Lettre de réclamation au Président de la République…

Le President de la Republique Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani
Le President de la Republique Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani

Lettre de réclamation au

Président de la République

Premier ministre

Ministre de la Santé

Ministre de la fonction publique

Après l’expression de tout le respect qui vous sied, j’ai l’honneur, sous-soussigné, Ahmed Ould Bettar, gestionnaire des hôpitaux et attaché d’administration générale, responsable de la communication à l’hôpital de l’Amitié à Nouakchott, de vous exposer ainsi qu’à l’opinion publique nationale mes réclamations, espérant trouver justice.

Je suis sortant de l’’École d’Administration de Nouakchott avec un diplôme de gestionnaire des hôpitaux en 1990 et j’ai exercé mes fonctions au niveau de plusieurs hôpitaux de l’intérieur et dans la capitale Nouakchott pendant plus de 20 ans.

J’ai travaillé avec professionnalisme, discipline et responsabilité, bien qu’ayant été chargé parfois, pour des raisons administrativement ambiguës, de missions qui ne relèvent pas de mon domaine de spécialisation et ne me confèrent pas les privilèges matériels et moraux dont j’ai droit en vertu de mon diplôme, ma spécialité et mon expérience.

J’ai ressenti au cours des 10 dernières années de l’injustice et une honte d’être placé dans des fonctions qui ne correspondent pas à mon diplôme et, mon expérience dans la gestion d’hôpitaux. J’ai senti également que j’ai été soumis à une injustice matérielle et morale et vu certains bénéficier d’avancements à mon détriment, du simple fait de leur utilisation du Président, d’un Premier ministre, d’un Général ou d’un notable tribal.

Et parce que je ne crois pas aux coups de piston et ayant totalement foi dans mes compétences personnelles, je trouve que ces premières sont l’unique critère pour mon avancement, m’abstenant de recourir à ces pratiques vilaines.Je suis un citoyen auquel l’Etat doit rendre justice dés lors où c’est sa responsabilité et non celle de ma tribu ou ma wilaya.

Je suis au bout de mes forces en cherchant mes droits, butant à des portes hermétiquement fermées devant moi, avant d’être pris au dépourvu par la maladie du cœur, devenir faible et exténué, encerclé par l’injustice, qui menace mon présent et mon futur, comme elle a gâché le passé de ma vie professionnelle.Soucieux de contribuer à l’amélioration de la situation sanitaire de notre pays, je veux donc bénéficier de mon droit à un emploi correspondant à ma spécialisation, mon expérience, mes compétences ainsi que de tous les avantages financiers et moraux qui en découlent.Je veux juste mon droit sans plus ni moins.

Je me réserve le droit de prendre ce que je jugerai approprié de manière civilisée et moderne en cas de persistance de la situation d’injustice et de marginalisation dans laquelle je vis et en goutte l’amertume.

Ahmed Bettar