Les deux journalistes maître-chanteurs français envoyés en correctionnelle…

journalistes francais
journalistes francais

Les deux journalistes maître-chanteurs français envoyés en correctionnelle pour chantage sur le Roi du Maroc.

Près de six années se sont écoulées depuis que cette scabreuse affaire a éclaté au grand jour, démontrant à la face du monde que les deux journalistes français Eric Laurent et sa complice Catherine Graciet ont tenté d’exercer un chantage sur la personne du Roi du Maroc.

Ces deux journalistes sans aucune valeur éthique avaient paraphé en 2015 un contrat d’édition avec « Le Seuil » avec pour sujet la famille Royale du Maroc ; ils sont déjà co-auteurs, en 2012, d’un précédent lot de ragots sur le Roi Mohammed VI pompeusement titré « Le Roi prédateur ».

Ainsi, le 23 juillet 2015, Eric Laurent contactait le Secrétariat Particulier du Roi du Maroc en vue d’obtenir un rendez-vous, finalement organisé à Paris, le 11 août 2015 avec un émissaire du Souverain marocain. Lors de cette rencontre, Eric Laurent annonçait à son interlocuteur la publication prochaine d’un second ouvrage sur le Roi Mohammed VI, contenant des informations soi-disant embarrassantes pour la Monarchie marocaine.

Puis fin août 2015, ces deux maîtres-chanteurs scellaient à Paris une transaction de deux millions d’Euros avec l’Avocat du Royaume du Maroc pour ne pas publier ces soi-disant révélations embarrassantes sur la Monarchie du Maroc.

Absente lors des précédentes entrevues, Catherine Graciet s’était présentée le 27 août 2015 avec Eric Laurent au rendez-vous et avait alors confirmé à l’Avocat du Royaume du Maroc soutenir la démarche de son confrère.

Les deux journalistes s’étaient vus, par la suite, remettre deux enveloppes renfermant chacune 40 000 euros en coupures, le tout sous la surveillance discrète de la police, qui les avait interpellés alors qu’ils quittaient les lieux.

L’émissaire du Roi avait enregistré chacune des rencontres, avant d’en remettre une copie aux enquêteurs car une plainte avait été déposée à Paris, le 20 août 2015. et une enquête était ouverte.

Aujourd’hui, ce feuilleton rocambolesque va, peut-être, enfin connaître une conclusion, puisque des juges d’Instruction parisiens ont ordonné un procès pour « chantage sur la personne du Roi du Maroc » à l’encontre des deux journalistes, tout en abandonnant les poursuites pour « extorsion de fonds par menace ».

Dans leur ordonnance, les juges estiment « qu’en termes voilés, déguisés sous des réticences, Eric Laurent a menacé le Roi Mohammed VI, la famille Royale et le Royaume du Maroc de révéler des informations de nature à porter gravement atteinte à la réputation de la famille Royale et à déstabiliser le régime en place, pour obtenir le versement d’une somme d’argent disproportionnée et injustifiée ».

Maître Antoine Vey, Avocat du Royaume du Maroc avec Maître Ralph Boussier s’est félicité de la décision des magistrats, qui démontre un comportement extrêmement préoccupant des deux lascars qu’il reviendra au tribunal de qualifier.

La suite de ce feuilleton risque d’être croustillante pour les lecteurs.

Laissons ces deux margoulins bien mijoter au bain-marie pour que le verdict final de la justice française soit succulent à lire !

Farid Mnebhi.