Reprise de l’enquête avec l’ancien président et demandes de récupération de ses « dépôts financiers en France et en Turquie »

le chef de l etat mauritanien sortant mohamed ould abdel aziz reelu a sa propre sucession le 21 juin 2014 a nouakchott 4929021
le chef de l etat mauritanien sortant mohamed ould abdel aziz reelu a sa propre sucession le 21 juin 2014 a nouakchott 4929021

Les interactions du dossier de l’ancien président, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui occupe actuellement l’arène politique et judiciaire, alors qu’il a comparu aujourd’hui mardi devant le juge d’instruction dans le cadre de l’appel des enquêtes du parquet avec lui sur ce qui est connu sous le nom de «dossier de corruption».


On s’attend à ce que l’ancien président réponde, comme confirmé dans son récent entretien avec le magazine «Jeune Afrique», aux questions d’enquête après avoir refusé tout au long de la dernière période de répondre aux enquêteurs sur la base de son interprétation de l’article 93 de la Constitution, qui, selon lui, « l’immunise de toute responsabilité judiciaire pendant toute la durée de son mandat et que la Haute cour de justice, et non le pouvoir judiciaire ordinaire, est la seule à pouvoir le poursuivre sur la base d’un crime de haute trahison et d’un jugement qui est la destitution.
La reprise des enquêtes avec l’ancien président intervient environ un mois et demi après la décision du pôle de l’enquête de le placer lui avec un certain nombre de ses proches sous un contrôle judiciaire strict.

La reprise de l’enquête a également coïncidé avec les demandes adressées par la justice mauritanienne aux instances judiciaires turque et française, de récupérer les dépôts financiers de l’ancien président et les dépôts couverts par ce dossier, en application des accords de coopération judiciaire entre la Mauritanie et ces deux pays.
Ces développements se déroulent alors que les manifestations populaires se sont poursuivies hier devant la Cour suprême de Nouakchott appelant à un procès accéléré de l’ancien président, et à la récupération des fonds publics volés, selon des slogans soulevés par les manifestants.
Parallèlement, une tension a éclaté entre les partis d’opposition et le Parti de Ribat, que l’ancien président a annoncé son arrivée dans ses rangs,les quatre grands partis d’opposition en Mauritanie, à savoir UFP, RFD, UNAD et SAWAB ont mis en garde contre le retour des prévaricateurs et des pratiques du pouvoir de l’ancien président Aziz dans une déclaration distribuée hier lundi.
Le Parti de Ribat a affirmé dans un communiqué sa réponse aux partis d’opposition: «L’ère de tromper le peuple, de lui vendre des illusions, un symbolisme raté, de fausses luttes et des slogans trompeurs est révolue pour toujours, et qu’une nouvelle ère s’est ouverte et sa force est la la légitimité des acquis, l’inévitabilité du changement, le dépouillement de l’élite défaillante est la rupture complète avec l’élite du mensonge, de l’hypocrisie et du chantage d’État.
Le Parti de Ribat a affirmé: «Il se tient face à ceux qui demandent aujourd’hui de dénaturer les réalisations de l’ancien président, et d’effacer ses traits dans un jeu mal dirigé aux conséquences graves. « 
Le Parti de Ribat a attaqué la politique du président Ghazouani, soulignant «l’échec des programmes et des engagements exprimés par le système de normalisation avec l’opposition, la grave détérioration de l’état de la sécurité publique des personnes et des biens, la hausse vertigineuse des prix et la baisse terrifiante des services sanitaires, de l’éducation et des services sociaux.  » .
Dans sa déclaration, le Parti national Ribat a appelé ceux qu’il appelait « la jeunesse bienveillante, les femmes, les forces vives et l’élite propre à manifester une opposition utilitariste et à se joindre à nous dans notre projet national global pour se débarrasser de cette corruption,mettre un terme et une rupture complète avec son comportement basé sur le mensonge, l’hypocrisie ».
Ribat a annoncé dans le cadre de son mouvement politique et de sa légitime défense, son intention d’organiser prochainement une conférence de presse pour révéler les dimensions du complot qui se prépare contre lui.
L’ancien président, Mohamed Ould Abdel Aziz a fait une déclaration au peuple dans laquelle il affirmait sa «détermination à préserver et à défendre ce qu’il a décrit comme les acquis et les réalisations qu’il avait précédemment obtenus et à faire face à toutes les pratiques et politiques réactionnaires qui ramèneront le peuple et la patrie au premier carré, le retard, la corruption, la subordination et le clientélisme.
Dans son message, l’ancien président a appelé «toutes les personnalités qui l’ont accompagné dans ce qu’il a décrit comme la phase constructive d’une nouvelle Mauritanie à s’intégrer au Parti national Ribat dans l’intérêt des droits et du développement ».