Mauritanie : l’unité nationale en panne /Ely O. Sneiba

Ely Ould Sneiba
Ely Ould Sneiba

Mauritanie : l’unité nationale en panne /Ely O. Sneiba

Le projet que le président Moktar Ould Daddah et ses compagnons avaient défendu « contre vents et marées » se maintient toujours malgré tant d’événements malheureux provoqués par les ingénieurs de la crispation nationale.Le particularisme négro-mauritanien est toujours inapaisé, la création de la Mauritanie n’avait pas été calibrée en fonction de son projet, c’était pour lui un « crime » imputable aux pères fondateurs qui avaient associé arabité et négritude en un seul lieu, oubliant d’instituer un État binational garant de la paix civile et de la stabilité nationale.

De crise en crise, sur fond de frictions interraciales, la Mauritanie n’arrive toujours pas à retrouver une paix durable.Sans pour autant constituer une menace sérieuse, la coalition poulo-toucouleur dite « vivre ensemble », comptant sur son cheval de Troie, IRA, parle à présent de la refondation de l’État ou de l’autonomie du Sud ou de sa sécession.Et en attendant, un dénouement favorable, les communautaristes noirs exigent l’institution des quotas ethniques au niveau de l’appareil de l’État ; et pour l’intercompréhension entre les composantes nationales, ils réclament une force d’interposition linguistique, c’est-à-dire des casques bleus de la traduction et de l’interprétation, qui ne peuvent être que des Maures, car les Arabo-Mauritaniens sont, en général, de bons bilingues arabe-français contrairement à leurs compatriotes poulo-toucouleurs, soninkés et wolofs qui sont de véritables monolingues militants. Et si les Maures refusaient d’assurer ce service, l’entente entre les fils de la Patrie ne serait plus possible faute de langue commune, du minimum requis pour un début de cohésion nationale.Pourtant, les pouvoirs publics avaient, par le passé, essayé à coup de réformes du système éducatif de produire un enseignement équilibré permettant de résorber l’épineuse question des langues, mais à chaque fois rien de racialement satisfaisant n’était obtenu : les cadres ressortissants de la vallée rejettent majoritairement la langue arabe, et les Arabes, eux, récusent l’arbitrage du français, c’est donc la confusion générale jusqu’à nouvel ordre, un nouveau consensus national, difficile à obtenir car les positions sont figées .Une telle œuvre de consentement si elle devrait voir le jour, elle nécessitera des concessions mutuelles sous-tendues par la recherche franche et responsable de l’intérêt du peuple mauritanien, loin de tout particularisme.Et si le patriotisme ne prend pas le dessus sur l’ethnocentrisme, la cohésion nationale mauritanienne sera compromise aussi longtemps que durera le nombrilisme communautaire tueur de l’esprit républicain, de l’espoir d’une Mauritanie intégrée et résolument tournée vers l’avenir. Malheureusement, détruire est beaucoup plus facile que construire. Et chaque composante nationale possède un potentiel maléfique redoutable, un démon à ne pas réveiller,Alors, continuer à répéter « on est condamné à vivre ensemble » est un fatalisme contreproductif. C’est le pire des raisonnements politiques, car les exemples de déchirures interethniques ne manquent pas et des États avaient disparu en Afrique et ailleurs.

Lire la suite ici: Aqlame.com