Mauritanie : la politique sécuritaire du ministre de l’intérieur en pointillé

Cherif KANE
Cherif KANE

Après la création de comités de défense pour sécuriser les circonscriptions administratives, le ministre de l’intérieur s’est rendu cette fin de semaine à Nouadhibou, théâtre la semaine dernière de meurtres à l’arme blanche qui ont secoué la capitale économique.

C’est un déplacement de Ould Merzoug attendu par les collectivités locales, les partis politiques et la société civile et en première ligne la famille des victimes après les meurtres à l’arme blanche la semaine dernière.

Le ministre de l’intérieur entend être ferme contre la criminalité qui sévit ces dernières années dans la capitale économique. La majeure partie des auteurs de ces crimes sont des jeunes récidivistes sous l’emprise de la drogue.

C’est la justice qui est pointée du doigt et au-delà les structures de l’Etat pour la réinsertion de ces anciens prisonniers ou d’autres jeunes qui opèrent dans les quartiers populaires des grandes villes laissés pour compte. La politique sécuritaire ne passe pas seulement par la création de comités de défenses des circonscriptions administratives. Cette initiative gouvernementale est une fausse bonne solution pour lutter contre l’insécurité dans le pays. L’armée, la gendarmerie et la police constituent un maillon important dans la chaîne de protection des citoyens. Les mauritaniens veulent un gouvernement qui cesse de parler plus qu’il agisse.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya.com le 01 mai 2021)

Kassataya