrée de notre pays dans l’OTAN, ainsi qu’en relation aux événements récents en Europe de l’Est, cela pourrait être intéressant. Par conséquent, je vais essayer de réfléchir à la façon dont notre participation à l’OTAN a façonné la modernisation de nos forces armées, ainsi que la prise de conscience de notre société par rapport aux provocations géopolitiques et à l’internationalisation de nos activités militaires. À la fin, je présenterai nos objectifs et nos attentes en vue du sommet de l’OTAN.

Processus d’adhésion de l’Espagne à l’OTAN : les premières années compliquées

À première vue, à partir du moment où notre gouvernement a pris une telle décision, l’adhésion même de l’Espagne à l’OTAN était un développement plutôt évident et rapide. En effet, trois ans seulement après le changement de régime politique en Espagne, le premier gouvernement démocratique a annoncé que l’Espagne se préparait à devenir membre de l’Alliance, et le Premier ministre Leopoldo Calvo Sotelo l’a annoncé solennellement le 25 février 1981 lors de sa tirade d’entrée en service . Un peu plus tard, le 2 décembre 1981, l’Espagne notifie publiquement à l’OTAN sa volonté de signer le traité de Washington et, tout automatiquement, le Conseil de l’Atlantique Nord, la plus haute instance décisionnelle alliée, adresse à l’Espagne l’invitation formelle à entamer le processus d’adhésion. Neuf mois plus tard, le 30 mai 1982, l’Espagne était alors le seizième État membre de l’OTAN.
Mais malgré cette opportunité de la procédure légale, les premières années de participation à cette organisation n’ont pas été aussi fluides pour l’Espagne qu’on pourrait s’y attendre – du moins d’un point de vue public et politique. Parce que l’accommodement social et politique d’un État membre de l’OTAN s’est avéré être un très long développement.

Au début des années 80 du siècle précédent, la scène politique espagnole n’était pas tout à fait unanime par rapport à cette adhésion. Quelques partis politiques importants, représentant une partie notable de la population, n’étaient pas entièrement confiants dans l’opportunité ou la facilité de faire partie de l’Alliance atlantique. Ils l’avaient déclaré bien avant que l’Espagne ne rende public son désir, mais pourtant, au lieu de rechercher et de réaliser un consensus politique, l’adhésion elle-même s’est avérée quelque peu prématurée. Bien sûr, le début des années 1980 a été le moment de l’affichage international de la nouvelle Espagne démocratique (membre du Conseil de sécurité des Nations Unies dans le mandat 1981-1982, premiers pas vers les Communautés européennes), comme sûrement la politique intérieure résultat de notre adhésion à l’OTAN s’est quelque peu atténué depuis que nous sommes initialement devenus une partie de sa construction civile uniquement. L’adhésion elle-même était considérée à l’époque comme une étape énorme et significative, pour laquelle un consensus politique correspondant était impératif, mais qui ne s’est pas concrétisé.

Très probablement, bon nombre des préoccupations associées à la participation à l’OTAN étaient dues à la situation géopolitique internationale, ainsi qu’à la position de l’Espagne pendant la guerre froide. Naturellement, dans les années 1950, 1960 et 1970, l’Espagne ne faisait pas partie du bloc russe, ayant conclu en 1953 des accords militaires de base avec les États-Unis qui permettaient aux avions et aux navires américains d’utiliser les bases militaires espagnoles. Cependant, à dessein, l’Espagne n’est pas allée plus loin, n’exprimant même pas de préférence pour faire partie de l’OTAN.

L’absence de consensus politique et public a conduit à une « période de réflexion » liée à l’adhésion à l’OTAN depuis que le Parti socialiste espagnol a remporté les élections fin 1982. Les négociations pour rejoindre la structure militaire de l’OTAN ont été interrompues, et en 1984 un référendum a été annoncé. Le Premier ministre Felipe González a souligné les points qui devaient être confirmés par le peuple espagnol, notamment que l’Espagne continuerait sa présence dans l’OTAN, mais sans rejoindre sa structure militaire intégrée, et que le territoire espagnol n’autoriserait pas les armes nucléaires. Le référendum est organisé le 12 mars 1986 et ces questions sont approuvées par 52% de la population. À partir de ce moment, l’Espagne a continué à participer pleinement à tous les groupes de travail alliés, y compris les groupes de budget et de délibération.

Ainsi, les premières années de notre participation à l’OTAN, bien que prometteuses, ont été semées d’embûches ainsi que d’incertitudes quant à l’avenir. Remarquons comment les choses ont réellement évolué depuis le début des années 1990.

L’Espagne montre ses obligations envers l’OTAN

Au début des années 1990, les détails de l’adhésion de l’Espagne à l’OTAN ont été contractés dans plusieurs domaines, notamment la défense du territoire espagnol, de l’espace aérien et des eaux territoriales espagnols, la défense du détroit de Gibraltar, les interventions navales et aériennes, tant dans l’Atlantique Est, que sur donc aussi en Méditerranée occidentale, parallèlement au soutien logistique des interventions de l’OTAN. En ce qui concerne les interventions de l’Alliance auxquelles l’Espagne pourrait participer au cours de ces premières années, il a été convenu que les commandants militaires espagnols conserveraient le commandement d’un contingent espagnol putatif et qu’ils ne transféreraient aux commandants de l’OTAN que la supervision effective des activités pertinentes. Dans le même contexte, les forces de l’OTAN sur le territoire espagnol seraient coordonnées par le chef de la défense espagnol, avec la possibilité d’avoir des commandants alliés espagnols.

Avant même qu’il puisse être mentionné et remis sur la table des négociations, le sujet de l’adhésion de l’Espagne à la structure militaire intégrée de l’OTAN a dû attendre plus d’une décennie – quelque part dans les années 1990, au moment où la question a finalement été soulevée une fois de plus. En fait, en 1996, l’Assemblée nationale a autorisé le gouvernement espagnol à entamer des négociations pour rejoindre la nouvelle structure de commandement militaire de l’OTAN. Lors du sommet de l’OTAN à Madrid, en juillet 1997, l’Espagne a de nouveau soulevé cette question, mais a également insisté sur l’établissement d’un quartier général sous-régional mutuel à Madrid. Lorsque le Conseil de l’Atlantique a approuvé la nouvelle structure.
Sur le flanc oriental, qui fait malheureusement l’actualité quotidienne ces jours-ci, l’Espagne a participé à une série d’interventions continues à travers l’Europe. Ainsi, d’une part, depuis 2017, l’Espagne est impliquée dans la « présence avancée renforcée » (EFP) de l’OTAN dans les pays baltes et en Pologne avec un mandat de retenue au sol. L’unité de cavalerie blindée espagnole avec plus de 330 hommes, six chars de combat Leopard 2 et plusieurs autres véhicules blindés est située en Lettonie. En raison des événements en Europe de l’Est, à partir de mars 2022, six obusiers indépendants d’artillerie lourde M109 et 160 autres membres du personnel ont été intégrés à la contribution espagnole à l’EFP en Lettonie.

Certaines des interventions les plus célèbres de l’OTAN avec l’adhésion de l’Espagne sont peut-être les soi-disant interventions dans l’espace aérien. En raison de l’annexion de la Crimée en 2014, l’OTAN a créé en plus ces interventions sur son flanc oriental sous le nom de « Enhanced Air Policing » (EAP). Depuis lors, l’Espagne a participé à des interventions ponctuelles dans l’espace aérien de la Baltique à partir de bases aériennes en Estonie et en Lituanie, notamment, laissant à la disposition de l’OTAN entre 4 et 8 de ses Eurofighter, F-18 ou Mirage F-1, ainsi qu’environ 130 personnes.

En outre, dans le cadre de l’intervention « Enhanced Air Police », l’Espagne a récemment soutenu les options de préservation de l’espace aérien de la Roumanie et de la Bulgarie. Pendant plusieurs mois en 2021, six Eurofighter espagnols en Roumanie ont participé à des interventions d’interception. Et en Bulgarie, le détachement aérotactique espagnol « Strela » DIPLOMATIE 28/2022 28 SÉCURITÉ EUROPÉENNE (« Destacamento Aerotáctico Strela »), avec quatre chasseurs Eurofighter et 130 personnes, organise une coopération mutuelle avec les forces bulgares de la base aérienne de Graf Ignatievo dans le période février-mars 2022 année tâche similaire de surveillance aérienne mutuelle et d’interception. J’ai personnellement été témoin de la manière dont cette intervention de l’OTAN en Bulgarie s’est avérée être une option pour nos deux pays afin de renforcer leurs relations bilatérales. Lors d’une visite au contingent espagnol le 21 février, la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, a rencontré le ministre Janev, et les deux ont partagé leurs points de vue sur plusieurs sujets de défense dans la région et se sont engagés à une coopération future dans le domaine militaire. C’est précisément l’un des résultats positifs cachés des interventions de l’OTAN – elles donnent aux États membres la possibilité de mieux se connaître, de comprendre les provocations à leur défense et de renforcer leurs liens de manière beaucoup plus solide, par rapport à la seule réunion en Bruxelles. Lors de sa visite en Espagne les 28 et 29 avril 2022 – vingt-trois ans exactement après la dernière audience présidentielle, le président Radev a renforcé cette coopération bilatérale dans la zone de sécurité à l’intérieur des frontières de l’OTAN. Le résident bulgare a eu la possibilité de visiter le Centre d’opérations aériennes combinées de l’OTAN à Torrejon de Ardos (CAOCTJ), ainsi que d’honorer les groupes de combat aérien « Ala-14 » et le détachement aérotactique « Strela », qui ont participé à la tâche de préserver l’espace aérien de la Bulgarie.

En pensant à ces tâches respectives, les deux conclusions suivantes me viennent à l’esprit. Premièrement, un certain nombre de tâches de l’OTAN avec l’adhésion de l’Espagne ont eu lieu sur le territoire de la Bulgarie et à proximité – dans les Balkans, dans la mer Adriatique, sur le territoire roumain et, en ce moment également, sur le territoire bulgare. Et deuxièmement, que la Bulgarie a constamment montré ses accords avec l’OTAN dans une méthode similaire à celle de l’Espagne – en rejoignant les nombreuses tâches de l’Alliance de l’Atlantique Nord.
Conclusion : réflexions sur Madrid et leçons apprises après 40 ans de participation à l’OTAN
Les premières années plus compliquées de notre participation à l’OTAN en sont restées là il y a longtemps. Pendant de nombreuses années, l’Espagne et la société espagnole ont pu réaffirmer leur attachement à l’Alliance en rejoignant un certain nombre de missions de l’OTAN dans le monde. Nous avons participé avec confiance au renouveau interne de l’organisation, en étant son septième donateur financier et en accueillant ainsi deux sommets de l’OTAN à Madrid (en 1997 et 2022). En quelques années, la question de l’adhésion à l’Alliance est passée de purement politique à purement mécanique, car pour nous c’est la seule méthode qui ait un sens dans le monde d’aujourd’hui, surtout face aux provocations partagées d’aujourd’hui.

Lors d’un récent séminaire organisé par l’Atlantic Club en Bulgarie, conjointement avec la Fondation Konrad Adenauer, l’Institut diplomatique du Ministère bulgare des Affaires étrangères et les Ambassades des États-Unis d’Amérique et d’Espagne à Sofia sous le titre « L’OTAN après Madrid : la leçon de l’Ukraine », Le ministre espagnol des Affaires étrangères, M. Manuel Albarez, a exposé les principaux détails de nos obligations de sécurité en Europe et au-delà :
Source: Novini247 traduit par Rapide info

Bouton retour en haut de la page