Les émissaires de l’ONU au Maroc et en Algérie échangent des critiques sur le Sahara contesté

Les émissaires de l’ONU au Maroc et en Algérie échangent des critiques

Les émissaires de l’ONU au Maroc et en Algérie échangent des critiques sur le Sahara contesté

Aux Nations unies, des responsables marocains et algériens ont échangé lundi soir des critiques sur la région contestée du Sahara occidental et le front Policario.

Cela s’est produit lors de la Quatrième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies, également connue sous le nom de Commission politique spéciale et coloniale, qui s’est tenue à New York. La rencontre a duré plus de deux heures et demie.

Le Maroc propose une autonomie élargie dans le territoire contesté sous la souveraineté de Rabat, tandis que Policario demande un référendum sur l’autodétermination, une proposition soutenue par l’Algérie.
Lors de l’Assemblée générale des Nations unies, le représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, a déclaré que le Sahara était « et sera toujours le Maroc ».

« La solution que nous proposons représente la seule solution pour la région du Sahara », a déclaré le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations Unies, Ennadir Larboui.

L’ambassadeur algérien a accusé le Maroc de « chercher à provoquer l’opinion publique mondiale sur la région du Sahara et à essayer de changer la question de la fin du colonialisme et de la désintégration ».

Depuis la fin de l’occupation espagnole, le Maroc est en conflit avec le Front Policario au sujet du Sahara occidental depuis 1975. Cela s’est transformé en un conflit armé qui a duré jusqu’en 1991, date à laquelle un accord de cessez-le-feu a été signé.

Le cessez-le-feu de 1991 a pris fin l’année dernière après la reprise des opérations militaires à El Gurgaon Crossing au Maroc, une zone tampon entre l’État marocain et le territoire revendiqué par la République arabe démocratique autoproclamée, ce que la police a qualifié de provocation.
La question du Sahara occidental a provoqué des tensions croissantes entre le Maroc et l’Algérie, cette dernière étant accusée de soutenir les aspirations séparatistes du Front.

Le Maroc, qui revendique le Sahara occidental comme le sien, a accepté de rétablir des relations avec Israël en 2020 dans le cadre du traité abrahamique, dont une partie inclurait la reconnaissance de la souveraineté du Royaume sur le territoire.

L’an dernier, l’Algérie « continuait » à rompre ses relations diplomatiques avec Rabat Hostile Attitudes et tendances. « Des tensions diplomatiques sont apparues entre l’Espagne et l’Algérie, après que la première a changé de position en faveur du » plan d’autonomie « du Maroc pour le Sahara occidental, et que l’Algérie a récemment menacé de couper l’approvisionnement en gaz de l’Espagne.
Henri Gauthier
Source : algeriemondeinfos.com

Bouton retour en haut de la page