Mauritanie : Le ministère de l’Habitat appelle les citoyens à la plus grande vigilance avant l …

02 01 2020 0S002
02 01 2020 0S002

Mauritanie/ Vente de terrains : le ministère de l’Habitat appelle les citoyens à la plus grande vigilance devant les intermédiaires véreux

Le ministère mauritanien de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire a constaté que des citoyens honnêtes sont régulièrement abusés par des intermédiaires véreux qui se livrent à des transactions foncières frauduleuses, indique un communiqué rendu public, hier, samedi (18 juillet 2020).

Suite aux nombreux que rencontrent le plus souvent des citoyens dans l’achat de parcelles à usage d’habitation, le ministère invite les citoyens à la plus grande vigilance et leur demande de procéder à des vérifications avant l’acquisition de toute parcelle mise en vente quel que soit sa nature, selon le communiqué.
De ce fait, tout candidat à l’achat doit vérifier auprès des services de l’urbanisme que la parcelle figure bien sur un plan de lotissement approuvé et archivé, que ladite parcelle existe réellement sur le terrain et auprès des services des domaines que le titre de propriété de la parcelle est authentique et régulier et ne fait l’objet d’aucun litige.

Le communiqué précise qu’en tout état de cause, l’administration procédera à la démolition d’office et à la remise en état des lieux aux frais de l’intéressé de toute construction sur un terrain occupé illégalement ou autre cas sans droit ni titre régulier.

En somme le département de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire demande aux citoyens de prendre toutes les mesures essentielles et les informe que des poursuites judiciaires seront engagées envers toute personne qui s’adonne à ces pratiques frauduleuses et malhonnêtes.

Conséquences des pratiques frauduleuses

Les phénomènes du double ou triple emploi dans la vente de terrain à usage d’habitation, d’occupation illégale et d’expropriation des parcelles sont toujours très fréquents surtout dans les quartiers périphériques de Nouakchott.

Des réseaux s’activent dans le domaine mafieux depuis des décennies et font subir à des milliers de familles démunies des problèmes. Selon nos informations, ils parviennent à se procurer de documents falsifiés (quittance, permis d’occuper, plans d’aménagement, …) et réussissent à vendre un lot deux à trois fois. C’est là, un phénomène qu’il faut éradiquer, sanctionner les auteurs et rétablir les victimes dans leurs droits.

Ces bandes et autres personnes influentes qui jusque-là étaient proches de hauts responsables dans le ministère de l’habitat durant les dix dernières années se sont accaparés de terrains sur des emplacements stratégiques pour les besoins commerciaux appartenant à des familles faibles. Combien de familles pauvres ont été victimes d’injustices de la part de ceux qui devaient les protéger ? De vieilles et faibles personnes ont larmoyé parce que d’autres ont occupé leur terrain dans la plus grande injustice.

Les parcs et espaces publics n’étaient pas épargnés, dit-on. De nombreuses anciennes autorités administratives locales (Hakem et Wali) et cadres du ministère avaient fait de ces pratiques un moyen pour s’enrichir. Des responsables administratifs offraient des terrains à certains suite à des affinités tribales, familiales et politiques. A leur départ (retraite, limogeage, situation difficile, maladie, mort, …), elles ont laissé derrière eux des plis de litiges fonciers qui ont fait souffrir des veuves, des orphelins et des pauvres.

Une réforme du secteur et un assainissement des services sont indispensables pour que  prennent fin totalement ces pratiques néfastes. Le ministère doit barrer la route devant les réseaux mafieux en ouvrant des services pour la gestion des vente de terrain,sinon, c’est le retour aux scénarios de la case de départ.

Par R.Fall*

tawary.com