Les ratés de la diplomatie marocaine et la disgrâce de l’effronté Bourita.

nasser bourita e1608994893355
nasser bourita e1608994893355

Les ratés de la diplomatie marocaine et la disgrâce de l’effronté Bourita.

Politique  Par: Amar Belani* 22 Mai 2021 à 17:47 / TSA

CONTRIBUTION. Le plus algérophobe des ministres marocains des Affaires étrangères, qualification justifiée dont je l’avais affublée dans de précédents écrits, vient de se prendre magistralement les pieds dans le tapis entraînant lourdement dans sa chute la politique étrangère marocaine et les hautes autorités qui sont censées l’arrêter et la conduire.

Partisan irréductible de la stratégie permanente de la tension, et ne répugnant guère à recourir à l’arme, peu glorieuse, du chantage le plus vil, le sieur Bourita, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a cru pouvoir faire plier l’Allemagne, puis l’Espagne et enfin l’Union Européenne pour les amener à suivre aveuglément la reconnaissance illégitime et illégale de la prétendue marocanité du Sahara occidental octroyée charitablement par l’administration de l’ex-président insensé américain Donald Trump en guise de remerciements au régime du makhzen pour sa lâche collusion avec Israël, ou sévit un régime expansionniste et colonialiste du même acabit, massacrant des civils innocents et spoliant leurs terres.

Le même déchainement de la violence cyclique et  à huis clos, les mêmes pratiques qui foulent au pied le droit international et enfin les mêmes  atteintes systématiques et de grande ampleur aux droits de l’homme ont libre cours au Sahara Occidental. Rien d’étonnant donc à cette alliance naturelle et objective entre puissances occupantes.

Cette complicité odieuse avec le régime sioniste restera une tache indélébile au front de celui qui se proclame défenseur d’El Qods Echarif et dont le silence assourdissant à propos du déluge meurtrier de feu et d’acier qui s’est abattu dernièrement sur Gaza et sur la Cisjordanie renseigne sur le degré extrême de vassalisation et de reniement, quoiqu’en dise un appareil médiatique aux ordres, chauffé à blanc par la MAP (Maghreb Arabe Propagande) et son rejeton adultérin (le 360.ma, incubateur de Fake news animé par de piètres barbouzes aux ordres du secrétaire particulier du souverain qui cultive, avec une rare virulence, la haine de l’Algérie et de ses institutions) qui multiplient et amplifient les déclarations creuses et mensongères concernant son présumé soutien à la cause palestinienne au sein des instances bureaucratiques islamique et arabe ou l’hypocrisie des uns le dispute à l’imposture et à la fourberie des autres.

Pour revenir à l’inénarrable Bourita, ce ministre hâbleur et prétentieux, dont le seul fait d’armes est de pouvoir compter sur l’influence du lobby juif (à Washington tout comme au Parlement européen), il n’a pas compris une chose élémentaire qui imprègne les relations internationales : à force de recourir aux rodomontades, aux gesticulations grand guignolesques et aux mouvements de menton alors qu’on représente un « pays sous-développé »  perfusé par l’aide européenne (dixit les médias espagnols) et dont les sujets désespérés rêvent de fuir durablement la misère qui submerge le « royaume enchanté », on finit par perdre toute crédibilité et par démonétiser les quelques leviers de nuisance dont le makhzen se sert sans état d’âme (prétendue expertise sur  des cellules  terroristes dormantes composées d’ailleurs majoritairement de ressortissants marocains, utilisation sans vergogne de l’arme de la migration et enfin submersion de l’Europe du Sud par le cannabis et les drogues de synthèse produits au Maroc.)

Appels du pied désespérés à l’Espagne

La dure réalité a fini par rattraper l’impudent ministre dont on dit que les jours sont comptés puisque, contre toute attente, l’Espagne et l’UE ont réagi très fermement à « l’agression« et au »chantage » du Maroc et que le gouvernement de ce dernier a consenti, piteusement, à reprendre 6500 des migrants clandestins (sur quelque 8000) dont de très nombreux mineurs y compris des nourrissons, ont été encouragés à prendre d’assaut l’enclave de Ceuta.

L’instrumentalisation de cette catégorie d’âge vulnérable est criminelle en soi et elle renseigne sur le cynisme d’un régime qui ne recule devant aucune contrainte ou considération légale, humaine ou morale.

En voulant forcer l’Union Européenne a « sortir de sa zone de confort » (comprendre violer le droit international et reconnaître la marocanité d’un territoire « séparé et distinct » selon l’arrêt de la cour de justice Européenne) l’infortuné Bourita, responsable d’une bérézina diplomatique, enfile (encore une fois) le costume de la maîtresse éplorée, selon le bon mot de l’Ambassadeur Gérard Araud, pour implorer la France à jouer, une énième fois, le rôle de l’avocat et du pompier de service.

Toute en contorsions, l’Ambassadeur de la France au Maroc, passée maîtresse en rouerie diplomatique depuis son fâcheux et condescendant tweet (le président d’une soi-disant commission souveraine marocaine lui avait rendu compte, en avant-première, de l’avancement des travaux pour obtenir l’approbation tutélaire de la France) a cru bon de botter en touche en soutenant crânement, mais le regard fuyant et les yeux dans le vague, que « le Maroc prend très au sérieux la lutte contre la migration clandestine« !!

Grotesque vaudeville puisque cette même diplomate, décidément en mode Bisounours candide, a poussé le bouchon jusqu’à expliquer doctement que la France n’ouvre pas de consulat au Sahara occidental pour des raisons purement techniques (petit nombre d’expatriés français implantés dans ce territoire) en occultant la donnée fondamentale de la question : il s’agit d’un territoire non autonome, séparé et distinct du Maroc qui échappe totalement à sa souveraineté et dont le statut définitif reste à déterminer sous les auspices des Nations Unies.

De son côté, tapant là où cela fait mal, l’espagnol Josep Borrel, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a révélé que c’est grâce à l’intercession intéressée de l’Espagne que le Maroc a pu empocher 15000 millions d’euros supplémentaires pour financer ses programmes de développement.

Cette pique pour dénoncer l’ingratitude d’un voisin irascible, imprévisible et peu fiable, est couplée avec une menace à peine voilée : Ceuta est la frontière de l’Union Européenne et celle-ci ne se laissera pas faire.

Elle ne se laissera pas intimidée ni par les tentatives misérables de chantage ni par les gesticulations donquichottesques d’un nain géopolitique.  Le message est bien passé et le ministre en culottes courtes s’emploie désormais à trouver une sortie de crise en faisant des appels du pied désespérés à l’Espagne (qui n’est pas le maillon faible, comme il vient de l’apprendre à ses dépens) car pas moins de cinq membres du collège des commissaires européens ont réagi fermement à la crise migratoire provoquée impudemment par le Maroc à Ceuta.

Le timing de cette crise diplomatique sévère, qui intervient à quelques semaines d’un jugement important du tribunal de l’UE qui ne manquera pas d’annuler les accords illégaux et scélérats UE-Maroc, signifie que la tête du prodige est sur le billot et que ce n’est pas une poignée d’eurodéputés corrompus et véreux  et grassement payés sur la cassette royale (comme Frederique Ries, Olivier Chastel, Ilhan Kyuchyuk, Dominique Riquet, Tomas Zdechovsky) ou les hérauts de l’extrême droite nauséabonde et nostAlgerique (comme Thierry Mariani, Nicolas Bay et Dominique Bilde) qui y changera grand-chose. « La diplomatie est une science mais qui n’a jamais cessé d’être un art », disait Richelieu.

*Ex-ambassadeur d’Algérie à Bruxelles.

TSA