Manifestations en Mauritanie contre  une société russe qui exploite un gisement d’or

69854785-98765421
69854785-98765421

Manifestations en Mauritanie contre  une société russe qui exploite un gisement d’or

La présence de la société russo-émiratie d’Emiral Ressources dans l’exploitation d’un gisement d’or en Mauritanie a provoqué les protestations des mineurs artisanaux, qui jugent leur concurrence déloyale, ce qui a conduit le gouvernement du pays à envoyer des forces de sécurité pour les disperser.

 L’affaire a commencé il y a quelques mois, lorsque cette société, avec ses engins lourds, a atterri dans la région de Cheggatt, au nord-est de la Mauritanie. Dès son arrivée, les orpailleurs mauritaniens ont prévenu Emiral Ressources  que les autorités n’avaient ouvert la zone à l’entreprise que depuis 2021 et qu’elles ne lui permettraient pas de les concurrencer déloyalement.

 L’entreprise « n’a fait que suivre nos pas », a dénoncé dans un communiqué la Fédération des orpailleurs Tiris Zemmour, qui regroupe des milliers d’adhérents. La société critiquée a pour sa part répondu dans une autre note qu’elle est présente en Mauritanie depuis 2020 et qu’elle dispose de six permis d’exploration dûment accordés par le Conseil des ministres mauritanien.

Dans cette déclaration, son PDG, Dmitri Tokarev, promet de développer l’infrastructure régionale et de créer un grand nombre d’emplois. Mais, comme le soutient la Fédération des mineurs d’or, les données fournies par Emiral Ressources  sont « falsifiées ». Le différend entre les deux parties s’est amplifié au fil du temps et, compte tenu du blocage de l’activité de l’entreprise par les protestations des mineurs, le gouvernement mauritanien a décidé d’envoyer des forces de gendarmerie avec pour mission de faire respecter la loi.

L’objectif de l’exécutif est de protéger l’activité de l’entreprise russe, qui travaille, assure-t-il, dans le respect de la législation mauritanienne. Pourtant, les orpailleurs n’ont pas vu d’un bon œil ce mouvement gouvernemental et ont tenté ce jeudi de résister aux gendarmes, qui sont intervenus avec violence pour les expulser de la zone où opère l’entreprise russe.

. « Nous sommes choqués de voir nos forces de l’ordre s’aligner sur une entreprise étrangère au détriment de leurs compatriotes », déclare Abdellahi Salem, un mineur qui a participé aux manifestations.

Notons que le ministre de l’Éducation nationale et de la Réforme du système éducatif, Porte-parole du gouvernement, M. Mohamed Melainine Ould Eyih  a déclaré, lors du commentaire des résultats du conseil des ministres, tenu mercredi  dernier que l’entreprise à laquelle les orpailleurs s’opposent, a obtenu un permis de travail de manière légale et transparente ; soulignant que ce pays garantit à ces citoyens de profiter de ces multiples richesses. Cependant, ajoute-il, certains de ces minerais nécessitent des équipements et des moyens qui ne sont pas à la disposition des citoyens les invitant à respecter les lois réglementant le secteur et appelant les prospecteurs à suivre les directives de la société Maaden dans ce domaine.