Naufrage d’une embarcation de migrants subsahariens au large de la Tunisie : 41 morts

naufragee 660x330 e1618657781702
naufragee 660x330 e1618657781702


Maroc diplomatique -17 avril 2021

Vingt corps supplémentaires de migrants clandestins subsahariens, ayant perdu la vie dimanche après le naufrage de leur embarcation de fortune au large de Sfax (centre-est de la Tunisie), ont été repêchés, portant ainsi le nombre des victimes de ce drame à 41, selon l’ONU.

“Les corps de 41 personnes, dont au moins un enfant, ont jusqu’à présent été retrouvés”, a précisé un communiqué conjoint le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

D’après la même source, seules trois personnes ont pu être secourues par les garde-côtes tunisiens après le naufrage jeudi soir d’une embarcation de fortune au large de Sidi Mansour, dans le sud-est de la Tunisie.

Cette tragédie “souligne une nouvelle fois la nécessité d’améliorer et d’étendre les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Etats en Méditerranée centrale, où quelque 290 personnes ont péri depuis le début de l’année”, ont relevé l’UNHCR et l’OIM.

“La solidarité à travers la région et le soutien aux autorités nationales dans leurs efforts pour empêcher des morts et poursuivre les passeurs et trafiquants devraient être une priorité”, ont ajouté ces organisations.

Vendredi, la protection civile tunisienne avait fait état de 21 morts et de 17 portés disparus.

Ces candidats tentant de rallier l’Europe depuis les côtes tunisiennes étaient partis jeudi à l’aube des côtes de Sidi Mansour à Sfax, point de départ quotidien ces deux dernières années de ces tentatives pour rallier l’Europe.

Le 9 mars dernier, deux bateaux se sont échoués dans la même zone, tuant 39 personnes, tandis que 165 migrants ont été secourus. La plupart était des ressortissants subsahariens.

Depuis le 1er janvier 2021, au moins 292 migrants ont péri en Méditerranée, et 1.200 en 2020 dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l’ONU.