Maroc-Mauritanie: Pas d’orage dans l’air, selon Nasser Bourita

Ismael Bourita
Ismael Bourita

Maroc-Mauritanie: Pas d’orage dans l’air, selon Nasser Bourita

Alors que l’on parle depuis plusieurs semaines d’une crise entre les deux pays voisins, le ministre des Affaires étrangères a assuré qu’il n’en est rien, et ce au cours de la visite de son homologue mauritanien dans le Royaume.

Les relations entre le Maroc et la Mauritanie n’ont jamais été aussi bonnes.

C’est ce qu’a en tout cas assuré le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, dans la foulée des entretiens qu’il a eus dans la journée du 24 mai 2021 avec son homologue mauritanien, Ismail Ould Cheikh Ahmed. Et de prendre à partie “ceux qui”, selon lui, “veulent nuire à ces liens forts et solides [entre les deux pays], qui connaissent actuellement un développement positif”.

Il faut dire que de nombreuses sources médiatiques avaient laissé entendre, début avril 2021, qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre Rabat et Nouakchott, après que M. Ould Cheikh Ahmed ait annulé une visite qu’il devait effectuer le 31 mars 2021 au Maroc. Laquelle annulation avait été présentée par d’aucuns comme une simple reprogrammation, sans vraiment balayer les rumeurs, d’autant plus que dans la foulée le chef de la diplomatie de la voisine du Sud se rendait en Algérie et en Tunisie pour discuter avec les responsables locaux.

On parlait notamment d’un courroux mauritanien en raison d’une soi-disant volonté marocaine de recouvrer la possession de la ville de Lagouira, à la pointe sud de la région du Sahara mais dont pour des considérations militaires la charge est confiée depuis décembre 1979 aux Forces armées de la République islamique de Mauritanie (FARIM).

Déloger les milices séparatistes
Un incident avait d’ailleurs opposé le Maroc et la Mauritanie du temps où cette dernière était présidée par Mohamed Ould Abdel Aziz, qui avait fait hisser en décembre 2015 à Lagouira le drapeau mauritanien -ce qui avait alors soulevé les protestations du Royaume, qui avait dépêché à Nouakchott le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, le directeur général des études et de documentation (DGED), Mohamed Yassine Mansouri, et l’inspecteur général des Forces armées royales (FAR), Bouchaïb Arroub, pour le faire savoir à M. Ould Abdel Aziz. Ainsi M. Bourita, dit avoir des échanges hebdomadaires avec M. Ould Cheikh Ahmed, jusqu’à “deux fois par semaine au téléphone”.

Dans le communiqué ayant fait suite auxentretiens entre les deux diplomates, le ministère des Affaires étrangères a notamment mis l’accent sur les “prochaines étapes susceptibles de développer davantage les relations bilatérales conformément aux souhaits” du roi Mohammed VI et du président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Il faut, à cet égard, rappeler que ce dernier avait été invité le 21 novembre 2021 par le Souverain, au cours de l’appel téléphonique qu’ils avaient eu, à “visiter son deuxième pays, le Royaume du Maroc”; appel qui avait eu lieu huit jours après l’intervention des Forces armées royales (FAR) dans la zone de Guergarat, à la frontière maroco-mauritanienne, pour en déloger les milices du mouvement séparatiste du Front Polisario qui y bloquaient la circulation des biens et des personnes. Ce qui, selon différents observateurs, avait constitué une sorte de manifestation de soutien de la part de M. El Ghazouani envers le Maroc.
par Wissam El Bouzdaini
maroc-hebdo