Renforcement du leadership des femmes dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent en Mauritanie

Photo PBF Mauritanie
Photo PBF Mauritanie

Dans le cadre de la stratégie d’institutionnalisation du genre du gouvernement mauritanien, l’ONUDC et l’UNESCO ont développé conjointement un projet de renforcement du leadership des femmes dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent. Ce projet est financé par le Fonds de Consolidation de la paix des Nations Unies et vise à assurer une plus grande intégration des femmes dans la réponse pénale à l’extrémisme violent et à valoriser les expressions culturelles portées par les femmes mauritaniennes pour promouvoir le vivre ensemble et la cohésion sociale.

En février 2021, l’ONUDC et de l’UNESCO ont mené des missions d’évaluation à Guidimakha et Hodh El Gharbi, deux zones choisies pour leur proximité avec les foyers d’insécurité au Mali, la prévalence des conflits pastoraux et le risque d’extrémisme violent. Les représentants ont rencontré les autorités locales et échangé avec les parties prenantes pour évaluer les besoins. Un point focal du ministère de la Culture et de l’Artisanat a apporté son soutien.

Dans ces deux localités, les autorités et les associations ont signalé l’augmentation des violences faites aux femmes et aux jeunes filles (viols, mariages précoces, violences domestiques, mutilations génitales, privation de leurs droits de propriété..). Cela intervient dans un contexte déjà défavorable aux femmes : décrochage scolaire, faibles revenus économiques et méconnaissance de leurs droits. Les associations ont également souligné les difficultés rencontrées par les femmes dans l’accès à la justice, résultat des traditions mauritaniennes, des mentalités et des pression sociales. Le manque de connaissance des droits des femmes et la faible représentation des femmes dans les professions juridiques y contribuent aussi.

Par ailleurs, la multiplication des conflits entre migrants et réfugiés, populations d’accueil, agriculteurs et éleveurs dans les localités situées près de la frontière avec le Mali représente un risque pour la cohésion sociale.

Les consultations ont permis de constater le rôle clé joué par la société civile, en particulier par les femmes, dans la sauvegarde du patrimoine culturel mauritanien, au travers de l’artisanat par exemple, et la transmission de ces savoirs aux générations futures.

Ces missions d’évaluation à la frontière du Mali ont souligné la nécessité d’impliquer le Ministère des affaires sociales, de la famille et de l’enfance, de communiquer régulièrement avec les autorités locales et de mobiliser les femmes leaders, y compris les femmes cheffes de famille.

Le projet de l’ONUDC et de l’UNESCO appuie et valorise le rôle des femmes dans la transmission d’un discours religieux modéré, en particulier dans sa région frontalière, et sensibilise les femmes sur leurs droits, notamment sur leur accès à la justice en tant que victimes de violences sexistes.

United Nations Office on Drugs and Crime