Mauritanie: Des migrants sénégalais disparus.

migrants 1
migrants 1

Mauritanie: Des migrants sénégalais disparus.

Quarante-sept migrants ouest-africains sont morts, alors qu’ils tentaient de gagner les Îles Canaries à bord d’une embarcation. Celle-ci a dérivé pendant deux semaines, avant d’être récupérée au large de la Mauritanie avec seulement sept rescapés, ont annoncé les garde-côtes et l’Organisation internationale pour les migrations (Oim). Certains migrants décédés étaient originaires du Sénégal.

Au total, 54 personnes étaient à bord. Seules 7 personnes ont survécu. Elles étaient parties le jeudi 3 août de Laâyoune, dans la région du Sahara Occidental, à bord d’un canot pneumatique. Le groupe était constitué de 43 hommes et 11 femmes (des Maliens, des Sénégalais, des Ivoiriens, des Mauritaniens et des Guinéens), a précisé l’Oim. Parmi eux figuraient deux enfants de moins de 3 ans et une adolescente, tous trois disparus. Les rescapés risquent d’être expulsés.

Durant les treize jours de dérive, causée par une panne de moteur, “nous avons rencontré des bateaux, mais aucun ne nous a aidés, et un à un mes compagnons mouraient”, a raconté l’un des survivants à Helena Maleno.

Les sept survivants risquent l’expulsion

Dix personnes sur les 54 avaient survécu aux treize jours de dérive, malgré l’épuisement des réserves d’eau et de nourriture. Mais lorsque le canot a fini par s’échouer le long de la côte mauritanienne, sur la plage de Nouadhibou, trois sont décédées.

Parmi les sept survivants restants, trois ont été emmenés à l’hôpital. Quatre ont été hospitalisés dans un état critique. D’autres se trouvent d’ores et déjà retenus par la police mauritanienne pour immigration irrégulière. Tous risquent d’être expulsés. “Je ne veux pas qu’ils m’expulsent à la frontière, qu’ils me laissent sans rien dans le désert, je n’ai plus de forces”, a confié l’un d’entre eux auprès d’Helena Maleno.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel drame arrive. Au mois de mai dernier, une embarcation de 59 migrants avait été retrouvée à la dérive en mer, à 500 kilomètres au sud d’El Hierro, petite île de l’archipel espagnol des Canaries. Seules trois personnes avaient survécu, dont Aïcha, jeune Ivoirienne de 17 ans.

Selon l’Oim, plus de 370 personnes ont perdu la vie sur cette route migratoire vers les Canaries depuis le début de l’année. D’après l’ONG Caminando Fronteras, on a recensé 2 087 personnes décédées au premier semestre 2021. Soit bien plus que les 1 851 décès comptabilisés sur toute l’année 2020 par l’ONG. Malgré les dangers, les traversées ne tarissent pas – au contraire. Au premier semestre 2021, 6 952 personnes sont parvenues à débarquer dans l’archipel espagnol, soit une augmentation de 156% par rapport à la même période, l’an dernier.

rewmi.com