Les autorités mauritaniennes ont déclaré que les réserves de change avaient doublé au cours de 2021

1643286932441
1643286932441

Les autorités mauritaniennes ont déclaré que les réserves de change avaient doublé au cours de l’année écoulée en 2021

Les autorités mauritaniennes ont déclaré que les réserves de change du pays avaient doublé au cours de l’année écoulée, malgré l’impact de la pandémie sur les économies faibles du Maghreb.

Le Premier ministre Mohammed Ould Bilal, lors d’une réunion du Parlement sur l’évaluation des performances et le plan d’action du gouvernement pour 2022, a confirmé que les actifs dépassaient 2,3 milliards de dollars, contre 1,5 milliard de dollars en 2020 et 1,1 milliard de dollars en 2019.

Selon lui, la réserve de change a couvert l’importation des biens et services de la Mauritanie dans un délai de 12 mois. Cependant, les autorités nationales doivent encore reprendre les taux de croissance après la pandémie de coronavirus, qui a eu un impact négatif sur le produit intérieur brut.

Il est à noter que les revenus du pays dépendent largement de la pêche et des minerais. Aussi, Nouakchott, dans le contexte d’une reprise de la demande mondiale, de la poursuite des investissements dans les industries extractives, de l’achèvement de la construction des infrastructures et de la relance du secteur privé, prévoit une poursuite de la croissance du PIB en 2022.

Dans le même temps, d’autres défis demeurent à relever pour le gouvernement, dont les plus importantes sont la lutte contre l’inflation, la réduction du chômage et l’amélioration de la vie des populations, compte tenu des circonstances dans lesquelles se trouve le pays. Par exemple, l’indice des prix à la consommation en 2021 est passé d’une année sur l’autre de 2,4% à 5,7%, étant donné qu’environ 31% des quatre millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

La Banque mondiale a décrit l’économie mauritanienne comme très sensible aux chocs externes tels que la volatilité des prix des matières premières, les aléas climatiques et les crises politiques, et sa dépendance de l’aide internationale.

La Mauritanie a été classé parmi les pays les moins avancés, se classant 160e sur 189 dans un classement général basé sur l’indice du capital humain, ce qui implique qu’un enfant né aujourd’hui n’atteindra que 38% de productivité à l’âge adulte. La scolarité a duré en moyenne 4,2 années par élève, tandis que 23 % des enfants accusent un retard dans un contexte de dépenses publiques relativement faibles pour la santé et l’éducation.

Plus tôt, le gouvernement mauritanien a créé plus de 35 000 emplois pour réduire le taux de chômage élevé. Le Premier ministre a expliqué qu’ils avaient élargi le secteur privé, l’exploration aurifère, l’agriculture, la pêche et les services.