Libre opinion: Pauvre Mauritanie, un pays en otages

00091470 64851b218fc1a1dd44fc73b3a814c9f9 arc614x376 w614 us1
00091470 64851b218fc1a1dd44fc73b3a814c9f9 arc614x376 w614 us1

En 1977 notre pays était presque à genoux éprouvé par une guérilla menée par le front Polisario, très jeune et fier je me suis incorporé pour défendre mon pays. Avec les moyens qu on avait on était prêts à mourir pour la nation. On était harcelé par les maquisards du Polisario et on avait subit des pertes énormes.

Nos efforts de guerre et le coût de celle-ci ont amené les militaires à s emparer du pouvoir. Nous avons renoncé au Sahara d une manière humiliante. Faisant fi de tous nos sacrifices et oubliant tous nos héros morts sur le champs d honneur.
Nos officiers quittant leurs sections ou garnisons prirent goût au luxueux bureaux des ministères et le confort des voitures rutilantes.
Une nouvelle oligarchie venait de naître. Elle va sombrer notre pays dans la misère en s engageant dans une aventure (diriger une nation). Cette junte a été manipulée par les courants politiques de l’epoque: Bathistes, naceristes ou kaddihines.
Notre économie a été pillée, notre image à l international a été écornée. Les membres de la junte se sont enrichis. Les règlements de compte se multipliaient, le pouvoir passait de mains en mains avant le sommet de la Baule.
La France-Afrique ordonna aux chefs d’ Etats africains de maquiller leurs manière de gouverner par une démocratie de façade.
Notre pays a l’instar des autres a dissous le Cmsn et organiser des élections. MAAOUYA est resté 20 ans au pouvoir avant d être déposé par ceux qui étaient chargés de sa sécurité.
Un autre type de dirigeant accéda au pouvoir. Régnant par le populisme, il était plus avide, plus kleptomane et sans vergogne.
Notre pays plus que meurtri va vivre sous ce régime 12 ans durant.

Le tout est parti, les idéaux, les valeurs morales, les écoles bradées, les fonctions ministérielles sont devenues des récompenses pour tenir le pays en otages et s accaparer de tous ses biens.

Cheikh Ahmedou Mohamed Lemine