Les violations par l’Espagne des droits de l’Homme au Sahara dénoncées à Laâyoune

Laayoune
Laayoune

Les violations par l’Espagne des droits de l’Homme au Sahara dénoncées à Laâyoune

Organisation d’une rencontre sous le thème « La disparition forcée du militant Mohamed Bassir met en cause l’humanité de l’Etat espagnol »

Une rencontre organisée mercredi à Laâyoune a tenté de cerner les multiples facettes de la personnalité de Mohamed Bassir et sa contribution à la défense du Sahara marocain, demandant à l’Espagne d’élucider son sort après son arrestation et sa disparition forcée.

Cette rencontre, initiée par la Fondation Mohamed Bassir d’études, de recherches et d’information sous le signe « La disparition forcée du militant Mohamed Bassir met en cause l’humanité de l’Etat espagnol », a mis en relief le combat remarquable du héros du soulèvement historique de Laâyoune (17 juin 1970) et son attachement indéfectible au glorieux trône alaouite, contrairement à la propagande des séparatistes qui tentent de déformer la réalité et de présenter ce nationaliste comme un partisan de leurs thèses fallacieuses sur la question du Sahara marocain.

Consciente du danger que représentait pour sa politique coloniale le militantisme de ce grand unioniste, l’Espagne a choisi de le faire taire en violation de toutes les conventions internationales, ont dénoncé les participants à cette manifestation qui ont demandé aux autorités espagnoles de clarifier le sort de ce combattant pour le triomphe de la vérité.

Ils ont relevé que la responsabilité de l’Espagne dans la disparition forcée de cet héros de la lutte nationale contre la présence coloniale espagnole dans le sud marocain est avérée et ne saurait être ignorée, surtout que feu Mohamed Bassir portait, avec d’autres combattants marocains, le flambeau de la lutte contre les convoitises de l’Espagne de rattacher le Sahara à sa souveraineté.

Après avoir dénoncé les violations massives des droits de l’Homme au Sahara commises par l’Espagne, ils ont invité ce pays ibérique à se réconcilier avec son passé et à reconnaître ses violations contre les fils du Sahara marocain.

Le président de la Fondation Mohamed Bassir des études, de recherches et d’information, cheikh de la tariqa bassiria, Moulay Ismail Bassir, a indiqué, à cette occasion, que l’Espagne, qui a arrêté, torturé et emprisonné le héros du soulèvement de Laâyoune en 1970 est tenue de clarifier le sort de ce combattant, ajoutant que Madrid n’a pas montré de disposition à coopérer dans ce dossier et à élucider le sort de ce militant unioniste.

Il a assuré que la famille Bassir entreprendra toutes les démarches auprès du groupe de travail de l’ONU sur la disparition forcée pour élucider le sort de son fils, précisant que le refus de l’Espagne de coopérer dans cette « grave question » illustre ses complots contre l’intégrité territoriale du Royaume et son soutien aux adversaires de sa cause nationale.

Pour le chercheur Abdelmoughit Bassir, membre fondateur de cette Fondation, cette rencontre, qui marque le 51ème anniversaire de la disparition de l’héros du soulèvement de Laâyoune, vise à faire connaître la personnalité de ce combattant et son militantisme auprès des générations montantes et à démentir la propagande des séparatistes qui tentent d’exploiter le passé héroïque de ce grand nationaliste pour servir leurs chimères.

Cette rencontre s’est déroulée en présence du wali de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, Abdeslame Bekrate, et des présidents de la région, Sidi Hamdi Ouled Errachid et du conseil municipal, Moulay Hamdi Ouled Errachid.

Libé