Les six infos à connaître aujourd’hui, lundi 23 novembre

1-Mauritanie, 8 000 cayucos en attente et prêts à embarquer aujourd’hui pour les îles Canaries. Il y a dans le port artisanal de Nouadhibou une énorme flotte de 4500 bateaux fanés au salpêtre et au soleil prêts à mettre les voiles avec la proue pointant vers l’Atlantique, 8 000 si l’on compte ceux de Nouakchott.

Les deux enclaves sont les épicentres classiques de la sortie de l’immigration clandestine de Mauritanie et il se peut qu’aujourd’hui à l’aube, dans l’une ou l’autre d’entre elles, un bateau ou deux manque. Peut-être cinq. Dix. Le tout volé par les mafias ou vendu sous le capot par leurs propriétaires pêcheurs pour un minimum de 15 000 euros. Une fortune quand le salaire moyen dans le pays ne dépasse pas 200 par mois. Et il est possible que, si les garde-côtes mauritaniens n’y remédient pas, certains de ces cayucos avancent également à ce moment précis, mal en point, vague par vague, se dirigeant vers le nord avec le moteur Yamaha de 40 chevaux soufflant atrocement du poids de tout. donne. Voyons si les 190 premiers kilomètres se terminent le plus tôt possible. Là où, disent ceux qui savent, on peut déjà voir les lumières des îles Canaries.

Les juges demandent à Moncloa de détailler l'utilisation que Pedro Sánchez a donnée au Falcon

2-Les juges demandent à Moncloa de détailler l’utilisation que Pedro Sánchez a donnée au Falcon. Les magistrats du tribunal central du contentieux administratif numéro 2 de la Haute Cour nationale ont une fois de plus montré le manque de transparence de ce gouvernement. Dans une décision récente, les juges ont rejeté un recours présenté par l’exécutif, qui cherchait à ne pas fournir à un citoyen la liste des moyens de transport officiels utilisés par Pedro Sánchez au cours des cinq premiers mois de 2019, pendant la campagne électorale, pour les déplacements de personnes extérieures en sa qualité de chef de l’exécutif ». L’histoire vient de loin. L’exécutif a refusé de fournir les données et cette personne a demandé la protection du Conseil de la transparence, qui a émis une résolution dans laquelle il en a obtenu la raison et qui a contraint Moncloa à rectifier et à remettre la liste.

accolade entre Pedro Sánchez et Pablo Iglesias au Congrès des députés

3-Le gouvernement accélère son calendrier idéologique après la loi Celaá. Avec l’approbation de la session plénière du Congrès sur la «loi Celaá», le gouvernement a lancé jeudi dernier son calendrier idéologique. Un agenda bien dressé deux jours après les élections du 10-N avec cette singulière accolade entre Pedro Sánchez et Pablo Iglesias au Congrès des députés. Avec cet «accord progressiste» du gouvernement, commença alors la dérive idéologique de l’exécutif social-communiste, qui depuis lors légifère à l’aveuglette, sans capacité de dialogue et dos à une bonne partie de la société. Maintenant que la «loi Celaá» est en route vers le Sénat, le gouvernement prépare toute son artillerie à la réglementation de l’euthanasie. Cette même semaine, la Commission de la justice se réunira pour entamer la négociation des amendements présentés par les parties aux articles de la loi. Il le fera sans consulter aucun expert en soins palliatifs ou en bioéthique, après que le PSOE et Podemos se soient opposés aux apparitions demandées par le Parti populaire.

Huit régions dépassent la mortalité de la première vague de coronavirus.

4-Huit régions dépassent la mortalité de la première vague de coronavirus. Le début du mois de novembre a été le pire moment de la deuxième vague du nombre de décès en Espagne. Depuis avril, les 2500 décès par semaine dus au coronavirus n’ont pas été dépassés, selon des données sur la surmortalité obtenues auprès de l’Institut national des statistiques. Plus précisément, à la semaine 45, le premier de ce mois, 2 546 décès ont été enregistrés au-dessus de ce qui était attendu s’il n’y avait pas de pandémie, un chiffre qui n’avait pas été vu depuis la mi-avril. La deuxième vague a déjà coûté la vie à plus de 23 000 personnes, ce qui porte le nombre total de décès dans la pandémie à 70 877, selon les informations de l’INE. Le chiffre officiel reconnu par le gouvernement tombe à 42 619.

A La Une - Rapideinfo - Infos- Mauritanie - Rapidinfo.mrLes six infos à connaître aujourd'hui, lundi 23 novembre

5-Sarkozy commence son calvaire judiciaire par une douzaine de scandales politiques. Nicolas Sarkozy, 65 ans. Trente-sept ans de carrière politique. Cinq ans de président de la République. Trente ans de scandales politiques, dix ans de scandales sentimentaux et de séparations amoureuses. Cité aujourd’hui devant le tribunal de Paris, accusé de crimes de corruption présumés dans l’un des dix scandales pendants. Il y a six ans, la justice a commencé à instruire l’affaire qui commence à être jugée ce lundi. Sarkozy et l’un de ses avocats, Thierry Herzog, étaient soupçonnés d’avoir obtenu des informations confidentielles d’un ancien magistrat, instructeur dans d’autres scandales dans lesquels l’ancien président était impliqué. Plusieurs juges ont estimé que Sarkozy et son avocat avaient corrompu ou tenté de corrompre ce juge, lui promettant une promotion intéressante à Monaco / Monte Carlo.

A La Une - Rapideinfo - Infos- Mauritanie - Rapidinfo.mrLes six infos à connaître aujourd'hui, lundi 23 novembre

Les Lakers de Los Angeles, actuels champions de la ligue, ont déjà conclu un accord avec le pivot espagnol Marc Gasol pour signer un contrat de deux saisons en tant qu’agent libre, selon des informations fournies par diverses sources médiatiques. Gasol, 35 ans, qui avait été sélectionné par les Lakers avec le numéro 48 au deuxième tour du tirage au sort universitaire 2007, n’a jamais pu jouer avec l’équipe de Los Angeles lorsque ses droits ont été transférés par l’arrivée de son frère Pau, en transfert. avec les Memphis Grizzlies en février 2008.

source:

source: abc

Bouton retour en haut de la page