Ligue arabe : nécessité d’une stratégie globale pour faire face à une crise mondiale prolongée

Ligue arabe : nécessité d’une stratégie globale pour faire face à une crise mondiale prolongée

Publié dans Hespress par Mohamed DAROUICHE le 02 – 11 – 2022

Les pays arabes ont un besoin urgent d’une stratégie globale pour faire face à la crise persistante que traverse le monde, a affirmé, mardi à Alger, le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou al-Gheït.
S’exprimant à l’ouverture de la 31è session du sommet arabe, Abou al-Gheït a appelé à « fortifier les sociétés arabes et renforcer leur résilience face aux chocs imminents ».
Une telle réflexion ne peut se concrétiser que dans un « cadre collectif et une approche de complémentarité », a-t-il insisté, notant que l’efficacité de l’action arabe est tributaire de la mobilisation des capacités arabes, majeures et diversifiées, de manière correcte et scientifique.
Et d’ajouter que la stratégie arabe de sécurité alimentaire, présentée au sommet, n’est qu’un modèle et un exemple de ce que les pays arabes peuvent entreprendre collectivement pour faire face à leurs crises.

En outre, le SG de l’organisation panarabe a souligné que la situation mondiale exacerbe davantage les problèmes des pays arabes, dont certains d’entre eux vivent dans des situations qui menacent non seulement leur sécurité et leur stabilité, mais leur existence même.
« L’Etat national, souverain et indépendant fait l’objet d’attaques féroces dans certains zones de la région à cause du terrorisme, des milices et des groupes armés, ainsi que de la part de parties non arabes », a déploré Abou al-Gheït.

Et de soutenir qu’il n’est plus acceptable de confier la gestion des crises arabes à la communauté internationale, déjà préoccupée par d’autres questions urgentes et pressantes, faisant remarquer que « la volonté arabe est en mesure d’intervenir efficacement pour régler les crises arabes, à condition de fédérer ses forces ».
Le Secrétaire général de la Ligue arabe a passé en revue les développements de la question palestinienne, rappelant que la défense de cette cause centrale est le devoir de chaque Arabe.

Il a souligné que le consensus arabe est toujours maintenu autour de la solution à deux Etats comme moyen de mettre fin à l’occupation et d’établir un Etat palestinien indépendant aux frontières de 1967, avec Al Qods-Est comme capitale.
A l’ordre du jour du Sommet arabe figurent plusieurs points et projets de résolution portant notamment sur les développements de la question palestinienne et du conflit arabo-israélien, la solidarité et le soutien au Liban, les développements de la crise syrienne et de la situation en Libye et au Yémen.
Il s’agit aussi du soutien à la paix et au développement au Soudan, du soutien aux Républiques de Somalie et de l’Union des Comores, du dossier de l’occupation par l’Iran de trois îles émiraties, de l’ingérence iranienne dans les affaires intérieures des pays arabes, du maintien de la sécurité nationale dans le monde arabe, ainsi que de la lutte contre le terrorisme et du développement du système arabe antiterroriste.
Le Maroc est représenté à ce Sommet par une délégation présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et composée de l’Ambassadeur du Maroc en Egypte et son représentant permanent auprès de la Ligue arabe, Ahmed Tazi, du Directeur de l’Orient, du Golfe, des Organisations arabes et islamiques au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des MRE, Fouad Akhrif et du chef de Division des Organisations arabes et islamiques au ministère, Abdelali Al-Jahed.
Source: Hespress

Bouton retour en haut de la page